vmc-df-vs-vmi

Quelles solutions pour ventiler une maison : vmc double flux et ventilation par insufflation (2/3)

Renouveler l’air d’une maison est nécessaire. Il n’est plus personne pour s’y opposer. Tout au plus certains ne jurent que par un système, alors que d’autres le décrieront pour claironner haut et fort qu’il y a mieux à faire.

Un tel préconisera un renouvellement d’air naturel, tel autre d’ouvrir les menuiseries, un troisième défendra les Ventilations Mécaniques Contrôlées Simple Flux (VMC SF), un quatrième prêchera pour les VMC Double Flux (VMC DF) ou encore un renouvellement par insufflation.

C’est, à n’en pas douter, une des sources les plus sûres de déclencher un débat sur la pertinence de gestion d’un habitat.

Il rejoint en cela un autre sujet qu’est celui de l’étanchéité des bâtis, thème d’ailleurs très proche.

Ce sujet du renouvellement d’air est tellement important et vaste que nous lui consacrons 3 articles.

Ils n’ont pas vocation à démontrer la pertinence d’un système plus qu’un autre, nous avons voulu, aussi objectivement que possible, en présenter les avantages, inconvénients et limites.

Un 1er présente les raisons à la base du renouvellement d’air ainsi que les systèmes, au moins apparemment, les plus simples : le renouvellement naturel, l’ouverture des menuiseries et les différents systèmes de VMC SF.

Celui-ci présente les systèmes plus complexes que sont les VMC Double Flux, sous toutes les variantes possibles, centralisée, décentralisée, thermodynamique, à récupération de chaleur en vue de produire de l’eau chaude. Nous y présentons aussi le système consistant à renouveler l’air, non plus par extraction de l’air vicié mais par insufflation d’air neuf.

Un 3ème est dédié à la législation, aux systèmes annexes et/ou complémentaires. Nous y abordons aussi ce que nous aimerions voir changer, des propositions d’évolution.

Pourquoi renouveler l’air ?

Des arrêtés ont été pris en réponse aux effets délétères générés par l’eau et aux pathologies diverses qu’elle a engendrées, tant dans les bâtis qu’au niveau de leurs occupants, 2 sujets déjà largement abordés ici, nous les avons rappelés dans l’article 1 de cette trilogie dédiée au renouvellement d’air. Nous allons donc simplement citer les grandes lignes..

Pour le bâti

Dans les bâtis anciens, on peut citer l’atteinte à la tenue des murs porteurs à base de terre, la dégradation de certains types de pierre eu/ou l’attaque des mortiers d’assemblage des murs en question.

Pour les occupants

Les inconvénients majeurs consistent en des atteintes à la santé des occupants, citons les allergies, l’asthme, des rhinites, pharyngites et autres laryngites récurrentes, des maux de têtes, des nausées …

La présence de COV et CIOV et leurs effets secondaires sont aussi à prendre en compte.

Les émanations de radon, de plus en plus soupçonnées d’être la cause de très nombreux cancers des poumons.

VMC  Double Flux

Certains reprochent aux VMC SF, de tous types, d’extraire de l’air chaud et, ainsi, rejeter à l’extérieur de précieuses calories, ce que nous avons démontré être abusif. (ajout suite à 1 commentaire : ce qui est démontré c’est que les calories de l’air extrait, qui devront être compensées par le chauffage intégral de l’air entrant coûtent moins cher que le surcoût global à l’exploitation d’une VMC DF)

Afin de faire taire ces reproches, ils ont développé des machines susceptibles de récupérer les calories de l’air extrait et de préchauffer l’air entrant … Eurêka ! le système ultime est né : la VMC Double Flux (VMC DF) … 

(à moins qu’ils n’aient saisi une opportunité de multiplier les propositions, dont des plus coûteuses générant plus de chiffre d’affaire …).

schema-vmc-double-flux

Fonctionnement VMC Double Flux. Source : e-rt2012.fr

Le principe est assez simple : on fait passer l’air extrait dans un échangeur qui en récupère une majorité des calories et préchauffe l’air insufflé via celles-ci.
Divers systèmes existent, ils vont de l’échangeur à flux croisés, doté d’un rendement assez médiocre, de l’ordre de 60% environ, à l’échangeur par enthalpie (basé sur les changements d’état de l’eau), annoncé par certains jusqu’à plus de 120% de rendement, en passant par des systèmes à plaque ou à cartouches de céramiques qui, l’un et l’autre, sont donnés pour des rendements entre 90 et 98%.

Centralisée

Le système le plus répandu consiste en une machine unique à laquelle tout l’air extrait est amené en vue de préchauffer tout l’air insufflé. Ces machines, dites centralisées, sont relativement simples : 1 turbine pour l’air extrait, 1 turbine pour l’air insufflé, un échangeur, des filtres. Rien de très compliqué en soi. Par contre, pour l’extraction depuis les pièces humides et pour l’insufflation dans les pièces sèches, il faut de nombreuses gaines.

Si l’installation est assez simple dans le cadre d’une construction neuve, il suffit de bien l’anticiper, il en va tout autrement dans le cadre d’une rénovation d’une maison ancienne (sans combles perdus).

