Pare-vapeur, Frein-vapeur, Rien du tout, qui a raison ?

Pare-vapeur, Frein-vapeur, Rien du tout, qui a raison ? Faut-il prévoir une barrière à la vapeur d’eau ? Si oui, pourquoi ? Pare-vapeur ou frein-vapeur ? Où doit-il être mis en œuvre par rapport à l’isolant ? Encore un sujet clivant, tant au niveau de la dénomination, que des besoins et/ou des mises en œuvre.

Diverses “chapelles” ont vu le jour au fil du temps, parfois totalement opposées, parfois d’accords sur la position à tenir et, même si accord sur le fond, parfois avec désaccord sur les raisons de la position adoptée.
S’ajoutent des terminologies qui ont évolué, des fonctions qui se sont cumulées, des obligations qui, comme toujours lorsqu’il y a contrainte, n’ont pas forcément été bien acceptées.

Pare-vapeur en cours de mise en œuvre

Faisons  un point, le plus exhaustif et impartial possible dans les argumentations.

Fonction première

Il est apparu, au fil des ans, au fil de l’évolution de nos modes de vie, au fil de l’évolution de nos habitats que, de plus en plus souvent, nos parois extérieures concentrent des désordres, à la fois visuels, mais aussi structurels et, surtout, menaçants pour notre santé.

Nous allons développer au fil de cet article pourquoi et comment ces désordres apparaissent et en quoi ils peuvent être néfastes.

Ce sont des auréoles d’humidité, suivies assez rapidement de taches grises puis, au final, apparition de moisissures.

Le constat a été fait, au fil des études, qu’un des moyens d’endiguer ces phénomènes (ou tout au moins de participer à leur résolution) est de permettre l’évacuation d’une partie de la vapeur d’eau au travers des parois, ce qu’on appelle la perspirance (pdf). Il est d’autant plus important de gérer ces flux de vapeur qu’elle se cumule souvent à des apports inhérents aux parois elles-mêmes telles que les remontées capillaires. Pour schématiser, disons que telle une mèche dans un liquide voit celui-ci la remonter, un mur, ancré dans le sol, voit l’eau le “remonter” depuis le sol. Ceci est omniprésent dans les bâtis anciens car, contrairement aux constructions récentes, ils ne comportent pas de rupteur de remontée capillaire. Il est donc encore plus important d’en tenir compte dans ces vieux bâtis.

Chaque source d’apport d’eau dans les parois extérieures doit être gérée, c’est de ce constat et de cette obligation qu’est née la notion de système de gestion du transit de la vapeur d’eau. Le système inventé a été baptisé, selon les cas, Pare-vapeur ou Frein-vapeur.

Un peu de sémantique

Pare-vapeur

Etymologiquement le préfixe “pare” sous entend “protégé de” ou “parer”, dans le sens de se prémunir. La racine est latine “parare

Il n’y a pas là d’exclusive comme on l’entend souvent dire mais de “faire parade à”, ce qui ne signifie pas annuler la chose, mais en éviter les conséquences.

Une exclusion totale serait plutôt désignée par “anti”.

Un exemple : parapluie ne signifie pas qu’il ne va pas pleuvoir, mais qu’on va se prémunir contre la pluie, la gérer sans en subir les inconvénients. Paratonnerre  ne signifie pas qu’on va arrêter ou empêcher la foudre mais s’en prémunir.

Il en va de même pour la vapeur, on cherche avec un pare-vapeur à se prémunir d’éventuels désordres qu’elle pourrait provoquer.

Le mot est donc bien choisi !

Frein-vapeur

Etymologiquement, freiner ne signifie pas réguler, mais ralentir la progression. Or ralentir le transit de la vapeur serait-il suffisant pour se prémunir d’éventuels désordres consécutifs à un excès de vapeur ? Probablement pas.

Le mot frein-vapeur n’est donc pas adéquat !

Et pourtant …

Les habitudes étant fortement ancrées, diverses appellations étant encore, à tort à notre avis, souvent usitées, ce qui correspondrait à une appellation « Frein-vapeur » est (pour les autorités certificatrices et pour nous à leur suite) un pare-vapeur à SD faible.

D’où vient la vapeur d’eau dans l’air ambiant d’une maison ?

Autrefois, l’activité principale étant l’agriculture, la vie des humains se passait beaucoup soit à l’extérieur, soit dans les bâtiments agricoles. Aujourd’hui les habitudes de vie ont radicalement changé, nous vivons essentiellement confinés, soit dans les locaux d’activité, soit dans nos habitats.

Nous avons aussi très nettement changé nos modes et habitudes de vie.

Voyons une liste sommaire et non exhaustive des habitudes de vie d’antan dans la maison :

  • un humain se lavait sommairement le visage chaque matin,
  • il faisait, ce qui était appelé “la grande toilette”, une fois par semaine via quelques litres d’eau tiède dans une bassine,
  • la cuisine était réalisée sur le feu, dans une marmite suspendue au-dessus de l’âtre,
  • le linge était lavé à l’extérieur et lorsque les conditions climatiques le permettaient,
  • il  était mis à sécher à l’extérieur,
  • les sols étaient balayés mais lavés très rarement, voir jamais pour le cas, entre autre, des sols en terre battue.

Quels changements dans nos comportements :

  • Linge séché à l’air ambiant à l’extérieur

    chacun prend, peu ou prou, une douche par jour, parfois un bain, le plus souvent avec de l’eau bien chaude donc fortement émettrice de vapeur,

  • la cuisine est désormais réalisée loin de toute cheminée naturelle d’évacuation,
  • le linge est lavé à l’intérieur,
  • il est même parfois mis à sécher à l’air dans l’habitat,
  • les sols sont lavés très souvent.

