beton-ecologie-calcia-lock

Le béton est-il une richesse pour l’écologie ?

C’est en tout cas ce nous annonce Calcia dans une de ses communications.

Extrait de cette communication (le titre) :

Le béton est une richesse pour l’écologie : demandez aux poissons !

Cet article nous a été indiqué par un de nos lecteurs et nous le remercions vivement de cette attention.

Heureusement que nous étions bien assis et nos bras bien attachés car nous en serions tombés sur … notre séant et nos bras nous en seraient tombés, ce qui, avouons le, rendrait l’exercice de rédaction plus compliqué !

Attention, c’est lourd comme du béton !

Commençons par rappeler qui est Calcia : suite au rachat par le groupe suisse Holcim de notre ex-fleuron national Lafarge, la place de leader français du ciment était libre.

Calcia a gravi la 1ère marche du podium et le fait savoir dès la page d’accueil de son site internet, (extrait) :

Avec 5,3 millions de tonnes de ciments vendues, 10 cimenteries et 1350 salariés, Ciments Calcia occupe la place de major de l’industrie du ciment en France

Alors leader du ciment en France, si cette entreprise le revendique, c’est probablement qu’elle l’est, nous n’avons pas vérifié mais ceci, au moins, doit être vrai.

C’est d’ailleurs, au plan mondial, une affaire de poids lourds puisque le groupe Holcim-Lafarge est n°1 mondial et HeidelbergCement, propriétaire de Ciments Calcia est n°2 mondial … mais n°1 mondial des agrégats. L’un est suisse, Holcim, l’autre est allemand, Heidelberg (pdf).

Nous écrivons bien “ceci au moins doit être vrai” car pour le reste, nous avons plus que des doutes !

Nous affirmons rarement dès le début de l’article que nous le classons dans la rubrique “greenwashing, mais là c’est sûr, ce n’est même plus du greenwashing, c’est carrément repeindre tout en vert.

Dans le groupe Heidelberg, toutes les communications présentent une couleur dominante : le vert, même les camions de livraison des bétons et des agrégats sont verts !

Décidément, faute d’être vertueux par nature, cet acteur semble obsédé par l’affichage visuel du contraire … et aussi par ses communications écrites accompagnées d’images ou vidéos qui ne dépareilleraient pas dans des communiqués d’associations de sauvegarde de la nature ou de promotion pour des vacances exotiques !

Des bandeaux défilants donnent le ton, dans l’ordre :

  • Ciments Calcia sera pilote du projet “Bâtiment zéro déchet” du CSF
  • Ciments Calcia cherche à renforcer toujours davantage son engagement environnemental, notamment au travers d’une logique d’économie circulaire
  • Découvrez comment Calcia fait rimer béton et construction durable

Le dernier bandeau n’est pas, en lui-même, une affirmation visant à induire une image “Ciments Calcia, un dispositif industriel et commercial à découvrir” … cette fois c’est l’image de fond qui verdit le tout (il apparaît que les pays “verdis” sont ceux où le groupe ou ses filiales sont implantés, comme nous le disions ci-avant : c’est du lourd !).

Que nous dit cette communication ?

(extrait) : “ L’article R. 214-109 du code de l’environnement stipule qu’il faut permettre « la libre circulation des organismes vivants et leur accès aux zones indispensables à leur reproduction, leur croissance, leur alimentation ou leur abri, le bon déroulement du transport naturel des sédiments ainsi que le bon fonctionnement des réservoirs biologiques »”.

Autre extrait  “ En termes clairs, cela signifie que les ouvrages d’art doivent désormais être conçus ou adaptés …

Tel que nous le lisons, il semblerait que, désormais, les ouvrages d’art doivent permettre la vie la libre circulation …

Que contient l’article sus-cité ?
Non, ce n’est pas désormais, ce qui sous-entendrait que cela devient obligatoire maintenant et seulement à partir de maintenant. Or si on consulte les articles divers autour de cette contrainte, la date ultime de ces prescriptions remonte au 1er janvier 2014.

Ouf, le béton arrive !