En effet, elle n’aura pas été conçue pour l’intégration aisée de si nombreuses gaines.

Ce système qui semble, au départ, une bonne idée est-il porteur de tous les espoirs mis en lui ?

S’il n’est pas question de lui dénier la récupération de la majorité des calories de l’air extrait, il reste à contrôler si le coût de chauffage économisé grâce au préchauffage de l’air entrant compense le surcoût d’installation et de consommation liée à la présence, non plus d’une, mais de 2 turbines. Nous verrons à la fin de cet article s’il est raisonnable ou illusoire de l’espérer.

Il ne faut pas non plus perdre de vue que ces installations ne sont réellement efficaces que si les flux entrants et sortants sont parfaitement équilibrés, ce qui impose une étanchéité au vent très pointue, extrêmement pointue. Raisonnablement pointue ?

Cette contrainte peut-être assez facilement atteignable dans le neuf et peut donc s’y justifier, par contre, c’est beaucoup moins évident dans l’ancien et, de ce fait, probablement beaucoup moins pertinent.

Par ailleurs, si des gaines d’extraction d’une VMC SF peuvent s’encrasser au fil des années d’extraction, on peut, au pire, craindre une baisse du rendement de la machine.

Par contre, et dans le même ordre d’idée d’encrassement des gaines d’insufflation, certes moindre, il ne faut pas perdre de vue que si cet air est contaminé par des bactéries pathogènes, il sera malgré tout insufflé dans l’habitat, avec les potentielles conséquences qu’on imagine.

S’il est nécessaire d’entretenir tout système mécanique de renouvellement d’air, il est évident qu’il faut ici être encore plus rigoureux dans ce domaine avec ce type de machines.
Il faut, à notre avis, faire appel à une entreprise spécialisée pour, a minima, un nettoyage/entretien tous les 2 ou 3 ans et un changement des filtres au moins 2 fois par année. Selon Arnaud Dutreix, éminent énergéticien, auteur de l’excellent ouvrage « Bioclimatisme et performances énergétiques des bâtiments (pdf) », publié aux Editions Eyrolles avec qui nous avons échangé à ce sujet, il faudra même les changer 4 fois par année.

Il nous apparaît de plus en plus qu’une VMC DF centralisée peut se justifier dans le cadre de maisons dont l’objectif, raisonnable ou non, est d’être aussi peu coûteuses que possibles à chauffer.

Nous sommes de plus en plus dubitatifs sur la pertinence de telles maisons, hormis au plan d’une satisfaction intellectuelle, mais il s’agit là d’un autre sujet. Sans le développer, les ressources consommées aux seules fins de les rendre passives seront-elles compensées par des ressources économisées lors de l’exploitation, ceci avant que lesdits systèmes ne rendent l’âme … Ne serions-nous pas tombés sous le dictat d’une nouvelle religion : celle de la maison hyper-performante ?

Avec couplage thermodynamique

Poussant toujours plus loin le raisonnement, des industriels ont développé des machines qui, non contentes de renouveler l’air, nous permettent soit de chauffer la maison, soit de produire de l’Eau Chaude Sanitaire (ECS).

Pour chauffer

Certaines machines, dites VMC DF thermodynamiques, offrent la possibilité de chauffer la maison grâce au couplage d’une Pompe À Chaleur (PAC) qui finit de chauffer l’air insufflé. Cette pompe à chaleur peut être intégrée à la centrale de renouvellement d’air ou être séparée et mise en série entre le départ de l’air insufflé à la sortie de la machine et les bouches d’insufflation.
L’installation semble judicieuse car il est tout à fait possible de détendre le gaz de la PAC dans l’air extrait, à la sortie de la VMC, donc dans un milieu où la température est stable. Ceci permet d’être certain de bénéficier d’un COP stable et donc du rendement stable de la PAC.

Tant qu’à installer une VMC DF centralisée dans une maison, si celle-ci est très bien isolée telle qu’une maison neuve, aller jusqu’à ce type d’équipement peut être pertinent … attention à bien veiller que la machine soit bien agréée dans le cadre de la RT 2012 !

Pour produire de l’eau chaude

Certains équipements offrent la possibilité de produire l’ECS via un système de pompe à chaleur exploitant les calories extraites et récupérées de l’air chaud. Ces équipements sont des chauffe-eau thermodynamiques .

Nous ne nous positionnerons pas ici sur la pertinence ou non d’un tel système. Nous pouvons simplement dire que, par rapport à un chauffe-eau électrique basique le surcoût semble amortissable en 5 à 8 ans, ce qui est très raisonnable.

Cependant, leur plus grande complexité impose un entretien régulier et induit des risques de panne plus importants.

Décentralisée

purification-air-decentralisee-aldes-schema

Source : aldes.fr

D’autres machines permettent de récupérer les calories de l’air extrait pour préchauffer l’air entrant. Plutôt qu’une machine centralisée, il s’agit, ici, de petites unités individuelles avec un flux d’air circulant à travers une cartouche, généralement en céramique, pendant environ 70 à 80 secondes dans un sens et, ensuite, par inversion, dans le sens inverse.

