une-travaux-bati-ancien

Travaux sur bâti ancien : comment faire les bons choix ?

J’ai un problème à résoudre sur un vieux bâtiment, je voudrais le régler rapidement, facilement et pour pas cher. Quel particulier propriétaire d’une maison n’a pas été confronté au moins une fois à cette problématique ? Quel artisan du bâtiment, quelle que soit sa spécialité, n’est pas confronté régulièrement à cette demande ?

Combien vont poser ce type de question dans des Grandes Surfaces de Bricolage (GSB), ces nouveaux temples des solutions simples, faciles à mettre en œuvre et, oh miracle ! disponibles sur une étagère ou en tête de rayon, avec une vidéo qui tourne en boucle et explique combien c’est à la portée du béotien moyen ?

Alors, qu’en est-il des possibilités, des solutions, des avantages et des risques ?

Nous allons, dans cet article, aborder ces sujets. Nous n’avons aucune prétention à donner une ou des solutions, trop, beaucoup trop complexe.

Cependant, à la fin de sa lecture, vous aurez des pistes et nous vous aurons présenté un outil qu’il fallait inventer et … il l’a été : CREBA !

Un peu de patience, posons d’abord le décor.

Etat des lieux

Avant l’achat

Plus la maison est ancienne, plus les contraintes sont nombreuses.

Alors il aurait mieux valu ne pas l’acheter ?

Bien sûr que non, si elle est située dans un lieu propice par rapport à vos besoins, si elle représente LA MAISON de vos rêves, si, plus simplement, elle répond à vos besoins et que vous aimez l’ancien, bref, qu’elle vous a plu, alors bravo d’en avoir fait l’acquisition ou d’en avoir accepté l’héritage.

Peut-être avez-vous été un peu imprudent en l’achetant ou n’avez-vous pas vu tous les travaux qu’il allait vous falloir y réaliser ? Peut-être auriez-vous dû être plus fin observateur, analyser ces détails qui n’en sont pas et qui, aujourd’hui, vous posent problème . C’est l’occasion de redire à quel point nous pensons qu’il est très utile de se faire accompagner, aussi bien avant l’achat qu’après.

Avec la meilleure volonté du monde, personne, non formé, non expérimenté, ne peut s’improviser spécialiste du bâti.

Il y a plein de bonnes raisons de se faire accompagner. Des professionnels compétents pourront aider au choix ou, ce qui est nécessaire : mettre en évidence les points forts, les points faibles et alors l’achat se fera de façon éclairée.

Une fois l’achat réalisé, ce même professionnel pourra lister les travaux à réaliser, les chiffrer, les organiser car là aussi, un ordre d’intervention ne s’improvise pas.

Le temps des travaux

Il y a une seule constante en ce qui concerne les maisons anciennes, qu’elles soient très anciennes ou non : aucune n’est comme une autre, aucune n’a le même vécu, connu les mêmes travaux, été exploitée de la même façon qu’une autre, donc toutes sont différentes.

Si toutes sont différentes, aucune n’a les mêmes besoins, si chaque occupant est différent de son voisin, il aura d’autres souhaits, d’autres attentes, tout ceci ouvre vers des solutions multiples, qui peuvent se conjuguer, se complémenter, se mettre en opposition …

Oui, telle solution qui est bonne ici, sera à déconseiller là-bas, apportera tel avantage mais génèrera tel désordre …

Comment, une action pourrait-être positive ici et pénalisante ailleurs ?

Une intervention pourrait avoir des effets directs favorables et des effets secondaires indésirables ?

Bon, alors il ne faut pas la réaliser ! Hé non, pas si simple !

