Earthbag : le village de dômes colorés sur l’île d’Hormuz en Iran

Composée de dômes colorés réalisés selon la technique de l’earthbag, cette résidence culturelle polyvalente et dynamique a été conçue par les architectes de ZAV dans le cadre d’une initiative plus large sur l’île d’Hormuz en Iran. 

 

[Des architectes] «Hormuz est un ancien port historique glorieux dans le détroit stratégique d’Hormuz dans le golfe persique, au sud de l’Iran, qui contrôle l’expédition de pétrole du Moyen-Orient», expliquent les architectes. «L’île possède des paysages surréalistes colorés exceptionnels. Curieusement, les habitants de cette île magnifique, touristique et politiquement stratégique luttent économiquement, s’impliquant dans des activités de trafic illégal en utilisant leurs bateaux.»

«Présence à hormuz» est une série de développements urbains par les architectes de ZAV qui cherchaient à autonomiser la communauté locale de l’île. A la suite d’un autre projet culturel, la deuxième phase de l’initiative est un bâtiment polyvalent appelé «Majara» qui relie la vie des populations locales et des visiteurs à la fois culturellement et économiquement.

 

«Dans un pays où l’État est aux prises avec des conflits politiques hors de ses frontières, tout projet architectural devient une proposition d’alternatives de gouvernance interne, posant des questions de base: quelles sont les limites de l’architecture et comment peut-elle suggérer une alternative politique à la vie communautaire ? », poursuivent les architectes.

ZAV explique que le projet est un processus continu qui vise à instaurer la confiance plutôt que des objets architecturaux. Le projet comprend une multitude de dômes à petite échelle construits avec la technique du «superadobe» (ou earthbag) développée par l’architecte d’origine iranienne Nader Khalili. La petite taille des dômes les rend compatibles avec les capacités de construction des artisans locaux et des ouvriers non qualifiés.

 

«Aujourd’hui, ce sont des maçons formés en superadobe, comme si Nader Khalili se multipliait de façon exponentielle», déclare l’équipe de conception.

 

La nature colorée du projet fait référence à la topographie de l’île Hormuz. «Dans ce projet, un tapis est tissé avec des nœuds granuleux inspirés des particules qui composent l’écotone de l’île», poursuit ZAV. «Les sacs de sable qui créent les particules spatiales (ou dômes) sont remplis du sable de dragage du quai d’Hormuz, comme si la terre avait gonflé pour produire de l’espace pour l’hébergement.

Les dômes peuvent accueillir une variété de programmes, la majorité d’entre eux offrant un logement. d’autres dômes contiennent des espaces communs avec de l’espace pour que les résidents puissent faire la lessive ou dîner dans un café sur place. il y a aussi des salles dédiées à l’artisanat, à la prière et même un espace d’information touristique.

Selon les architectes, un changement social significatif peut être réalisé en suivant quatre grands principes:

  1. Construire économiquement, au profit du client;
  2. Affecter une plus grande part du budget aux coûts de main-d’œuvre plutôt qu’aux matériaux importés coûteux (cela profite également à la population locale en lui donnant des compétences en construction);
  3. Un scénario spatial adaptatif et évolutif capable de répondre à des besoins imprévisibles, au profit du client et de l’île;
  4. Utiliser des matériaux et des ressources humaines iraniennes, pour réduire les coûts de construction et de transport et augmenter le PIB, au profit de tout le pays.

«L’architecture a la capacité d’être un médiateur dans le terrain d’entente qui fait converger les intérêts de différents groupes, de l’État et des investisseurs à diverses classes et groupes de personnes», conclut l’équipe de conception. «Majara le fait en réunissant les propriétaires fonciers du port voisin de Bandar Abbas, qui organisent un événement « Landart » annuel à Hormuz, des investisseurs de la capitale Téhéran et les populations locales d’Hormuz en tant que partenaires du projet ».

Informations sur le projet:

  • nom: Présence à Hormuz 02
  • emplacement: île d’Hormuz, Iran
  • année d’achèvement: 2020
  • surface construite brute: 10300 m2
  • surface: 4000 m2
  • surface paysagère: 6300 m2

Equipe de conception

  • cabinet d’architecture: ZAV architectes – site web
  • les architectes principaux: mohamadreza ghodousi, fatemeh rezaei, golnaz bahrami, soroush majidi
  • supervision: soroush majidi, payman barkhordari, sheila ehsaei
  • modélisation: somayeh saeidi
  • conception structurelle: behrang baniadam, rouhi touski
  • génie civil: farhad beigi
  • génie électrique: pejman génie
  • mécanique moradien : saeid afsharian
  • consultant en environnement: salman rasouli, roya yazdizadeh
  • consultant logement: nasim mosavar
  • constructeur du projet: amir tehrani nobahari

 

Notre avis : ce projet mélange maisons écologiques (les earthbags) et habitat participatif pour créer un ensemble coloré et harmonieux avec son environnement. Dommage que nos règlements d’urbanisme locaux en France soient si restrictifs sur le choix des couleurs, car cela donnerait un plus de gaieté à une architecture un peu trop uniformisée !

Crédits Photos tahmineh monzavi , soroush majidi , payman barkhordari

(source)

Pascal Faucompré on FacebookPascal Faucompré on GooglePascal Faucompré on LinkedinPascal Faucompré on PinterestPascal Faucompré on TwitterPascal Faucompré on Youtube
Pascal Faucompré
Editeur et Rédacteur en chef de Build Green, le média participatif sur l'habitat écologique et pertinent. Passionné par le sujet de l’éco-construction depuis 2010. Également animateur de nombreux réseaux sociaux depuis 2011 et d'une revue de web sur : Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter !