Les champs électromagnétiques sont présents dans notre environnement, qu’ils soient naturels ou artificiels. Les technologies avancées et les gadgets mobiles (smartphones, objets connectés, domotique…) ont un réel impact sur notre environnement et sur notre santé. Ils ont fait l’objet de nombreuses études scientifiques et, au bout de 30 ans de recherche, les scientifiques sont toujours divisés sur la question.

Pourtant, il faut bien reconnaître que de plus en plus de personnes se disent « intolérantes aux champs électromagnétiques ». Qu’est-ce que ces ondes ? Quels en sont les symptômes et quelles en seraient les causes ? Comment y remédier ? Voici quelques pistes …

Qu’est-ce qu’un champ électromagnétique ?

Avant de définir étymologiquement le champ électromagnétique, jetons un œil sur les notions de champ, champ électrique et champ magnétique. Le champ est une notion physique qui désigne l’influence exercée par un objet dans un milieu. Le champ électrique traduit l’influence d’une charge électrique sur une autre charge. Quant au champ magnétique, c’est une charge électrique en mouvement qui exerce une influence sur une autre charge toujours en mouvement.

Frequences Champs electromagnetiques

Fréquences Champs électromagnétiques

Le champ électromagnétique résulte donc de la variation du voltage provenant du champ électrique et de la circulation (mouvement) du courant provenant du champ magnétique. Dès qu’il y a une activité d’origine électrique, qu’elle soit naturelle ou artificielle, des champs électromagnétiques sont générés. Cela signifie qu’il faut bien faire la distinction entre champs électromagnétiques provenant d’une source naturelle et champ électromagnétique d’origine humaine :

  • Les champs électromagnétiques d’origine naturelle sont perceptibles avec une aiguille aimantée qui indique la direction du nord ou du sud. C’est ce champ qui sert de boussole et de direction aux oiseaux lorsqu’ils doivent migrer sur des centaines de kilomètres. Notre environnement est entouré de champs électromagnétiques, mais, par exemple, aucun de nos sens n’est sensible au champ magnétique terrestre, pourtant ces champs sont bien présents.
  • Les champs électromagnétiques d’origine humaine se manifestent par les ondes de radiofréquences utilisées pour les transmissions d’informations. C’est grâce à ce champ que nous pouvons recevoir des images sur notre petit écran, échanger sur les téléphones, commander des objets à distance, recevoir une connexion WIFI…

Ce sont ces derniers champs électromagnétiques, créés par l’homme pour mieux communiquer, qui sont parfois à l’origine des incidences des rayonnements électromagnétiques sur la santé d’une catégorie de personnes exposées. En clair, pour une très large gamme d’intensités, les champs électromagnétiques peuvent avoir des effets, directs ou indirects, sur la plupart des systèmes physiologiques.

Plus d’infos sur notre dossier Domotique & Iot.

Qu’est-ce que l’électrohypersensibilité ?

L’électromagnétique ou IEI-CEM, ou électrosensibilité, ou électrohypersensibilité ou HSEM ou EHS ou syndrome EHS ou syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques SICEM est considérée comme une pathologie chez certaines personnes exposées aux ondes électromagnétiques. Elle se manifeste par des symptômes bien précis. L’OMS a reconnu la présence réelle de ces symptômes chez certains individus, mais ils sont divers et dépendent de la sensibilité aux ondes électromagnétiques, de même que le niveau d’ondes présent dans l’environnement du malade.

Degre de penetration des radiations portable dans le cerveau

Degré de penetration des radiations portable dans le cerveau

Compte tenu de la diversité de ces symptômes, il n’est pas exclu que ces troubles soient associés à d’autres maladies dont souffre le patient.

Voici quelques symptômes les plus fréquents d’électro-hypersensibilité :

  • Symptômes physiques : fourmillement dans le corps, impression de décharge électrique qui parcourt le corps, maux de tête, nausée…
  • Symptômes psychologiques : état d’anxiété qui peut conduire à une dépression si l’exposition se prolonge ;
  • Dysfonctionnements digestifs : baisse du système immunitaire et troubles hormonaux ;
  • Troubles dermatologiques : apparition de rougeurs sur la peau, démangeaisons et irritation oculaire ;
  • Sensibilité de certains sens : on devient hypersensible aux odeurs, par contre, on observe des troubles visuels et une baisse auditive, ce qui diminue la concentration ;
  • Difficulté à s’exprimer et à mémoriser ;
    Etc.

Ces symptômes énumérés ne sont pas exhaustifs, d’autres troubles existent, qui, bien que rares, ont étés observés chez certaines personnes sensibles aux ondes électromagnétiques.