… bref, nous émettons beaucoup de vapeur d’eau chaque jour, un peu du fait de notre métabolisme, mais surtout du fait de nos activités. Les quantités émises sont de l’ordre de 2,5 à 4 litres d’eau par jour et par adulte (pdf). la majeure partie de nos activités émettrices étant réalisées dans nos habitats, chaque adulte génère l’équivalent de 1,5 à 2,5 litres d’eau sous forme de vapeur dans son habitat.

Comment se comporte la vapeur d’eau d’un habitat ?

L’eau, selon sa température, se trouve en 3 types d’état. Le plus courant est l’état liquide, le changement le simple est est le passage à l’état solide : pour une eau pure, à l’altitude de la mer, en dessous de 0°C, l’eau gèle. Par contre le passage de l’état liquide à l’état gazeux et vice et versa est beaucoup plus variable. Elle dépend de la température et de la pression exercée.

Voicis une vidéo qui, bien que axée sur l’explication du “pourquoi des nuages”, explique parfaitement le principe de l’évaporation et celui de la condensation. Nous vous la conseillons dans sa totalité bien que ce qui nous intéresse pour cet article se situe principalement entre 7’ et 12’.

Nous en retiendrons principalement que la possible teneur en vapeur d’eau est variable selon la température de l’air, la présence ou non de noyaux de condensation dans l’air (minute 12.50 environ) et de la pression exercée (l’enthalpie).

Pour ce qui concerne un habitat, ce qui impacte l’eau et son passage de l’état gazeux (invisible dans l’air) à l’état liquide est la température de l’air qui la contient.

Plus un air est chaud, plus il peut contenir d’eau sous forme de vapeur. Ceci est trés bien illustré par le diagramme de Mollier.

Les quantités d’eau contenue dans de l’air sous forme de vapeur, ce que l’on qualifie d’humidité relative,  et les quantités de cette même eau, mais cette fois sous forme liquide est ce qu’on appelle l’humidité absolue. Ces notions ont déjà été développées ici dans un article intitulé Qualité de l’air : pourquoi et comment ventiler ?

L’hiver, lorsque l’air intérieur chaud et chargé en vapeur d’eau se rapproche des parois extérieures plus froides, il se refroidit et, ce faisant, la vapeur d’eau se condense, en surface des murs ou vitrages, c’est ce qu’on appelle de la buée. Si les conditions repoussent cette matérialisation d’eau liquide dans l’épaisseur des cloisons, on l’appelle alors un point de rosée.

Pourquoi devons-nous gérer la vapeur d’eau ?

Nous voulons vivre dans nos maisons en y ressentant un confort (vidéo) le meilleur possible.

Une partie de ce ressenti est due à la température ambiante dans laquelle nous vivons.

La température, élevée au regard de celle qui, l’hiver, règne à l’extérieur de la maison est atteinte et maintenue via le chauffage.

Pour limiter que ce chauffage coûte trop cher et, accessoirement, pollue, il faut endiguer la perte des calories. C’est pour cette raison que nous isolons nos habitats.

Une autre partie du ressenti de confort est due à un niveau de rayonnement (vidéo) équivalent de toutes les parois et de tous les éléments constitutifs de la maison. C’est pour cette raison qu’il est bon qu’un habitat soit traité et/ou isolé de la même façon et avec un niveau de performance équivalent pour tous ses éléments.

Enfin une autre source, à la fois de coût et d’inconfort, concerne les mouvements d’air par convection et les fuites d’air, petites et grosses. Pour maîtriser les fuites nous étanchéifions nos habitats.

Changements dans nos maisons :

Nous émettons plus de vapeur d’eau dans notre volume de vie, notre air est plus chaud et peut donc contenir plus de vapeur d’eau, nos habitats sont de plus en plus étanches au vent.

Formation de points de rosée

Même si le climat semble irrémédiablement évoluer vers un réchauffement, l’hiver, il continuer à faire plus froid dehors qu’à l’intérieur …

Même si nos habitats sont étanches au vent, notre air intérieur chaud, comme tout ce qui est soumis à la chaleur, est dilaté et donc migre de l’intérieur vers l’extérieur et …

… La conjonction de ces trois phénomènes fait que nos parois sont infiniment plus exposées à la formation de points de rosée qu’autrefois.

Méfaits des points de rosée

La conséquence d’un point de rosée est la matérialisation d’eau liquide. Si les conditions requises durent suffisamment, de l’eau peut se condenser en quantité importante.
Le point d rosée se matérialisera là où le choc thermique sera le plus important, donc le plus souvent dans l’isolant.

Inactivation de l’isolant

La plupart des isolants fonctionnent par emprisonnement d’air rendu captif entre des fibres (2 dernières minutes de la vidéo).

Si l’air captif est remplacé par de l’eau, l’isolant n’isolera plus … Dommage car le point de rosée sera d’autant plus important qu’il fera froid dehors et que nous nous confinerons bien au chaud dans le volume habité et que c’est précisément au moment où nous en aurions le plus besoin que l’isolant sera défaillant !

Atteintes aux murs en béton

Les murs en béton ou en éléments préfabriqués à base de béton au ciment Portland sont “armés” avec des ferraillages.

La présence d’eau peut les faire rouiller, ce qui en provoque le gonflement. Ce gonflement provoque l’apparition de micro-fissures, lesquelles vont rapidement devenir des fissures. Elles vont favoriser l’infiltration d’eau dans la paroi et, si cette eau gèle, du fait de son expansion, elle provoquera l’éclatement du béton, pouvant aller jusqu’à porter atteinte à la pérennité de l’ouvrage.