Prenons un exemple : quelqu’un qui a un cancer et besoin, pour guérir, de suivre une chimiothérapie, sait qu’il va subir des effets secondaires : perte des cheveux, fatigue, nausées … Devra-t-il(elle), face à ces effets secondaires fort pénalisants, se passer de chimio, bien sûr que non ! Par contre les soignants doivent lui expliquer en quoi consistent les effets secondaires et, dans la mesure du possible, lui permettre de les minimiser le plus possible

Le support

Si la maison est en pierre, en pisé, à colombage avec remplissage torchis, en parpaings, si elle a déjà été isolée, si les murs en ont été crépis, selon la nature de ce crépis, si la couverture est en tôle, en lauzes, en tuile, si elle dispose ou non d’un film de sous-couverture, si elle est dans une zone à brouillard ou plutôt avec un excellent facteur d’ensoleillement, les contraintes n’étant pas les mêmes, les solutions seront variables.

maison-ancienne-pierre

C’est là que le “sachant” accompagnant trouve toute sa justification. En effet, aucun outil ne permettra jamais d’opérer des choix éclairés sur tous ces points et encore beaucoup d’autres.

Les effets des choix

La prise en compte de ces éléments permettra donc d’ouvrir des pistes de solutions possibles. Cependant, tout comme la chimiothérapie engendre des effets secondaires, les travaux envisagés auront aussi des effets secondaires.

Par exemple, changer les menuiseries d’une maison va forcément en améliorer l’étanchéité au vent. Or ces fuites éliminées contribuaient peut-être au renouvellement d’air et donc à l’élimination d’une partie de la vapeur d’eau qui s’y trouve. Arrêter des fuites est excellent pour le confort thermique, pour les économies de chauffage mais peut être catastrophique en diminuant l’élimination de vapeur d’eau, ce qui pourra générer des moisissures, lesquelles émettront des spores, ces spores étant allergisantes, généreront des maladies des voies aériennes …

Comment, l’effet papillon sévirait-il aussi dans le bâtiment ? Si ce n’est pas exactement le même effet que celui du battement de l’aile d’un papillon, il est indéniable que des effets peuvent se générer en chaîne. Aucune action n’est anodine.

Comment prendre en compte les effets indésirables ?

Si seulement un outil existait, qui permette, en le renseignant, de signaler ces effets indésirables !

Et ce qui serait encore plus formidable serait que cet outil, après avoir signalé les risques d’effets indésirables, puisse, si je les traite, me dire si j’ai bon, si je peux avancer dans cette voie, si j’ai généré un autre effet secondaire …

Et le top serait que je dispose d’un compte rendu !

Euréka … CREBA !

Ne cherchez plus, cet outil existe, il vient d’être finalisé et mis en ligne, une version en français d’un outil britannique la Guidance Wheel.

Il est porté par une organisation qui va, à n’en pas douter, devenir incontournable : CREBA.

guidance-wheel-creba

Il a été développé en Angleterre et adapté à la France au sein de CREBA, par des professionnels référents chacun(e) dans son domaine.

Il est évolutif et, si vous l’utilisez, vous pouvez faire état de vos propres constats, ainsi il se nourrira du retour de l’expérience de tous, de l’open source en quelque sorte !

Et, gage de sérieux, il y a du beau monde derrière :

Vidéo sur le fonctionnement de CREBA, outil d’aide pour restaurer son habitat :

Le CREBA nous avertit toutefois :  

Cet outil permet une analyse d’opportunité du projet de réhabilitation envisagé.

Il ne constitue pas un outil de conception ou de dimensionnement.

Le choix des actions de réhabilitation retenues relève de la maîtrise d’œuvre et de la maîtrise d’ouvrage du projet concerné. La responsabilité des auteurs ne pourrait en aucun cas être engagée par les utilisateurs de l’outil.

Claude Lefrançois
Dans le bâtiment, par passion, depuis presque 40 ans, Ancien charpentier, ancien artisan, ancien constructeur de Maisons à Ossature Bois, ancien maitre d'œuvre, Ancien et encore formateur à l'isolation bio-sourcée, • Titulaire d'un brevet de construction de MOB en kit, Conférencier dans plusieurs domaines liés à l'éco-construction, l'éco-isolation, Youtubeur via des vidéos sur, dans un premier temps, l'isolation et l'efficacité énergétique et, parce qu'il faut aller plus loin, futurement, plus largement, le bâtiment responsable et pertinent, Initiateur et administrateur d'un groupe sur Facebook : Rénovation pertinente » . Pour ceux qui souhaiteraient plus d'informations : www.papyclaude.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.