(Extrait)

Des récifs artificiels en béton

ouvrage béton sur un cours d'eauPasses à poissons, crapauducs, etc. les exemples d’adaptation des ouvrages humains qui découpent le territoire et appauvrissent sa richesse biologique sont désormais pléthore. Pour favoriser la reprise de la vie marine ou fluviale qui doit faire face à une disparition des ressources halieutiques, les spécialistes ont fait appel au béton afin de créer des récifs artificiels et des passages qui permettent aux poissons, batraciens et crustacés d’entamer leur migration et leur reproduction en toute quiétude.

Vous avez raison, vous qui avez rédigé cet article lorsque vous écrivez “. des ouvrages humains qui découpent le territoire et appauvrissent sa richesse biologique sont désormais pléthore

En quoi consistent ces ouvrages ?

Des barrage hydrauliques, des viaducs, des détournements et canalisations de fleuves, des routes et voies de circulation diverses … toutes choses fort utiles, nous ne le contestons pas.
Mais sont-elles compatibles avec la vie, sans impact sur le dérèglement climatique ?

Voilà, des questions que, peut-être, nous aurions été bien avisés de nous poser avant leur réalisation !

En quoi sont réalisés ces ouvrages ?

En bitume et/ou en béton !

Tiens, tiens, un retour aux sources ?

Comment dit-on dans le cadre des incendies ? “Le pompier pyromane ?

Après avoir “gêné”, “dégradé” les lieux de vie et les moyens de circulation du vivant, on répare ou on cache la misère ?

Pour nous, on cache la misère et on la maquille en bonne œuvre

En effet, remontons aux causes premières. Rappelons d’abord qu’une grande partie des ouvrages posant problème pour la biodiversité sont réalisés en béton.

extraction-ciment

Pour faire du béton, il faut du ciment et, pour faire du ciment, il faut extraire des matières premières, les transporter et les transformer. Cette transformation nécessite de l’énergie, beaucoup d’énergie, laquelle, pour son extraction, sa production, son transport, nécessite des ouvrages … bref, on n’en sort pas, c’est un cercle infernal; plus il faut d’énergie, plus on en consomme; plus il faut de ressources diverses, plus on en consomme; plus on avance dans ce sens, plus on pollue et détruit l’environnement !
Nous avons déjà, ici, développé en quoi le ciment est un matériau loin d’être vertueux et ses fabricants, les cimentiers, nous enfument encore et toujours.

Alors, faut-il ne rien faire ?

Non bien sûr, il faut au moins essayer de corriger les méfaits causés à la nature, c’est un devoir minimal … mais de là à nous annoncer que ces corrections sont des actions enrichissant l’écologie, il y a un abime que les promoteurs de ces corrections seraient bien inspirés de ne pas nous présenter comme des actes dignes de remerciements et félicitations.

En effet, imagine-t-on remercier et féliciter une personne malveillante qui, après avoir passé un quidam à tabac se serait arrêtée avant de le tuer et qui, après condamnation, réparerait le préjudice causé à sa victime ? « Non » bien sûr.

Imaginerait-on cet individu revendiquer une reconnaissance de grande humanité en se mettant au service de sa victime et qui, pour ce nouvel acte, se ferait payer ? A nouveau, « non » bien sûr !

C’est pourtant ce que fait ce fabricant de ciment !

Exemple 1 des “apports” du béton : des récifs artificiels

Il est quand même curieux de constater qu’alors que leur population est en baisse, il devient nécessaire de construire des récifs susceptibles d’accueillir les poissons en mer !

Pourquoi faut-il créer des récifs artificiels

Non pas car il y a plus de poissons, toutes les études démontrent le contraire.

S’il faut se tourner vers l’artificiel c’est parce que nous détruisons les milieux marins en surpêchant, en chalutant en grandes profondeurs et aussi (surtout ?) car pour faire du béton, on extrait du sable au-delà du raisonnable !

recifs artificiels sous-marin

Nous l’avons extrait de façon déraisonnable de nos fleuves, empêchant ainsi les apports en mer. Nous l’avons extrait, et l’extrayons encore du milieu marin, faisant ainsi reculer les traits de côtes, gênant les mouvements naturels de cette matière première au fil des courants, des marées et des tempêtes.

Toutes ces extractions perturbent la vie géologique des plateaux continentaux, là où se trouvent les espèces qui cherchent refuge dans les récifs, les poissons dit pélagiques et plus encore pour ceux vivant carrément dans les roches.