Attention :
Ces troubles de santé sont parfois multi factoriels. Les intoxications aux métaux lourds ou les infections froides (Lyme et autres) sont parfois un des cofacteurs, dans des proportions variables, des symptômes précédemment cités (cf Dr Gérard Dieuzaide de l’Institut Européen de Posturologie)

Les causes connues à l’électrohypersensibilité

Des effets néfastes liés à l’électrohypersensibilité existent bel et bien, le débat ne devrait plus se situer au niveau de la réalité de l’incidence de ces ondes sur notre santé, mais plutôt sur les moyens mis en œuvre pour réduire les ondes électromagnétiques pour qui souhaite vivre dans un environnement sain. Les causes proviennent des objets et équipements du quotidien qui servent à communiquer :

Les antennes relais de mobile : il suffit de monter au dernier étage d’un immeuble pour avoir un aperçu panoramique du grand nombre d’antennes relais mobile sur les toits des immeubles. Il est recommandé de ne pas s’exposer à une intensité d’émission de plus de 0,6V/m (pour les émissions de téléphonie GSM), or, en France, des taux ont été mesurés jusqu’à 41V/m!. L’OMS a publié une étude qui démontre que ces ondes ont des répercussions néfastes sur la santé.

Plus d’infos sur cette étude ici : Pour l’OMS, le téléphone portable est peut-être « cancérogène »

Pour aller plus loin : Etudes épidémiologiques sur des antennes relais

Le WIFI, le Bluetooth : on retrouve ces technologies sans fil sur les Smartphones, tablettes et objets connectés, et nous les utilisons tous les jours. Pourtant, ces équipements de communication en contact permanent avec la peau émettent des ondes électromagnétiques qui peuvent affecter le cerveau et le sang.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire : Etudes et rapports scientifiques officiels ou indépendants sur les effets biologiques et sanitaires des ondes

Le courant porteur (CPL) : le courant porteur en ligne est un boitier qui permet de transmettre les données à un débit plus élevé que le WIFI. Certaines personnes l’installent dans leur domicile croyant qu’il n’émet pas de micro-ondes, ce qui est totalement faux. N’étant pas isolée à l’électromagnétisme, cette technologie sans fil présente donc les mêmes risques de santé que le WIFI.

Les câbles et fils électriques sous tension : ils émettent des champs électriques, mais leur effet sur la santé divise encore la communauté scientifique. Il semblerait que les champs électriques émis n’aient pas une énergie suffisante comme les ondes électromagnétiques pour nuire aux cellules de l’organisme.

Amalgames dentaires : les personnes porteuses d’amalgame dentaire au mercure ou au plomb sont plus sensibles aux perturbations électromagnétiques. Ces métaux à l’intérieur de la bouche agissent comme corps de résonance et les patients sont souvent victimes de vertige ou de perte d’équilibre.

+d’infos : Site officiel du Dr Gérard Dieuzaide

Le cas du compteur intelligent (Linky)

Compteur Linky

Il se pourrait qu’il n’y ait pas que les antennes de relais mobile et les technologies sans fil qui posent des problèmes de santé à cause des ondes électromagnétiques. Dans les prochaines années, les compteurs d’électricité et d’eau seront remplacés progressivement par les compteurs communicants Linky (électricité) et Gazpar (eau). Il est prévu près de 35 millions d’unités uniquement pour les compteurs Linky d’ici 2021, mais il y a un hic. Ces compteurs font l’objet de plusieurs oppositions de la part des consommateurs et de certaines collectivités locales qui l’accusent de produire des ondes électromagnétiques néfastes pour la santé.

Ces compteurs permettent de communiquer directement les données de votre consommation. Plus besoin de procéder à des relevés sur place, mais c’est la technologie employée par ces compteurs qui est en cause. En effet, ils utilisent le CPL (courant porteur en ligne) pour transmettre les relevés de consommation au quotidien.

Pour plus d’infos, lisez ce livre de Clotide Duroux : la vérité sur les nouveaux compteurs communicants : le livre de Clotilde Duroux

Entre les détracteurs de cette technologie avec en tête de proue l’association Robin des Toits et Enedis (anciennement ERDF), chargée de la gestion du réseau de distribution électrique, la bataille fait rage. Un organisme indépendant doit donc trancher avec des relevés et des rapports pour répondre aux nombreuses préoccupations des consommateurs. Les mesures faites par Enedis montrent qu’il y a bien émission d’un champ électromagnétique, mais qu’il est inférieur à la valeur recommandée, soit 0.1V/m.

L’Agence nationale des fréquences (ANFR) a effectué également des mesures et précise que les ondes sont faibles, mais affirme qu’elle va poursuivre les mesures chez les particuliers.

Pour plus d’infos, l’avis de 60 millions de consommateursfaut-il avoir peur de Linky ?

Quant à l’ANSES, elle estime qu’il n’y a pas de risque avec le compteur Linky. Elle se résume ainsi : les effets nocifs des compteurs intelligents comme Linky et Gazpar sont très faibles sur la santé à court ou à long terme. Elle indique que les émissions des ondes sont en dessous des normes.