Atteintes aux bois

La stagnation d’eau peut provoquer, dans un 1er temps, l’apparition de moisissure et, dans un second temps, le pourrissement des bois. Ceci est particulièrement vrai pour les bâtisses à colombage anciennes.

Aspects visuels

Apparition d’auréoles sur les parements, premières traces de la présence et du développement de moisissure puis, rapidement, les peintures virent au gris pour, enfin, voir cette moisissure en surface.

Aspects sanitaire

Qui dit moisissures dit émission de spores et présence d’acariens de la moisissure. Les 2 sont fortement allergisants et provoquent moult rhinites, pharyngites, otites et autre éventuelles angines.

Comment pouvons-nous gérer la vapeur d’eau ?

En émettant moins de vapeur d’eau

C’est, à n’en pas douter, la méthode la plus simple, la moins coûteuse et la plus durable. Pour ce faire, il faudrait vivre moins longtemps dans l’habitat, nous laver moins, ne jamais faire sécher de linge à l’intérieur, cuisiner le moins possible, jamais à la vapeur … En un mot, renoncer à quelques 50, 60 ou 70 ans de “croissance de niveau de vie”. Peut-être acceptable pour certains, peut-être même souhaitable pour d’autres, mais est-ce acceptable par le plus grand nombre ? Probablement pas !

En limitant les conditions de son stockage dans l’air

Limiter le chauffage de la maison à 14 ou 15°C

Là aussi, cette solution est assez simple et … radicale : chauffer, comme autrefois, à 14 ou 15° et conserver nos maisons en l’état de passoire, pas seulement énergétique, mais aussi en terme de courants d’air. Là encore, régression de quelques 50, 60 ou 70 ans de gain de confort. Là aussi, combien sont disposés à ce sacrifice ? Probablement peu et c’est légitime.

Alors, que faire ?

Tout en conservant nos progressions en terme de niveau de vie et de confort, prendre toutes dispositions qui permettront de sauvegarder la qualité de l’air intérieur, de limiter l’apparition de moisissures avec leur cohorte de conséquences, d’empêcher les désordres sur les bâtis.

Les actions à mener pour …

Renouvellement d’air

Il s’agit de renouveler l’air intérieur en l’extrayant. Ce faisant, en évacuant l’air intérieur saturé de vapeur d’eau, on provoquera son changement par de l’air extérieur, moins saturé (de l’air extérieur à 5° et à un taux d’humidité relative de 90%, donc très élevé, ne sera plus, une fois chauffé à 19° qu’aux environs de 35%, c’st à dire très sec). Ce sujet a été abordé ici dans un article intitulé “Qualité de l’air, pourquoi et comment ventiler ?

Régulation du transit de vapeur dans les parois extérieures

Pour éviter que les isolants thermiques extérieurs soient saturés de vapeur d’eau, certains diront qu’il suffirait d’opter pour des isolants non fibreux tels que des polystyrènes, soit en tant que composants des murs via des coffrages, des éléments de structure, des remplissages avec des mousses isolantes ou encore de mettre en œuvre des mousses polyuréthanes projetées. Toutes ces options ont été abordées ici selon les liens proposés ci-dessus. Sans développer à nouveau ce que nous leur reprochons, nous pouvons rappeler qu’ils sont généralement polluants à la production, qu’ils nécessitent beaucoup d’énergie grise, qu’ils sont très difficilement recyclables, ne disposent pas d’un bon déphasage, bref,  bien loin de ce que nous considérons être un habitat écologique.
D’autres diront qu’il suffirait d’étanchéifier les parois à 100%, tant à l’eau liquide qu’au transit de la vapeur d’eau, via des membranes non perspirantes tels que des films polyane ou autres. Nous sommes convaincus que, tout comme nous respirons via notre système pulmonaire mais aussi via nos échanges cutanés, nos maisons ont tout autant besoin de renouvellement d’air que de perspirance via les parois extérieures.

La solution : prévoir un pare-vapeur

Régulation température intérieure avec un pare-vapeur

Quand les conditions le permettent, particulièrement dans le cadre d’une construction neuve (il suffit alors de concevoir correctement les parois extérieures) mais aussi lors de la rénovation, de l’amélioration ou de la transformation d’un habitat ancien, si les murs en sont perspirants, il est nécessaire de réguler le transit de la vapeur dans les parois extérieures.

Bien qu’aucune règle écrite n’y oblige ni qu’aucune analyse objective et scientifique ne l’étaye, il est couramment admis (et constaté) que la perspirance doit être progressive en cheminant de l’intérieur vers l’extérieur.

L’outil, le moyen, le système ou l’équipement le plus adéquat pour y parvenir : le pare-vapeur.

Est-il possible d’éviter la pose d’un pare-vapeur ?

Oui, dans des cas très précis, particulièrement ceux à isolation répartie, mais il s’agit plus d’exceptions que de possibilités courantes.

Conclusion : oui au pare-vapeur !

Une fois admise sa justification, voir sa nécessité, se posent alors de nombreuses questions :

  • quel type de pare-vapeur (membrane, panneaux …) ?
  • quelles capacités de perspirance ?
  • peut-il avoir des fonctions complémentaires ?
  • où et comment doit-il être mis en œuvre ?
  • dans quels cas peut-il être évité ?

Toutes ces questions démontrent à quel point ce sujet est vaste et c’est pourquoi nous reviendrons sur le sujet …

Claude Lefrançois
Dans le bâtiment, par passion, depuis presque 40 ans, Ancien charpentier, ancien artisan, ancien constructeur de Maisons à Ossature Bois, ancien maitre d'œuvre, Ancien et encore formateur à l'isolation bio-sourcée, • Titulaire d'un brevet de construction de MOB en kit, Conférencier dans plusieurs domaines liés à l'éco-construction, l'éco-isolation, Youtubeur via des vidéos sur, dans un premier temps, l'isolation et l'efficacité énergétique et, parce qu'il faut aller plus loin, futurement, plus largement, le bâtiment responsable et pertinent, Initiateur et administrateur d'un groupe sur Facebook : Rénovation pertinente » . Pour ceux qui souhaiteraient plus d'informations : www.papyclaude.fr

35 réflexions sur “Pare-vapeur, Frein-vapeur, Rien du tout, qui a raison ?

    • Bonjour et merci de votre question.
      Un autre article va traiter de ces points et sera publié semaine prochaine, soit le 7 mars. Il y sera précisé où poser le pare-vapeur. Par contre son non percement dépend des choix de l’ordre et des techniques des travaux. Il est évident qu’une réflexion en amont est primordiale… est-lle toujours menée ? Malheureusement non !

  1. Un pare-vapeur est logique surtout en intérieur avec un Sd (m) de combien? 10,15,18 m minimum? De quelle nature : film synthétique, membrane, panneau, peinture? et d’une épaisseur de? Le problème devient récurrent, il serait donc pertinent que les fabricants indique cette valeur Sd dans les caractéristiques de leurs produits et qu’un DTU voit le jour (pas d’Avis Technique !!! qui fait peser sur le prix de vente).

    • Bonjour Thiebaut, merci pour votre apport à ce sujet si important.
      La nature du pare-vapeur n’est pas ce qui compte le plus, mais sa valeur Sd et sa pose en continu lors de la mise en œuvre. Par ailleurs, annoncer son épaisseur n’apporterait rien de plus puisque ce qui compte, c’est de connaître sa valeur Sd, laquelle est dépendante de la valeur Mu du produit et … de son épaisseur. Attendu qu’un parevapeur se doit de porter, dans le descriptif du fabricant, la valeur Sd du produit, nous connaissons ce qui est nécessaire.

      Un DTU serait, si la chose était possible, plus simple qu’un avis technique, mais est-ce possible ? Nous n’en sommes pas certains …

      Nous pensons qu’il serait par contre souhaitable de communiquer sur le fait qu’un pare-vapeur se doit de répondre à un besoin : que ce qu’il laisse migrer en terme de vapeur soit gérable par la paroi qu’il est censé protéger. Sans que cela réponde à une règle absolue, les expérimentations diverses, tant chez nous, en France, qu’à l’étranger, démontrent qu’en présence de climats tels que ceux que nous connaissons, il ne faut pas laisser entrer plus du 1/5ème de ce que la paroi peut laisser sortir vers l’extérieur.
      Dans certaines conditions extrêmes, en climat océanique entre autres, le rapport peut être passé de 1 à 5 jusqu’à 1 à 10.
      Pour être plus clair, dans des conditions normales d’utilisation, le Sd du parement intérieur doit être au moins 5 fois plus élevé que celui du parement extérieur. Si tel n’est pas le cas, il y a lieu d’adjoindre un PV du niveau de Sd requis.
      Dans certaines situations plus critiques, en cas de climat océanique par exemple, donc air extérieur fortement chargé en vapeur d’eau, il faudrait que la valeur Sd intérieure soit 10 fois supérieure à celle de l’extérieur.

      C’est une règle simple et efficace.

  2. Bonjour,
    Vous écrivez
    « Est-il possible d’éviter la pose d’un pare-vapeur ?
    Oui, dans des cas très précis, particulièrement ceux à isolation répartie. »

    Pouvez-vous détailler cette partie ? je construit une tiny house et j’ai fais le choix de ne pas mettre de pare-vapeur donc ça m’intéresse vivement. Je prévoit une vmc double flux ainsi qu’un extracteur dans la SDB.

    • L’isolation dans la masse concerne des matériaux qui s’insèrent dans le mur porteur et qui, du fait de leur masse, lissent la migration de la vapeur d’eau. Par exemple la paille insérée dans une ossature et qui, en fonction des parements intérieur et extérieur, peut ne pas intégrer de PV.
      Il s’agit forcément de matériaux soit massifs (donc lourds), soit épais.
      Ils ne sont en aucun cas compatibles avec une Tiny house qui, par principe, se doit d’avoir des parois les moins épaisses possibles et qui impose la sélection de matériaux les plus légers possibles.

      S’il est un type de construction dans lequel le PV n’est pas négociable, ce sont les habitats de petite dimension, les Tiny houses entre autres.
      En effet, ces habitats sont censés permettre à leurs occupants d’y vivre et y mener les mêmes activités que dans des habitats plus grands. Ils y émettent donc autant de valeur d’eau, le problème étant que le volume d’air y étant, par nature, réduit, le seuil de saturation y est beaucoup plus vite atteint. Et comme les surfaces de paroi y sont restreintes, le transit y est extrême. Attendu que les parois sont peu épaisses, la capacité d’un isolant à gérer les flux de vapeur, même à fort pouvoir hygroscopique, y est très faible et, en l’absence d’une régulation des quantités de vapeur autorisée à y transiter (rôle du PV), il y a de très, très fortes chances que l’isolant y soit envahi par de l’eau liquide, résultat d’un point de rosée non maîtrisé.
      De plus, une Tiny étant un habitat mobile, les déformations inhérentes aux mouvements lors de ces déplacements risquent forts de mettre à mal l’étanchéité au vent … autres sources de condensation ponctuelle …
      Vous avez prévu une VMC, c’est très bien, doublée d’une extraction dans la salle de bains, c’est un peu la ceinture et les bretelles pour cette pièce, ce qui n’est peut-être pas nécessaire, mais ceci ne peut pas remplacer intégralement un PV …

  3. Il y a un aspect que Vous n’aborde pas, le cas de revêtement intérieur qui sont absorbante

    Je veux parler de l’argile.
    En couche de 4cm elle permet une absorption/désorbtion naturelle.
    Ses autres qualités sont :
    – produit durable/recyclable
    – pouvoir nettoyant par aDsorbtion
    – gain de ~ 2°C de température, ce qui bcp.
    – bon isolant thetmique/phonique

    Et j’en oublie.
    Très curieusement cette possibilité n’est jamais mentionnée …

    Quel est votre avis a ce sujet ?

    • Bonjour Van Lede Eric,
      Merci de votre contribution.
      Nous avons traité ici de la nécessité de réguler le transit de vapeur d’eau au travers des parois.
      Nous somme d’accords avec vous sur la faculté de certains matériaux à absorber de la vapeur d’eau, les enduits terre en font partie. Divers matériaux à fort pouvoir hygroscopique peuvent, au même titre, le permettre.
      Cependant nous soulignons bien qu’il ne faut pas confondre absorption et régulation.
      En effet, lorsqu’un élément, par exemple un enduit terre en 4 cm d’épais, est saturé, il n’absorbe plus de vapeur d’eau et, par ailleurs, la vapeur d’eau continue à le traverser et poursuivre son chemin vers l’extérieur de la paroi.
      Si les volumes de vapeur ne sont pas régulés dans le sens de laisser sortir a minima 5 fois plus vers la face extérieure que ce que laisse passer le matériau intérieur, il y a risque de matérialisation d’un point de rosée.
      Celui-ci, comme expliqué dans d’autres articles publiés ici, peut générer de nombreux désordres et engendrer des pathologies aux bâtis et aux occupants.

      Il y a souvent confusion du fait que, comme indiqué dans les règles de construction avec remplissage paille, en présence d’un enduit intérieur terre de 4 cm et d’un enduit extérieur adapté, on peut se passer d’un pare-vapeur, les Sd extérieur et intérieur de ces 2 produits étant bien dans un rapport de 1 à 5.
      Il ne faut pas faire une généralité de ce qui est une exception.

  4. Bonjour,
    Nous nous lançons dans l’isolation de combles aménagées d’une grange en ile de France. Nous avons décidé d’utiliser des panneaux de chanvre sur 2 épaisseurs de 60 + 220 mm.
    Quel est votre avis sur l’utilité du pare vapeur dans ce cas de figure? Je précise également que pour des questions pratiques (rénovation), nous avons abandonné l’idée de poser un pare pluie coté extérieur.
    Bien à vous

  5. Bonjour, petite question relative à un habitat léger: tiny house. Je prévois l’utilisation de pare-vapeur bien entendu, et hygrovariable de préférence. L’isolant sera du métisse en 80mm pour les murs, 100 pour le sol et 120 pour le plafond. Cependant dans le cas du plancher, il n’y aura pas de liteautage entre le revêtement (contreplaqué ou OSB + parquet) et le pare-vapeur, à la différence des murs et plafond oû ce vide technique servira à passer l’électricité.

    Un charpentier m’a indiqué que poser directement un revêtement sur le pare-vapeur risquait de créer une humidité excessive sur la face interne de ce revêtement, est-ce exact ? Si oui y a-t-il d’autre alternatives que la « lame d’air » pour parer à ce problème ?
    Merci d’avance aux spécialistes de la question pour leur informations, ainsi qu’à l’auteur de cet article très précis et qui explique très bien le sujet.

    • Bonjour Aymeric IEHL,
      Merci pour cette question.
      Le pare-vapeur a une fonction que nous pensons avoir décrite au mieux. Cependant, il « travaille » en accord avec d’autres éléments.
      Le plus important d’entre eux est la teneur absolue d’eau dans l’air, point encore plus important dans une mini maison.
      En effet, les émissions de vapeur d’eau y sont quasi de même niveau que dans un habitat de surface et volume plus conventionnels alors que, précisément, le volume d’air y est bien moindre et les surfaces d’échanges que constituent les parois extérieures (sol, murs et toit) y sont également moindres.
      Il est obligatoire, dans les habitats conventionnels, de prévoir des renouvellements d’air efficaces et selon des volumes normés car là, déjà, compte tenu de ce que sont nos habitats et nos modes de vie contemporains, l’apparition de points de rosée y est crainte, ceci est encore amplifié dans les Tiny Houses tel que décrit ci-dessus.
      Donc, notre premier conseil est de prévoir un système de renouvellement d’air efficace. Vous pourrez trouver, ici, d’autres articles dans lesquels nous avons décrit ce que nous pensons être efficace.

      Venons en au pare-vapeur. Il faut aussi prendre en considération les autres matériaux qui feront partie du complexe de plancher.
      Un point important en ce qui concerne les Tiny est variable selon qu’il s’agit d’une Tiny House mobile, donc sur remorque ou une tiny fixe. Dans le cas d’une Tiny House sur remorque, il est quasi obligatoire de prévoir un parement extérieur étanche sous la remorque (en vue de protéger le plancher des projections d’eau lors des déplacements) propre à interdire tout perspirance.
      Cette situation est forcément préjudiciable au bon fonctionnement de l’ensemble.

      Vu la complexité du cas d’espèce qu’il vous faut résoudre, nous vous conseillons de consulter un fabricant de pare-vapeur, soit par le biais de votre fournisseur, soit directement.
      En effet, au-delà de tout conseil, reste la nécessité d’un bon fonctionnement et la garantie sur les travaux. Seul un fabricant peut répondre à ces questions.