Les calories de l’air chaud sortant sont captées par la cartouche de céramique et restituées ensuite par cette même cartouche à l’air ambiant.

Elles peuvent être à 2 flux séparés et se suffisent à elles-mêmes pour une pièce déterminée, généralement pièce humide. Sinon, lorsqu’elles sont à un seul flux, elle sont montées dans des pièces voisines et leurs sens de flux s’inversent alternativement. En détalonnant les portes de ces pièces, l’air peut circuler entre les 2 pièces.

Leur rendement se situe aux environs de 90 à 95%.

Ce type d’installation peut éviter la mise en place de nombreuses gaines. Il est par contre un peu plus gênant au niveau du bruit, particulièrement au moment de l’inversion des sens d’écoulement, non pas que le bruit soit élevé, mais il change d’intensité, ce qui peut en favoriser la perception.
Pour qui veut une VMC DF dans de l’ancien, il peut s’agir là d’une alternative beaucoup plus simple à installer qu’une machine centralisée.

Ventilation par Insufflation

Les VMC ont été développées autour du principe de mise en dépression du bâti via l’aspiration de l’air dans les pièces dites humides. Celles-ci étant moins nombreuses que les pièces dites sèches, étant aussi, souvent, groupées afin de limiter les pertes de calories de l’ECS en limitant les distances de son transport, le nombre et la longueur des gaines sont aussi limités.

De plus, il semblait logique de puiser directement à la source des émissions de vapeur d’eau, dans les pièces humides !
Le principe de l’insufflation d’air consiste à envoyer de l’air dans l’habitat via une turbine. Afin de rester cohérente, cette insufflation devra se faire dans les pièces sèches afin d’éviter de “distribuer” l’humidité dans tout l’habitat. Il faudra donc prévoir plus de bouches d’insufflation et donc plus de longueur de gaines, ce qui, bien évidemment, peut compliquer l’installation.

L’air ainsi insufflé dans les pièces sèches circule dans l’habitat jusqu’à rejoindre les pièces humides via le détalonnage sous les portes de communication. Il s’en échappe via des grilles sur les menuiseries et/ou des bouches directement installées dans un des murs extérieurs de chacun de ces pièces. Attention à bien y penser dans le cadre d’une rénovation thermique, les menuiseries d’origine ne disposant pas, d’emblée, de ce type de grille.

Ce système, assez simple  au demeurant et, dans l’esprit, comparable à une VMC SF, présente l’avantage d’une filtration beaucoup plus facile de l’air insufflé, via un filtre en amont de la machine par opposition aux contraintes de filtration sur chacune des entrées d’air dans le cadre d’une VMC SF.

Il présente aussi l’avantage, en mettant l’habitat sous pression, de limiter l’infiltration de radon dans les maisons sur sous-sol qui ne disposent pas de fermetures étanches entre les volumes annexes enterrés et les parties habitables.
Enfin, mettant sous pression l’habitat, il ne perturbe en rien le fonctionnement des appareils de chauffage par combustion installés dans la partie habitable et y puisant directement leur air nécessaire à la combustion.

A contrario, et comme pour les VMC DF, l’air insufflé arrive via des gaines et il sera nécessaire de bien les entretenir afin d’y juguler au maximum tout développement de bactérie ou autres éléments pathogènes.

Certains fabricants proposent le préchauffage de l’air insufflé, il est le plus souvent assuré par un système de chauffage électrique par effet joule, nous déconseillons cette option car, comme ceci a souvent été expliqué, le chauffage par effet joule est l’un des moins pertinents qui soit

Conclusion

Ce deuxième article nous a permis de présenter les systèmes de VMC DF, les plus aboutis selon les techniciens, selon les tenants du “Plus c’est technologique, mieux c’est !”.

Nous ne disons pas qu’ils ont tord, mais qui (ou quoi) prouve qu’ils ont raison ?

Est-ce que, parce qu’une chose est possible à pousser vers des extrêmes, il est pertinent d’y aller ?

Nous comprenons que ce soit tentant, que ça puisse même, sous certains aspects, être rassurant (des techniciens, des ingénieurs, des spécialistes se sont penchés sur la problématique, c’est leur spécialité, on peut leur faire confiance !) …

Adopter-la-meilleure-technique-de-renouvellement-air

Adopter la meilleure technique de renouvellement d’air

Qu’on puisse leur faire confiance pour chercher, pousser, c’est certain.

Qu’ils puissent être fiers de ce qu’ils ont développé, nous le comprenons.

Que les entreprises qui ont financé ces travaux veuillent avoir un retour sur leur investissement, nous le comprenons aussi.     

Que celles-ci, afin de parvenir à vendre ces systèmes, en fassent la promotion, rien n’est plus normal !

Que des labels indépendants les adoptent, eux-aussi orientés vers une performance déterminée, oubliant au passage d’être pertinents sur tous les plans, entre autres au niveau du bilan énergétique global et de la consommation irraisonnée de ressources qui feront cruellement défaut aux générations futures, nous le comprenons aussi, même si nous ne le soutenons pas

Mais que, peut-être sous la pression du lobbying de ces acteurs, les organismes de tutelle aillent dans ce seul sens, en imposant des systèmes toujours plus complexes, probablement au-delà du raisonnable, nous ne le comprenons pas.