Vous pouvez lire ses conclusions icipas de risque d’exposition électromagnétique du Compteur Linky selon l’ANSES

Comme on s’y attendait, de nombreuses réponses à cette étude ne se sont pas fait attendre, certaines allant jusqu’à contredire les conclusions de l’Anses. Vous pouvez consulter l’une de ces réponses ici : http://refus.linky.gazpar.free.fr/com-anses-tromperie.htm

En somme, le débat continue…

Les solutions pour éviter l’électrohypersensibilité

A ne pas reproduire !

De plus en plus de personnes sont sensibles à des ondes électromagnétiques. En France, on estime que près de 1% à 2% de la population est concernée, ce qui représente près de 1 million de personnes. Voici quelques solutions pour éviter les ondes électromagnétiques :

  • La solution radicale : s’éloigner de toute source d’ondes. Ce qui est assez difficile parce que, même en zone peu urbanisée, les antennes relais de mobile sont omniprésentes. Cela revient à tout délaisser pour se réfugier en pleine campagne loin de la présence de ces ondes où le seul éclairage sera la lampe. C’est une solution extrême, mais des alternatives existent.
  • Réduire la présence des champs électromagnétiques : pour cela, il faut isoler l’espace pour se protéger des ondes de l’extérieur avec des protections spéciales en créant une cage Faraday. Il s’agit d’un blindage des murs, du plafond et du sol avec une peinture noire spéciale ou un papier peint spécial. On peut, en plus de cette protection, prévoir la pose des vitres munie d’une isolation thermique.
  • Par mesure de sécurité, vous pouvez utiliser des câbles ou gaines blindés ou des Interrupteurs Automatiques de Champs (IACs). Il est bon aussi, lors de l’implantation des réseaux électriques dans une maison, de ne pas les installer en boucle, de sorte à éviter ainsi qu’ils émettent un champ.
  • Changer ses amalgames au plomb et mercure : bien plus que d’entrer en résonance avec les ondes électromagnétiques, le plomb et le mercure sont des métaux à la fois dangereux et toxiques pour l’organisme au fil des années. On peut les remplacer en procédant à une incrustation céramique ou en utilisant un alliage noble qui émet moins d’ondes, comme l’or.

Pour plus d’infos :
Comment se protéger des ondes électromagnétiques ?

Les conseils de la fédération française de géobiologie

Multiplication des bornes à l'échelle mondiale

(source wikipédia – Itpronews)

Les ondes électromagnétiques sont bien présentes dans notre environnement. De nombreuses études attestent de leur dangerosité sur notre organisme et bien plus chez les personnes affectées par une électrohypersensibilité. Ce n’est pas parce que vous n’avez aucune sensibilité aux ondes électromagnétiques que vous en êtes à l’abri. Elles peuvent affecter votre organisme à votre insu. L’OMS (Organisation mondiale de la santé) a officiellement classé les champs électromagnétiques dans la catégorie 2B, qui recense « 248 agents, groupes d’agents et mélanges possiblement cancérogènes pour l’homme ».

La géobiologie : cette science a, entre autres, pour objectif d’étudier les relations environnementales, les influences des constructions, des ondes électromagnétiques sur notre mode de vie. Ces méthodes d’investigations et d’analyses sont quelque peu contestées par les scientifiques d’autres disciplines qui le qualifient de pseudo-science.

Vous pouvez avoir plus d’informations sur la géobiologie à cette adresse : https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9obiologie_(radiesth%C3%A9sie)

La fédération : Fédération Française de Géobiologie (F.F.G)

 

Associations et groupes :

PRIARTEM : Pour Rassembler, Informer et Agir sur les Risques liés aux Technologies ElectroMagnétiques
Association Santé sans ondes
Robin des toits
Centre de Recherche et d’ Information Indépendant sur les Rayonnements Électro Magnétiques
Forum : Electrosensible aux ondes

 

Associations et groupes contre les compteurs

44 contre Linky
Un collectif de citoyens contre les compteurs Linky créé dans le Boulonnais(email en fin d’article)
yonnelautre

Un élu s’insurge : http://refus.linky.gazpar.free.fr/

Association qui milite pour la création d’une zone blanche en France :
Une terre pour les EHS

 

Consultez nos autres dossiers Filières : 

Ventilation et renouvellement d’air L’assainissement autonome
Consom’action L’auto-alimentation
Habitats alternatifs et non conventionnels Les revêtements de sols, murs et plafonds
Habitat groupé
et éco-quartiers
Les éco-matériaux et matériaux biosourcés
La Domotique et les objets connectés Les énergies renouvelables
Chaleur et froid Végétalisation et toiture végétalisée
Le Recyclage et la gestion des déchets Récupération de l’eau

Enregistrer