Les perturbations sont liées aux faits que les courants marins ainsi bouleversés attaquent de plus en plus les roches naturellement présentes. La disparition du sable, l’érosion des plateaux marins ont généré des altitudes différenciées entre les rochers et le fond marin …

Une autre explication à ces récifs artificiels pourrait être mise en parallèle avec l’élevage terrestre intensif et concentrationnaire.

L’une des solutions de l’élevage de poissons est l’aquaculture en bassins, une autre est celle par élevage dans des fermes aquacoles qui enferment les poissons dans des filets-réservoirs et, enfin, l’alternative des récifs artificiels qui, effectivement, sont rapidement colonisés par la faune aquatique.

Accordons à cette dernière solution d’être la plus respectueuse des poissons en tant qu’êtres vivants.

Que sont les récifs artificiels par rapport aux récifs naturels ?

Soyons clairs, il ne nous semble pas que les poissons puissent faire la différence.

Ils sont donc probablement heureux de se voir offrir un habitat de substitution en lieu et place de celui que la nature leur offrait et dont nous les avons privés.

Et c’est bien là que se situe un des nœuds de notre réflexion : ces constructions artificielles sont-elles là pour le simple bonheur des habitants de nos côtes ou pour corriger une action antérieure qui a détruit ce qui leur convenait parfaitement : les récifs naturels ?

Pour nous, il ne fait guère de doute que ce n’est pas par altruisme que les opérateurs agissent ainsi mais pour corriger des actes antérieurs ou augmenter les possibilités de pêche.

Or pour fabriquer ces récifs, pour les transporter, les immerger, il faut de l’énergie. Pour disposer de cette énergie, il faut … mais là, nous nous répétons.

Tout comme nos HLM ont été peu durables en leur état d’origine, ces récifs, sortes de HLM de substitution pour poissons, risquent fort de n’être pas non plus très durables.

Par contre, les acteurs qui ont détruit les récifs d’origine ont déjà été payés pour leurs actes, ce, en vendant leurs productions antérieures, ce qui d’ailleurs était légitime.

Maintenant ils sont aussi payés pour la vente de leur production actuelle, nécessaire à la fabrication de ces nouveaux habitats … et encore impactants sur l’environnement.

… Et vous aimeriez, vous, les cimentiers, que nous applaudissions à vos exploits ?

Non, Mesdames et Messieurs les cimentiers, désolé, nous vous considérons faisant là le strict minimum. Il ne serait même pas forcément illégitime de vous demander de le faire à titre gracieux.
Vous devriez aussi vous estimer bienheureux que nous ne vous fassions pas payer des dommages au titre de l’article 700, car nous subissons tous des dommages de vos comportements non respectueux de l’environnement.

Remarquez que beaucoup devraient payer au titre de l’article 700 : ceux qui consomment déraisonnablement vos produits, ceux qui les prescrivent de façon irresponsable, ceux qui vous financent pour réaliser ces méfaits …

Exemple 2 des “apports” du béton : des passes à poissons

Faut-il rappeler qu’avant l’édification des obstacles gênant leur migration, en Bretagne et dans le Haut Allier, les commis de ferme faisaient préciser dans leurs contrats d’embauche qu’ils ne voulaient pas manger de saumon plus de 2 fois par semaine ?

passe-a-poissons

Alors qu’aujourd’hui c’est moins de 400 saumons qui remontent l’Allier au-delà de Vichy, nous en sommes réduits, pour ne pas les voir définitivement éradiqués, à construire des passes à poisson ! Il ne passe plus d’anguilles, plus de lamproies …

Nous sommes tous un peu responsables de cette situation : dégradation de la qualité des eaux, apports de produits phytosanitaires, dégradation du milieu aquatique nécessaire au développement halieutique (entre autres par extraction irraisonnée du sable).
Si personne ou quasiment personne ne peut se revendiquer innocent, pour ce dernier point, vous faites, Mesdames et Messieurs les cimentiers, partie des principaux suspects.

Conclusion

Mesdames et Messieurs les cimentiers, si nous ne vous demandons pas de plaider coupables, au moins ayez la décence de ne pas essayer de nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Vous, Mesdames et Messieurs les prescripteurs, avant de miser sur du tout béton, pensez aux impacts de vos préconisations.