  6. Article très complet et travaillé, on comprend bien l’intérêt de la chose, bravo.

    Mais quand on voit comment beaucoup de constructeurs travaillent aujourd’hui… Et je ne parle pas forcément du low cost ! Les pare-vapeur sont posés à l’arrache totale avec beaucoup de défauts d’étanchéité. Ça c’est la réalité. Déjà que les bases de la construction sont très très souvent non respectées (ex : temps de séchage du béton…)

    En théorie, c’est formidable le pare-vapeur, comme plein de choses, mais en pratique… Comme le demandait un internaute, comment procéder. Et bien dans beaucoup de cas, vous ne pourrez pas à moins de tout faire vous même minutieusement (ou prendre un constructeur top niveau ou maison assemblée en usine) car avec plusieurs corps de métier qui se rejettent toujours la faute, plaquistes, électriciens, et j’en passe… Même bien posé, le mec ne va pas perdre de temps pour ne pas perforer le pare vapeur, ou alors on croit au monde des bisounours…
    Donc dans certains cas de figures, je pense que le mieux est l’ennemi du bien. Vaut mieux s’en passe et faire une étanchéité au placo.

    Petite remarque supplémentaire concernant l’évolution des conditions de vie en intérieur que vous dites plus génératrices de vapeur : la maison d’aujourd’hui renouvelle beaucoup mieux l’air qu’autrefois, VMC, entrées d’air avec les volumes de la RT2012, hottes aspirantes… Dans le temps les gens cuisinaient beaucoup plus avec des cuissons prolongées avec beaucoup de vapeur car il n’y avait pas de cocotte vapeur ou ce genre de choses…

    Bravo encore pour votre expertise.

    • Bonjour Gui,
      Si l’ensemble des œuvrants dans le bâtiment n’est pas exempte de critique, ce n’est heureusement pas vrai pour l’immense majorité. Nous connaissons beaucoup d’artisans dotés de très bons savoir-faire et attachés à bien réaliser leurs ouvrages.
      Pour information, avant livraison d’une maison neuve, un test d’infiltrométrie est obligatoire, sauf à avoir opté pour un modèle répétitif d’un fabricant. Il est par contre tout à fait possible de faire réaliser un test par un spécialiste pour tout autre type d’intervention. Si ce test est fait avant l’intervention du plaquiste et des autres corps d’état que sont l’électricien, le plombier …, il sera facile, en les prévenant, de leur mettre une pression telle qu’aucun d’eux ne s’aventurera à percer ou abimer le pare-vapeur sans réfection ultérieure.

      Pour ce qui est des maisons actuelles dans lesquelles nous émettons plus de vapeur d’eau et dans lesquelles, nos changements de mode de vie ont fait croit la teneur en eau dans l’air, il s’agit de factuel. Si autrefois des cuissons longues étaient pratiquées, elles n’étaient absolument pas étanches (conduits fumée, menuiseries non étanches …), nous vous conseillons la lecture de nos divers articles qui abordent ce sujet et que vous pourrez trouver avec le mots clés « confort » « renouvellement d’air », « ventilation », « vapeur d’eau » … Il s’agit du cas le plus répandu d causes de pathologies dans le bâtiment, pour lui-même t/ou pour ses occupants.
      Quant à construire et isoler sans pare-vapeur pour réguler le transit et substituer cette tâche au placo, vous pouvez agir comme vous le pensez, cependant, dans de nombreuses situations et après que le parement aura été percé par tous les boitiers et appareillages, sans compter les difficultés d’étanchéifier le parement avec les menuiseries et le gros œuvre, il faudra vous préparer à de nombreux déboires de condensation, pourrissement, moisissures, rouille des ferrailles d’armature des bétons … mais chacun agit selon ses convictions …
      Ce qui nous surprend le plus c’est que, dans votre commentaire, vous nous reconnaissez une expertise et que, malgré tout, vous préconisez de passer outre cette expertise et les conseils qui en découlent …

  7. Bonjour merci pour vos articles très pertinents. Nous avons eu une discussion avec un ami sur la valeur sd des matériaux et le rapport de 1 à 5. Ce rapport concerne-t-il uniquement la face intérieur de la parois et la face extérieure? Ou doit-il additionner toutes les valeurs sd des éléments constituants cette paroie ? Merci pour votre éclairage.
    Elisabeth

    • Bonjour Elisabeth,

      Merci pour votre question.
      Effectivement, par simplification, on donne les valeurs des matériaux extrêmes. Cependant, si elles sont très importantes, il ne faut pas qu’au fil de la paroi un élément plus fermé soit présent. Si tel est le cas, c’est lui qui sera pris en compte.

      Pourquoi cette approche n’est-elle pas développée ?
      Reposons la base : plus le Sd est élevé, moins le matériau est perméable à la vapeur d’eau.
      En fait, au-delà de la rétention d’eau possiblement engendrée par un matériau à Sd plus grand, donc ambiance humide dans la paroi et, par voie de conséquence, possiblement dans l’habitat, il faut aussi prendre en compte les autres pathologies engendrées.
      Si de l’eau stagne dans une paroi au point de constituer une « réserve » d’eau liquide, si les circonstances sont propices, cette eau peut geler.
      Or de l’eau qui gèle se dilate et donc, si son contenant est solide, elle va le dégrader par éclatement. Elle peut aussi provoquer de la rouille ou des moisissures et pourrissements.
      Voyons en détail comment les choses évoluent :
      – plus l’eau stagnera proche de la face extérieure, plus elle se situera en une position où elle risque de geler, d’où l’intérêt à la laisser sortir si c’est seulement le parement extérieur qui la bloque et … d’où la mise en avant du Sd de ce dernier. A contrario, si c’est un élément intérieur de la paroi qui bloque et eau, cette dernière se situera plus proche d l’intérieur, donc en zone plus chaude et, par nature, hors gel.
      – pour que du fer rouille (c’est sa forme d’oxydation), il faut une présence d’oxygène et l’eau en contient. Normalement le ferraillage doit se situer suffisamment loin des faces extérieures des bétons, lesquels bétons sont quasi toujours plus ouverts aux flux de vapeur que les mortiers de crépissage (cf notre tableau des valeurs des matériaux : https://www.build-green.fr/produit/comparatif-des-materiaux-isolants-selon-leurs-performances/). Donc, là encore, le parement extérieur est prépondérant,
      – moisissure, pourrissement : il leur faut à la fois de la chaleur, de l’air et de l’eau pour se développer. Plus on s’approche de l’extérieur, plus la présence d’air est possible et donc plus il faut éradiquer une des 2 autres « conditions » : celle liée à l’eau. Il est donc, à nouveau, important que le parement extérieur soit plus ouvert que celui ou ceux qui le précèdent …