Nous dirons toujours qu’il faut respecter la législation, mais nous souhaitons être force de proposition, c’est ce que nous proposons, au moins pour une partie, dans le 3ème article de cette trilogie.

Nous annonçions, ci-avant, que nous allions nous pencher sur la possibilité d’amortissement d’une VMC DF par comparaison à une VMC SF, (valeurs 2018).

  • si une VMC DF nécessite 50€ de changement de filtres à l’année,
  • si elle nécessite un entretien plus courant et couteux, que nous estimons à minima, à environ 150€ à l’année,
  • si elle consomme 1/3 d’électricité en plus qu’une SF, soit environ 10€ par année.

On constate qu’elle coûte environ 210 € d’exploitation à l’année pour compenser le coût de chauffage de l’air froid aspiré dans un habitat par une VMC SF, 132 € à l’année.

Il apparaît donc que, non seulement elle n’en permet la compensation mais qu’une VMC DF génère un surcoût d’exploitation de (50 + 150 + 10) – 132 = 310 – 132 = 78 € par année par rapport à une VMC SF.


Nous en déduisons qu’au plan économique une VMC DF ne se justifie pas du tout par opposition à une VMC SF, bien au contraire !

* Une exception de  justification sans appel pour le choix d’une VMC DF :

L’implantation en un milieu particulièrement froid qui, dans le cadre d’un renouvellement simple, engendrerait l’arrivée d’air extérieur très froid, ce qui peut être source d’inconfort. Attention cependant à ne pas utiliser cet argument pour justifier de telles installations partout, ceci ne s’applique qu’aux conditions extrêmes, en montagne, dans des vallées profondes et froides, à haute altitude, au-delà de 1500 ou 1800 mètres, ce qui est, somme toute, assez limité.

Cette justification se situe au plan du confort, pas au plan économique.

Claude Lefrançois
Dans le bâtiment, par passion, depuis presque 40 ans, Ancien charpentier, ancien artisan, ancien constructeur de Maisons à Ossature Bois, ancien maitre d'œuvre, Ancien et encore formateur à l'isolation bio-sourcée, • Titulaire d'un brevet de construction de MOB en kit, Conférencier dans plusieurs domaines liés à l'éco-construction, l'éco-isolation, Youtubeur via des vidéos sur, dans un premier temps, l'isolation et l'efficacité énergétique et, parce qu'il faut aller plus loin, futurement, plus largement, le bâtiment responsable et pertinent, Initiateur et administrateur d'un groupe sur Facebook : Rénovation pertinente » . Pour ceux qui souhaiteraient plus d'informations : www.papyclaude.fr

28 réflexions sur “Quelles solutions pour ventiler une maison : vmc double flux et ventilation par insufflation (2/3)

    • Bonjour Gullentops et merci de cette piste évoquée.
      Le sujet de cette trilogie « Renouvellement d’air » a pour objectif principal de traiter de la nécessité du renouvellement d’air et le puits canadien, provençal ou autre appellation est une annexe.
      Par contre, nous lui consacrerons un jour un article dédié ou en lien avec d’autres annexes au renouvellement d’air.
      Sans aller au fond des choses, comme toujours, il présente certains avantages, mais aussi certains inconvénients, voire risques.

    • 1 à 2 fois par an pour le changement des filtres pollen selon l’Ademe.
      Le couplage DF, puits ne se justifie pas. Les deux systèmes n’additionnent pas vraiment leurs gains.
      Enfin, pour moi la DF centralisé, c’est vraiment le coût et l’encombrement des conduits le soucis.

      • Bonjour Vendeville,
        Effectivement l’ADEME préconise un changement 1 à 2 fois par année. Ceci est le stricte minimum auquel il faudrait s’astreindre, le minimum vital n’étant pas l’optimum. Nous préférons nous en référer au rythme préconisé par un professionnel en activité, reconnu très compétent qui, lui, prend pour minimum les conditions optimales de fonctionnement.
        En effet, les performances annoncées par les fabricants sont celles, non pas de conditions courantes d’exploitation mais des conditions labos, autant dire filtres neufs et un minimum de longueur de gaines. Or l’aéraulique d’un système installé et opérationnel est très différente, très nettement dégradée par les longueurs des différents circuits, les coudes, les raccords de distribution, les éventuels pièges à son, les grilles et les filtres. Tant qu’à miser sur un système à récupération, nous pensons qu’il faut lui accorder toutes chances d’être le plus efficace possible.

        Vous avez raison en ce qui concerne le puits canadien. Il n’apportera pas un gain aussi évident qu’on l’entend souvent dire. Nous pensons, effectivement que son couplage avec une DF, en plus des éventuels inconvénients qu’il peut représenter (entre autres au niveau radon dans les zones exposées), engendre une dépense supplémentaire non amortissable, ni au plan financier pour l’exploitant, ni au plan environnemental et/ou économie de ressources pour la planète.

        Vous avez aussi raison, et nous arrivons à la même conclusion quant à certains inconvénients majeurs : déjà que l’exploitation seule ne permet pas une économie, raison essentielle pour laquelle elle est vendue, si on y ajoute les difficultés d’installation et le coût supplémentaire des gaines et autres équipements pour le réseau, l’objectivité et le réalisme nous ont amené à la conclusion de l’article : hormis dans certaines conditions extrêmes, l’option VMC DF ne nous semble pas pertinente.

    • Le couplage n’a de sens qu’en mode by pass l’été pour rafraîchir la maison.
      En hiver, aucun intérêt
      Démonstration :
      Supposons qu’il fait 20°C dans la maison et 0°C dehors

      Sans puits canadien : air extérieur = 0°C + VMC DF (rendement 90%) => air int = 18°C
      Avec puits canadien : air extérieur = 0°C + puis canadien => Air préchauffé = 10°C + VMC DF (rendement 90%) => air int = 19°C

      La VMC DF te fait gagner 18°, le PC 1° … au vu du prix d’un puits climatique … aucun intérêt, sauf pour le rafraîchissement estival

    • Certes l’air insufflé est filtré, mais ne serait-il pas possible, à moindre coût et difficulté, de concevoir des grilles d’entrée d’air avec de minis filtres, tels que ceux prévus dans les DF décentralisées.
      Leur changement serait infiniment plus simple et ainsi, au moins peut-on l’espérer, plus souvent effectué. Leur coût également serait moindre.
      Non seulement il y aurait un gain au moins aussi important pour le nettoyage du volume habitat, mais également il n’y aurait plus cette épée de Damoclès concernant la pollution des gaines d’insufflation et, pour le coup, des risques importants pour la santé au cas où des éléments pathogènes s’y seraient développés.

  1. Bravo pour cet article et la comparaison du cout d’utilisation d’une VMC SF ou DF.
    D’autant plus que vous ne tenez pas compte du prix d’achat initial de la VMC DF et de sa mise en place, et là, l’investissement ne se justifie que si on habite dans une région très froide (comme vous le dites si bien…)
    Merci et au plaisir de vous lire !

    • Bonsoir Thomas,
      L’analyse et le contrôle en amont de la prescription sont trop peu pratiqués, dommage.
      En effet, cette approche visant à contrôler si un choix est pertinent permettrait souvent de s’orienter vers une efficacité vertueuse plutôt que, comme nous le voyons trop souvent, des solutions techniques coûteuses à tous points de vue et, en vérité, pas plus efficaces, sauf dans quelques cas ou conditions particulières.

  2. Bonjour, je tombe sincèrement des nues !! Je suis actuellement en train de rénover un corps avec beaucoup de superficie et donc beaucoup de pièces à isoler, chauffer et ventiler. J’ai l’intention de poser une PAC air/eau et je souhaitais mettre une VMC DF (la VMC DF thermo n’étant malheureusement pas adapté à mon logement). Mais le coût du VMC DF (300m3/h + réseaux de gaines) est exorbitant ! Et là, je lis que ce n’est absolument pas rentable et qu’une simple flux l’est davantage (d’un point de vue économique et non écologique).

    Merci beaucoup pour vos précisions

  3. Bonjour, je suis très surpris par la conclusion de cet article qui n’est, selon moi, pas totalement juste. Vous prenez en compte dans votre raisonnement uniquement la déperdition de chaleur par la VMC pour étayé que la VMC DF ne se justifie pas de tout sur le plan économique. Mais la déperdition de chaleur par la ventilation ne représente que, en moyenne, 20% d’une maison RT2012 ce qui veut dire que la grande majorité de la déperdition de chaleur vient des parois d’un logement qu’il faudra compenser par un quelconque mode de chauffage. Et c’est là où la VMC DF devient rentable (quoi que, il faut prendre en compte les données du cout d’achat et l’installation).
    La première fonction d’une VMC SF ou DF est de renouveler l’air, on est d’accord mais ce qu’apporte la DF par rapport à une SF et qu’elle réchauffe économiquement (210 euros annuel d’apres vos calculs) au moins 80% de l’air qui a été refroidie par déperdition globale ce que ne fait pas la SF. Une maison RT2012 avec une VMC SF engendrera une facturation de chauffage annuelle probablement 4 fois supérieur comparer à une même maison équipée d’une DF, je pense que ce facteur ne doit pas être complètement farfelu.
    Je ne suis pas spécialiste comme vous l’avez compris car je n’ai pas de chiffre concret par contre je pense que pour aboutir à une conclusion, qu’il faut prendre en compte là depérdition de chaleur globale que devra compenser à hauteur de 100% le mode de chauffage d’une maison équipée avec une SF alors qu’avec une DF la compensation ne devra être qu’à hauteur de 20% et là la conclusion ne devrait pas être la même j’imagine.

    • Bonjour Pidaco,

      Notre réponse est très simple : rien ne se perd, rien ne se créée !
      Partant de ce principe, a priori intangible, attendu que la VMC DF récupère environ 80% de l’énergie rejetée à l’extérieure lors de l’extraction, elle ne peut, au mieux et sous réserve que ces 80% soient bien réels (pas de problème le long des gaines, filtres parfaitement propres, échangeur non encrassé …), que restituer ce qu’elle aura récupéré sur l’air extrait.
      Donc, elle n’a aucune possibilité de compenser par des calories puisées sur l’air celles qui sont perdues par les parois.

      Par ailleurs, si nous admettons de rejeter ces calories de l’air extrait via une VMC SF, donc sans les récupérer, il faudra les compenser par le réchauffement à l’équivalent de l’air entrant.
      Nous avons fait le calcul du réchauffage de l’air entrant dans un autre article et les conclusions sont sans appel, c’est de la physique pure : https://www.build-green.fr/vmc-vmi-renouvellement-dair-permanent-ou-non/

      La seule différence entre une maison équipée d’une VMC SF et une équipée d’une VMC DF est que les calories de l’air extrait auront été, espère-t-on, récupérées à hauteur de 80%. Pourquoi et comment voudriez-vous qu’une VMC DF ait la moindre influence sur le chauffage de la maison hors le préchauffage d l’air entrant ? C’est d’ailleurs la seule revendication énergétique des fabricants (ils annoncent une récupération mais se gardent bien de la chiffrer, la différence entre eux et nous, c’est que nous, nous l’avons calculée) …
      Comme vous l’aurez constaté, le coût réel de réchauffage de l’air extrait, non préchauffé par une VMC DF est de : 132€ environ pour une année. Attendu que la VMC n’a un rendement réel (et encore, c’est très rare) que de 80%, l’économie générée est de 132 x 80% = 105,60 €.

      Donc, désolé de vous contredire, mais c’est ainsi, qu’on l’accepte ou non !

      Juste à titre d’info, cet article a été lu des milliers de fois, une bonne partie de notre lectorat est constitué de bureaux d’études, un seul s’est opposé au fond de notre article et encore, en disant que nous avions mal compris l’extrait d’un livre que nous avions cité.
      L’auteur du libre nous a confirmé que nous avions, au contraire, fort bien compris le sens de son ouvrage, ce qui a coupé court au débat.
      Comment se fait-il, si notre approche est fausse, que des thermiciens ne nous abordent pas pour nous signaler notre(s) erreur(s) ?

      Donc, en conclusion, nous ne changeons rien à notre approche, à nos écrits et à notre conclusion.

    • Bonjour Stéphane JOURDAN,
      Vous avez raison, notre formulation n’est pas suffisamment précise.
      Nous avons amendé notre article.
      – Ce qui a été démontré n’est pas le fait qu’une VMC extrait ou non des calories en extrayant de l’air chaud, c’est que, financièrement, il coûte plus cher d’essayer de récupérer ces calories extraites et de s’en servir pour préchauffer l’air entrant que de les laisser s’échapper sous forme d’énergie fatale et chauffer l’ai entrant en partant de sa température normale.
      – Il en va de mêmme d’ailleurs au plan écologique puisqu’il faut nettement plus de ressources (matières premières) pour fabriquer une VMC DF (2 cages d’écureuil et donc 2 moteurs, un échangeur au lieu d’un ensemble unique et pas d’échangeur pour une VMC SF; 2/3 environ de gaines en plus et parfois autant de coffres en plus. Ce qui est injustement consommé aujourd’hui manquera un jour aux générations futures …
      – au plan énergétique, idem, ne serait-ce que du fait des travaux beaucoup plus importants pour une VMC DF que pour une VMC SF.
      – Ajoutons à cela que les 95% de rendement revendiqués par les plus performants des systèmes sont calculés et testés en laboratoire avec 1 mètre de gaine, droite, à chaque bouche, ce qui, convenons-en, est bien loin de la réalité de l’exploitation d’une maison en bon père de famille. Il faut changer les filtres très régulièrement car les rendements sont calculés filtres propres. Les machines plus complexes sont plus sujettes à panne que les machines simples …

      Bref, au global, nous maintenons notre position : le discours des tenants des VMC DF est, pour le moins, totalement abusif, parfois même (souvent ?) scandaleux !

  4. Bonjour,
    Votre article est très intéressant et j’ai pu trouver des réponses aux interrogations que je me posais.
    Toutefois il faut préciser que la solution VMC Double flux s’apprête parfaitement à certains type de batiments comme par exemple les écoles (QAI important attendu dans les classes) et dans les EHPAD (température de consigne importante et plus de pièces concernées).

    • Bonjour Mr.Toc, merci de votre apport qui vient utilement compléter nos propos.

      En effet, des exceptions viennent toujours s’opposer aux règles générales.
      Le renouvellement d’air important dans les écoles imposerait effectivement d’y introduire de l’air à une température proche de celle dite « de confort ».
      A noter cependant que chauffer de l’air pour une école ne nécessite pas plus d’énergie que pour chauffer de l’air pour un habitat individuel, m3 par m3 ou kg par kg, donc, hormis lie conté confort, rien au niveau de l’énergie consommée ne le justifie.
      Pour en avoir visité quelques unes, le constat que nous avons fait est que le choix se porte de plus en plus souvent sur des machines extrêmement performantes et … couteuses.
      Alors, dans ce cas spécifique des écoles, oui pourquoi pas des VMC DF, mais raisonnables, ne nous laissons pas aveugler par la technique la plus pointue possible, laquelle, dans sa course à la performance engendre des dépenses supplémentaires inamortissables par rapport à des machines plus simples.
      Autre possibilité, peut-être s’orienter vers un système à VMI avec une petite pompe à chaleur pour préchauffer l’air insufflé, système beaucoup moins coûteux à l’achat, à l’installation, à l’entretien et … peut-être même à l’ex)lointain !
      Par contre, vu l’utilisation très limitée dans le temps de ce genre de bâtiments, assujettir le volume de renouvellement à l’utilisation et aux conditions générales, intérieures et extérieures serait une excellente décision.

      En ce qui concerne les EHPAD (ou tous autres bâtiments à usage médical), la réflexion vaut la peine d’être menée.

      Cependant, nous n’avons pas abordé ces sujets car notre propos, peut-être pas assez précisé, était plus de nous intéresser aux occupations personnelles, qu’aux collectives.

      • Merci pour votre réponse. Pour les écoles l’intérêt principal de la VMC Doulbe flux n’est pas du domaine de la consommation énergétique mais plutôt de la qualité de l’air intérieur en maitrisant plus facilement le taux de C02 dans les classes (si forte concentration de C02, il sera plus difficile aux élèves de se concentrer). Chose difficilement réalisable avec une VMC SF car on maitrise peu ou pas l’entrée d’air et donc un balayage efficace suivant les besoins (toutefois j’ai entendu parler parler de VMC SF avec régulation sur Sonde C02). Avec une VMC Double flux une programmation pourra être mis en place suivant la présence des élèves.

        Concernant le domaine de la maison individuelle, il y a un paramètre peu pris en compte qui est la température ressentie. Or, mais j’aurais tendance à dire qu’une VMC Double flux permet un meilleur confort ( je n’ai pas d’étude sur lequel m’appuyer mais simple raisonnement) car elle va mieux maitriser la balayage de l’air intérieur et l’humidité relative. En effet, les études montrent en règle général 20% de perte par la ventilation mais je pense que dans les fait on ne prends pas en compte ce facteur « température ressentie » qui peut avoir un impact sur la température de consigne (et donc gain d’énergie).

        Aussi, si l’on choisit de construire une maison passive, la VMC double flux va permettre, dans certains cas, de remplacer un système de chauffage centralisé. Ainsi, c’est un gain économique par rapport à un scénario VMC SF + chaudière gaz ou PAC AIr/eau qui auront également une maintenance.

        Je précise que je n’ai aucune préférence vis à vis des 2 technologies (tout dépend de chaque situation) mais je souhaite aller au bout de mon raisonnement et des arguments.

        • Nous raisonnons comme vous : appréhender l’ensemble des contraintes. C’est pour cette raison que nous avons écrit de multiples articles, dont une série dédiée au confort, notion beaucoup plus importante que ce qu’on lui attribue généralement. Vous pourrez les trouver, référencées sur l’article suivant : https://www.build-green.fr/coup-doeil-dans-le-retroviseur-annee-2019/ (ce qui concerne le renouvellement d’air est référencé ici : https://www.build-green.fr/un-coup-doeil-dans-le-retroviseur-2018/
          Ces notions sont très importantes et… complexes, surtout lorsqu’on les remet dans leur contexte général.
          C’est pourquoi, auteur de ces divers articles, j’ai programmé la publication de plusieurs ouvrages dédiés, chez Terre Vivante Editions. Le 1er, posant les bases générales, sera publié en septembre prochain « La maison écologique » et d’autres sont dores et déjà programmés pour 2021 et plus : « le confort », « le renouvellement d’air », « la présence et les méfaits de l’eau dans la maison », « la thermie l’été » …

          Revenons aux VMC en particulier.
          Sur le papier, une VMC DF peut sembler permettre de mieux maîtriser le balayage des flux d’air, mais pourquoi ne pourrait-on pas organiser aussi bien des balayages avec des VMC SF ?
          Par ailleurs, combien de VMC DF sont installées après une étude sérieuse de la gestion des flux et du balayage ? Combien sont réellement équilibrées par un spécialiste ? Combien de propriétaires changent leurs filtres au moins 2 fois par année ?

          Dans une maison passive, pourquoi une chaudière ? Le recours à une VMC DF thermodynamique, donc transporter les calories et les distribuer via de l’air est probablement un des systèmes les moins confortables car apport des calories par l’air, vecteur parmi les moins performants et chauffage par convection (même si mouvement d’air faible) alors que le ressenti de confort est en partie lié à une réception des calories lorsqu’elles sont émises par rayonnement.
          Pourquoi, dans une maison passive, ne pas avoir recours à des systèmes de chauffage électrique par rayonnement (les besoins sont tellement minimes que le recours à l’électricité via des appareillages simples, peu couteux à l’installation, sans entretien est probablement l’une des solutions les plus pertinentes !)

          En ce qui concerne les écoles, nous sommes bien d’accords que ce qui prime c’est le taux de CO2. Mais pourquoi la sonde mise dans la DF ne pourrait-elle pas être installée sur l’analyse de l’air extrait et rejeté par une SF (ce qu’elle fait dans une DF) et commander les débits de la machine (à nouveau exactement comme elle le fait avec la DF) ?