Vous, Mesdames et Messieurs les utilisateurs, avant de succomber au béton, cherchez des solutions alternatives, limitez son emploi aux seuls lieux où aucun autre matériau ne pourrait lui être substitué de façon pertinente.

Il ne nous viendrait pas à l’idée de dire que le béton et son ingrédient quasi incontournable, le ciment Portland, seraient une solution à proscrire à tout prix.

Nous aimerions simplement que le bon matériau soit utilisé au bon endroit et que, celui qui remplira une fonction avec le plus faible impacte sur l’environnement soit choisi chaque fois que possible !

Le béton nous a rendu de grands services, il nous en rendra encore, mais pas pour tout et partout !

Et de grâce, vous, les cimentiers, s’il vous plait,  un peu de modestie et d’objectivité car, en reprenant le titre de votre communication, pensez-vous que les poissons applaudiraient aux questions suivantes s’ils étaient en capacité de nous communiquer leurs sentiments :

“Vous, les poissons, pourriez-vous nous dire ce que vous pensez du béton, des barrages qu’il a permis d’édifier, du sable dont il vous a privés, des abris artificiels qu’il vous impose en lieu et place de vos habitats naturels d’antan; des mini passages qu’il vous impose, indirectement, en lieu et place de la continuité de vos voies naturelles de déplacement et de migration …?”

Nous ne pensons pas qu’ils vous remercieraient.

Images : Pixabay, Wikipédia

Claude Lefrançois
Dans le bâtiment, par passion, depuis presque 40 ans, Ancien charpentier, ancien artisan, ancien constructeur de Maisons à Ossature Bois, ancien maitre d'œuvre, Ancien et encore formateur à l'isolation bio-sourcée, • Titulaire d'un brevet de construction de MOB en kit, Conférencier dans plusieurs domaines liés à l'éco-construction, l'éco-isolation, Youtubeur via des vidéos sur, dans un premier temps, l'isolation et l'efficacité énergétique et, parce qu'il faut aller plus loin, futurement, plus largement, le bâtiment responsable et pertinent, Initiateur et administrateur d'un groupe sur Facebook : Rénovation pertinente » . Pour ceux qui souhaiteraient plus d'informations : www.papyclaude.fr

2 réflexions sur “Le béton est-il une richesse pour l’écologie ?

  1. Oui, entièrement OK avec vous pour remettre à l’endroit ce qui est mis à l’envers par les grands cimentiers.
    OK pour exclure de miser sur du tout béton, & penser aux impacts de ses préconisations excessives anti-écologiques.
    Cependant je voudrais attirer l’attention sur le fait que :

    – 1) le béton est le matériau de construction le plus utilisé depuis la nuit des temps humains & nous en aurons encore besoin longtemps …
    – 2) Mais comment éviter une dalle en béton pour la moindre maison (en chaux oui mais vraiment pas solide ; alors me suis intéressée à l’ajout de pneumatit qui rend le béton « vivant & bio-compatible avec le vivant. Une société suisse a élaboré « pneumatit » pour un BÉTON BIODYNAMISÉ qui fait rigoler ceux qui rejettent homéopathie, ondes de formes, & médecine quantique ; mais pas moi. PAs non plus beaucoup de vignerons pour leur cuve à vin ou tester leur vinification. https://www.pneumatit.ch

    3) un brevet français a été déposé en 2015 pour un ciment vert utilisant le sable du désert et réduisant par 5 l’emission de CO2. L’usine est en cours de construction en Vendée et sera en fonctionnement en octobre 2018. L’État français a intégré ce projet au Programme Investissement d’Avenir (PIA) en novembre 2016. Le HP2A est un liant bas carbone qui représente une alternative réaliste au ciment portland dans la construction. Une technologie française inventée par un ingénieur français David Hoffmann et dont le brevet couvre l’europe, l’amerique et l’asie.
    http://www.hp2a-technologies.fr

    • Bonjour Christiane Milekitch, merci pour votre contribution.
      Nous allons suivre votre numérotation :

      – 1) Tout d’abord, puisqu’on parle de mettre les pendules à l’heure, sauf à considérer la terre comme un béton, ce qui est possible pas l’acceptation la plus copulant te, le béton n’est pas le matériau le plus utilisé depuis la nuit de temps. le matériau le plus utilisé est bien la terre, encore aujourd’hui.
      Nous sommes d’accords sur le fait que nous en aurons encore besoin, cependant il ne vous aura pas échappé que nous ne nous en prenons pas spécifiquement au béton en général mais bien celui au ciment Portland.