      A la question « pourquoi cette donnée des composants intérieurs est-elle moins mise en avant : si un élément à Sd plus élevé que celui des autres est intégré dans l’épaisseur d’un mur, il cantonnera de facto l’eau vers l’intérieur, donc hors gel, il limitera les apports d’eau aux éléments susceptibles de rouiller, moisir ou pourrir et donc ne favorisera pas leur dégradation. Ceci sera d’autant plus vrai qu’il faut (et c’est obligatoire depuis bientôt 40 ans !) prévoir un système de renouvellement d’air susceptible, en sus de la perméance, de favoriser l’évacuation de la vapeur d’eu dans l’air intérieur. Du fait de la progression des enveloppes de nos bâtis et de nos façons d’y habiter, comme développé dans divers articles, dont le présent, nous ne pouvons plus nous passer d’un tel système, naturel ou mécanique.

  8. Bonjour
    Nous envisageons la restauration d’une petite maison en pierre calcaire : murs de 60 à 70 cms d’épaisseur, 20 m² au sol, 2,4 m de hauteur, sur 2 étages, la cuisine se trouverait au rez-de-chaussée. Nous songeons à refaire les joints à la chaux (donc pierres visibles à l’extérieur comme à l’intérieur), même si l’isolation sera moyenne (l’espace est exigu et facile à chauffer). Etant donné la capacité de perspirance de tels murs, doit-on imaginer que nous aurons des problèmes liés à la vapeur d’eau émise par la cuisine et peut-on se passer d’une VMC (aération via ouverture des fenêtres) ?
    Merci de votre avis.
    /Nicolas

    • Bonjour Nicolas P,
      Nous comprenons que la perspirance de vos murs est de très bon niveau, cependant de telles maçonneries sont aussi très sujettes aux remontées capillaires, lesquelles s’additionnent à la gestion des flux de vapeur de contenue dans l' »air intérieur.
      De plus aborder le renouvellement d’air exclusivement sous l’angle de la vapeur d’eau, c’est occulter les autres phénomènes : COV, CIOV et microparticules contenues dans l’air. Vient ensuite la teneur en radon qui, elle aussi, peut générer des pathologies graves (il faut donc rechercher si votre maison ne serait pas mise en un lieu à risque de ce point de vue).
      Pour nous, il faut toujours une vraie ventilation, ce que l’ouverture et la fermeture des menuiseries ne peut absolument pas assurer.
      Pour nous

  9. Bonjour, suite à la lecture de cet article très complet, je vous pose le problème que j’ai à résoudre. J’ai fabriqué une salle de bains, « module » en ossature bois à l’intérieur de ma remise, placo hydro, produit SPEC, carellage à l’intérieur et pare-vapeur, isolant laine de bois avec finition volige extérieur.
    Je viens de m’apercevoir que de la moissisure s’est developpée entre le placo et le pare-vapeur seulement aux endroits où j’ai carrelé à l’intérieur.
    J’aimerais comprendre ce phénomène. Pour l’heure, je n’ai pas fini le parement extérieur et peux donc enlever les panneau d’isolant pour ouvrir le pare-vapeur et faire respirer.
    Je me demande si je ne dois pas l’enlever completement.
    Merci
    Mathieu

    • En fait et à notre avis, vous êtes confronté à un point d rosée inversé. Ceci peut être dû au fait que l’air de la grange est plus chaud que celui de la salle de bain et qu’il est très humide. La paretie faïencée présent,te 2 inconvénients par rapport au placo non habillé :
      – blocage de la migration d’eau,
      – renvoi du rayonnement, moindre température que le reste des parois (voir ma vidéo sur le rayonnement, chaîne Papy Claude).
      – Une température un peu plus faible ici et c’est suffisant pour y provoquer un point d rosée avec, pour conséquence, un développement de moisissures.

      A notre avis, 3 solutions :
      – renouveler l’air de la grange afin d’évacuer l’excès d »humidité,
      – éliminer la faïence pour opter vers des produits perspirants : tadeltakt, carreaux de terre cuite, lambris …
      – ventiler l’espace entre le pare-vapeur et le placo (depuis l’intérieur de la salle de bains afin de ne pas perdre le bénéfice de l’isolant). Bien sûr, renouveler l’air de la salle de bains de façon sérieuse (lire, ici, mes articles sur le renouvellement d’air).

  10. Bonjour, je fait une autoconstruction avec toit terrasse en partie nuit . En toiture froide (isolation par le dessous). J’ai mis le menbrane d’étanchéité sur dalle du relis épaisseur 18mm puis en dessous entre poutre mis ma laine de 300mm puis pv rtmax18 . J’ai de la condensation entre le parevapeur et la laine de roche que faut til faire pour résoudre le problème.