  5. Bonjour,
    Vos articles sont très intéressants.
    Par ailleurs, si économiquement la simple flux reste le meilleur choix dans votre conclusion, qu’en est il de l’arrivé d’air neuf ? Car outre la récupération de la chaleur de l’air sortant, la Vmc double flux permet bien sûr d’extraire mais surtout d’insérer de l’air neuf dans les pièces de vies ce qui pour la santé est un gros avantage et qu’on ne trouve pas dans les Vmc simple flux, ou je me trompe ?
    Car comment peut on être sûr que l’air entrant par les réglettes au niveau des menuiseries ou les ouvertures dans les murs sont elles bien efficace pour arriver de l’air neuf ? Outre le fait qu’on doive chauffer un air froid rentrant et non un air déjà préchauffé grâce a la DF, l’air chaud ne part-il pas justement par ses ouvertures alors qu’on essaye aujourd’hui d’avoir une étanchéité à l’air parfaite ?
    Je ne suis absolument pas expert, je suis un jeune architecte avec seulement 2 ans d’expérience et je me questionne afin de proposer les meilleurs choix à mes clients ainsi que pour ma futur maison.
    Bien à vous.

    • Merci Monsieur Brieuc d’apprécier nos articles.

      La VMC Simple Flux permet tout aussi bien de renouveler l’air par les entrées d’air extérieur que les Double Flux.
      Le principe est très simple, suite à l’extraction d’air, on crée une dépression dans l’habitat, s’il n’y a pas d’entrée d’air possible, inévitablement et très rapidement il devient impossible que la VMC SF extraie, elle va « mouliner » dans le vide, il ne se passera donc plus rien, ce qui bien sûr n’est pas l’idée.
      Donc, afin de permettre l’entrée d’air correspond au volume extrait, il faut prévoir des prises en direct sur l’extérieur.
      Pour des raisons de facilité, on les implante généralement sur les menuiseries, cependant ce pourraient tout aussi bien être des prises dans des parois pleines.
      C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il ne faut jamais étanchéifier ces entrées d’air, quelque soient les conditions climatiques extérieures. Il faut d’autant moins les occulter qu’il fait froid dehors car plus le risque est alors grand d’atteindre des seuils de saturation d’eau dans l’air proche des parois extérieures et donc de condensation sur les parois, voire à l’intérieur si elles sont perspirantes. Vous n’êtes pas sans savoir combien les moisissures qui, peut-être, s’en suivront sont sources de nombreuses pathologies, tant pour le bâti que pour ses occupants.

      Donc, contrairement à vos craintes, l’air chaud ne peut pas partir par les prises d’air extérieur car il faudrait non pas mettre en dépression l’air intérieur par la VMC SF mais le mettre en pression, ce que fait d’ailleurs une VMI.
      Cependant, dans le cadre d’une VMI, l’air est insufflé dans les pièces sèches et les ouvertures vers l’extérieur sont réalisées dans les pièces humides, ceci dans le but de conserver le même sens de balayage de l’air intérieur, depuis vers les pièces « sèches » pour s’évacuer là où l’air est le plus humide. dans les pièces humides.

      L’efficacité des prises d’air extérieur, réglettes sur les menuiseries ou autres est donc dépendante de 2 choses :
      – ne pas les bloquer avec quoi que ce soit,
      – les implanter judicieusement pour assurer un balayage pertinent.

      Quant à la récupération de chaleur de l’air extrait, tellement mis en avant par les commerciaux, les calculs que nous avons proposés au fil de nos articles dédiés à ce sujet si important du renouvellement d’air démontrent « l’écran de fumée » que représente cet argument, relevant du commerce et non de la pertinence, beaucoup plus basé sur les croyances du béotien que sur la réalité des lois de la physique.

      La VMC peut se justifier dans certaines situations très particulières, mais ce n’est certainement pas l’alpha et l’oméga du renouvellement d’air tel qu’on nous la présente.

      Nous espérons vous avoir été utile pour avancer dans vos pratiques et projets.

      • Bonjour,

        Merci pour votre réponse claire et précise. Je comprends mieux le principe de la simple flux qui semble plus simple d’utilisation pour sa seule fonction principale qui est de renouveler l’air et non de le chauffer légèrement.

        Petite dernière question si je ne m’abuse : Dans le cas d’une maison neuve très bien isolée sans accès au gaz pour se chauffer. Quelle est finalement la meilleure alternative (rapport économie/fonctionnement/pratique) dans la combinaison Chauffage + Ventilation (car c’est finalement souvent lié) ?
        Sera-t-il mieux dans ce cas la d’opter pour une pompe à chaleur avec VMC double flux tout en un (VMC thermodynamique si j’ai bien compris c’est identique) et de toute chauffer par l’air mais dans ce cas la comment chauffer l’eau sanitaire ?
        Ou bien est-il mieux d’installer une pompe à chaleur air/eau pour chauffer les sanitaire mais aussi les pièces de vies avec un plancher chauffant et mur convecteur dans les pièces de nuit + une VMC simple flux dans le seul but de renouveler l’air ?

Répondre à Vincent Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.