      – 2) Comment éviter une dalle pour une maison ? En n’en faisant tout simplement pas, comme jusqu’à des périodes très récentes, ce qui n’a pas empêché des maisons très anciennes d’arriver jusqu’à nous. Un exemple d’une réalisation de votre serviteur (vous pourrez constater que nous n’y avons pas erradiqué le béton au ciment Portland mais l’avons réduit aux endroits et fonctions où il était plus pertinent que d’autres solutions : zone inondable !) : https://www.papyclaude.fr/à-propos/quelques-réalisations-passées/mob-en-2007/
      La généralisation des dalles en béton remonte à moins de 50 ans, divers spécialistes, dont « Maisons paysannes », référence française pour ce qui est du bâti ancien, s’accordent à mettre l’année 1947 comme charnière du changement de paradigme et des débuts de l’hégémonie du béton au ciment Portland.
      Un de nos articles, sur le bâti ancien, développe ce fait : https://www.build-green.fr/la-maison-en-construction-son-histoire-au-travers-des-materiaux/.

      – 2′) L’ajout de « pneumatit » est probablement bien au plan du transit des ondes et de la biodynamie, en tout cas au moins pour ceux qui y croient, mais rien sur leur site ne permet de savoir quel type de ciment est utilisé : chaux, ciment naturel, ciment artificiel, terre ?
      En effet, nous avons cru déceler un nouvel adjuvant mais, pour faire du béton, il faut un liant : est-ce ce dont il s’agit ? C’est en tout cas pas ce que nous fait supposer un article : https://labiodynamieaurisquedelanthroposophie.com/2018/08/19/pneumatit-signale-aux-organisa…. Loin de nous la volonté de débattre du bien-fondé ou mal-fondé des affirmations de bien être, nous n’en sommes pas compétents.
      Par contre, si cet article est juste, nous avons bien compris : le béton, « pneumatit » ou pas, reste un béton : les agrégats et liant sont conventionnels.
      Notre article reste donc bien d’actualité et, surtout, nos argument fondés : le béton au ciment artificiel n’est pas une bonne chose pour l’écologie. Alors il demeure nécessaire d’en limiter l’usage là où il est le plus pertinent voir incontournable.

      3) Un brevet a été déposé par hp2a, très vrai. Nous le mentionnions nous-même déjà dans un article datant d’octobre 2017 : https://www.build-green.fr/comment-les-cimentiers-nous-trompent-avec-de-vraies-infos/
      Nous n’entendons malheureusement plus beaucoup parler de cette innovation, dommage. Croyez bien que nous le regrettons autant que vous ! Si vous faites une recherche avec le mot clé « hp2a » sur le web, vous constaterez probablement la même chose que nous : rien, aucun article, aucune vidéo depuis 2017, bientôt 2 ans …
      Ce dont nous entendons par contre beaucoup parler, c’est du « Greencement » du groupe Hoffmann, usine également en Vendée, et dont il semblerait que ce soit une évolution du « hp2a » : https://www.agence-api.fr/societe/hoffmann-green-cement-technologies-hgct.
      Le loup aurait-il englouti l’agneau ?
      S’agit-il bien de la même chose ? Nous avons, sur des publications de son directeur local, Julien Blanchard, ou relayées par d’autres, lancé des bouteilles à la mer pour avoir un peu plus d’infos quant aux agrégats compatibles … pas de retour !
      Curieux que ce qui était l’un des 2 arguments du lancement, la comptabilité avec des sables issus des déserts, ne soit plus du tout évoqué.
      Curieux aussi, qu’après avoir tellement communiqué sous le nom hp2a, le groupe Hoffmann n’en fasse plus état que très, mais alors très modestement !
      Ceci nous fait craindre que son seul progrès, ce qui n’est déjà pas rien, concerne bien sa cuisson à une moindre température et donc de moindres émissions de CO2 pour cette phase, mais quid des agrégats, des transports …

Répondre à Claude Lefrançois Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.