    • Bonjour Alan,
      Nous ne sommes pas surpris de ce qui vous arrive et qui, malheureusement, est normal : votre paroi extérieure est probablement non perspirante (type EPDM, feutre bitumé ou autre) et votre PV est de Sd 18 mètres (si nous avons bien compris la situation).
      Ainsi, de la vapeur peut entrer dans l’isolant mais ne peut pas s’en échapper vers le l’extérieur. L’air emprisonné dans l’isolant (chargé donc de vapeur d’eau passée à travers le PV), se refroidit et, à un moment, atteint le seuil de saturation, le fameux point de rosée.
      Faute de pouvoir laisser la vapeur s’échapper (par exemple avec un plénum ventilé au-dessus le l’isolant), il aurait fallu interdire toute pénétration de vapeur dans l’isolant via un PV à SD tendant vers l’infini.
      Il vous reste 3 possibilités :
      – déposer le PV actuel et le changer par un PV tendant vers l’infini (après que l’isolant aura séché),
      – limiter les émissions de vapeur dans votre maison
      – évacuer cette vapeur via une ventilation digne de ce nom (pour rappel, nous considérons qu’ouvrir et fermer les menuiseries n’assure absolument pas un bon renouvellement d’air).

  11. J’ai un cabanon en ossature bois de 13 m2 je vais le faire isoler avec de la laine de bois et le menuisier tient absolument à me mettre un pare vapeur en polyane perforé. J’ignore si c’est absolument nécessaire car entre le bois et la fibre de bois et le tout sera recouvert de lambris, je ne vois pas trop la raison pour laquelle il faut mettre un pare vapeur.
    J’aurais voulu avoir un avis désintéressé de votre part.

      • Tout d’abord, merci de me répondre si rapidement. Je ne vais pas générer de vapeur dans mon cabanon puisque je ne ferai pas de cuisine – mon époux va y dormir car il aime la chaleur du cabanon c’est tout. Il est probable qu’un jour ce cabanon serve uniquement pour bricoler. Pour l’instant il sert d’abri à du mobilier récupéré par succession pour éviter qu’il ne finisse à la décheterie. Voilà vous savez tout. Bonne journée

  12. Bonjour Claude,

    Je fais suite à mes différents mails. Si je fais mon repassage dans le cabanon, …est-il prudent de prévoir malgré tout un pare vapeur ? J’ai remarqué que lorsqu’il faisait froid le matin ma fenêtre pourtant équipée en argon est recouverte de rosée et ça ne me rassure pas. Pour le moment mon cabanon n’est pas encore isolé. Merci pour votre conseil. J’oubliais un par vapeur en 300 microns est-il suffisant. ?

    • Bonjour Béatrice,
      Si le repassage est fait à sec, aucune incidence, si pardonner c’est du repassage vapeur, alors oui, il faudra réguler la teneur en eau de l’air ambiant.
      Pour ce faire, 2 solutions :
      – attendu que les émissions sont ponctuelles, un système de renouvelante,nt d’air à mettre en route pendant le temps du repassage et quelques heures à suivre fera l’affaire,
      – si vraiment vous repassez souvent et que vous menez régulièrement des actions émettrices de vapeur d’eau dans le cabanon, alors nous vous vous conseillons un renouvellement d’air permanent de type VMC simple flux basique et un parevapeur en complément.

      La valeur déterminante d’un pare-vapeur n’est pas son épaisseur en micron ou autres, mais sa perméance à la vapeur d’eau, la valeur Sd. Une valeur aux environs de 18 mètres sera bien.

  13. Bonjour Claude,
    Merci pour tous vos conseils.
    J’ai un cas un peu particulier : ma maison a une toiture à ossature béton, avec briques + tuiles, en parfait état. Le plafond des combles (perdus) est également en béton (une dalle type plancher). Ces combles sont correctement aérés par des prises d’air. Je souhaite effectuer l’isolation moi-même par pose de rouleaux de laine de verre en couches croisées.
    Un pare vapeur est-il nécéssaire dans ce cas ?
    Cordialement,

  14. Je suis d’accord avec ce que dit Claude : évitez la laine de verre certes bon marché mais mauvaise pour les poumons. J’ai opté pour de la fibre de bois pour isoler mon cabanon. je voulais aussi de la laine de coton, matériau que j’ai utilisé dans ma maison pour isoler la toiture et le cellier mais mon menuisier a préféré la laine de bois, j’espère qu’il n’aura pas trop de mal pour la poser.

  15. bonjour
    je souhaite réaliser une isolation à la fibre de bois des plafonds de chambres d’une maison ancienne ,je n’ai pas de comble pour les isoler les chambres sont au deuxième étage dire sont directement sous le toit , le plafond est en platre il y a une très ancienne couche de laine de verre surement au dessus
    dois je mettre une pare vapeur après la couche d’isolant ?,
    merci

    • Bonjour Zarah,
      Si votre laine de verre est dans l’épaisseur du toit et que vous ajoutez de l’isolant depuis le dessous, il est nécessaire de connaître la nature de l’empilage des matériaux actuels.
      La règle est assez simple : il ne faut laisser entrer dans la paroi que ce qu’elle est en mesure de gérer et évacuer sans pathologie à la maison ou vis à vis des occupants.
      Pour ce faire, il ne faut laisser entrer dans la paroi, depuis l’intérieur, que 20% de la vapeur d’eau qu’elle est en capacité d’évacuer à l’extérieur.
      Dit autrement : le Sd du pare-vapeur (s’il en faut un!) doit être au moins 5 fois plus élevé que le Sd de la membrane extérieure (s’il y en a une …).
      Il faut donc d’abord vérifier la nature de l’isolant et si un Pare-vapeur ou un parepluie sont déjà intégrés dans le toit. il faut en connaître sa perméance.
      C’est seulement au prix d’une telle analyse que nous pourrons vous dire quelle position adopter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.