Hangar réhabilité par Haddock architecture - Chantepie (FR-35)

Un hangar transformé en 2 logements près de Rennes (FR-35)

Haddock Architecture a réalisé cette réhabilitation dans un vieux hangar à Chantepie (FR-35) pour faire 2 logements locatifs avec des matériaux biosourcés.

[De l’architecte] Hangar agricole construit au milieu des champs, il devient rapidement un hangar industriel au milieu d’une zone pavillonnaire. L’histoire du bâtiment rejoint celle de l’urbanisation de la métropole rennaise.

Au départ en retraite du propriétaire, celui-ci souhaite valoriser son ancien lieu de travail en le transformant en logements.

La volumétrie et les fermes existantes en chêne sont conservées : elles constituent les traces de son passé industriel. Elles deviennent l’ossature de deux nouvelles maisons. La structure historique est mise en valeur et réemployée pour soutenir la couverture photovoltaique de la maison. Le projet joue de la contradiction et du rapport complexe entre le low et le high tech.

Hangar réhabilité par Haddock architecture - Chantepie (FR-35)

En s’inscrivant dans le gabarit du hangar actuel, le projet déroge aux règles de constructibilité autorisées par le PLU de la ville : l’ensemble est construit en limite parcellaire pour exploiter au mieux son terrain et les orientations (sud principalement).

Chaque maison possède une grande pièce de vie en double hauteur qui s’ouvre sur le jardin. Un grand jardin d’hiver devient le prolongement de la maison et efface la limite entre l’intérieur et l’extérieur.

Hangar réhabilité par Haddock architecture - Chantepie (FR-35)

Entièrement conçues en murs à ossature bois et recouvertes d’un bardage en chataîgnier, les deux maisons sont construites à partir de matériaux locaux et biosourcés.

La façade sud permet de distinguer facilement le jardin d’hiver qui s’ouvre généreusement sur l’extérieur et le reste de la façade conçue à partir d’une trame de pleins (volets coulissants) et de vides (fenêtres).

Hangar réhabilité par Haddock architecture - Chantepie (FR-35)
La toiture prolonge cette distinction entre une couverture photovoltaique et deux couvertures en polycarbonate qui éclairent les jardins d’hiver.

La façade est composée autour d’une trame régulière qui permet de calepiner les volets de chaque fenêtre. Au niveau du jardin d’hiver, le bardage ajouré s’efface ainsi que la grande porte tiercée pour assurer une ouverture totale entre l’intérieur et l’extérieur.

En retrait de la structure existante, la contruction neuve permet de créer une terrasse continue entre les 2 maisons. Elle assure le seuil d’entrée et le passage entre le jardin d’hiver et l’extérieur.

Hangar réhabilité par Haddock architecture - Chantepie (FR-35)

Les jardins d’hiver sont les entrées principales des maisons. Dans le prolongement des salons, ils deviennent des espaces d’entre-deux ouverts à différents usages selon les saisons.

Les salons se situent dans un grand volume en double hauteur, traversant et s’ouvrant latéralement sur les jardins d’hiver. Entièrement conçus en douglas, la cuisine et l’escalier forment un tout fonctionnel rempli de rangements.

Hangar réhabilité par Haddock architecture - Chantepie (FR-35)

A l’étage, la chambre s’ouvre sur une mezzanine qui surplomble le salon. La ferme existante fait office de garde-corps.

Plus d’infos : Haddock architecture

Crédit Photos : Charles Bouchaib

Pascal Faucompré on FacebookPascal Faucompré on GooglePascal Faucompré on LinkedinPascal Faucompré on PinterestPascal Faucompré on TwitterPascal Faucompré on Youtube
Pascal Faucompré
Editeur et Rédacteur en chef de Build Green, le média participatif sur l'habitat écologique et pertinent. Passionné par le sujet de l’éco-construction depuis 2010. Également animateur de nombreux réseaux sociaux depuis 2011 et d'une revue de web sur : Scoop.it

Une réflexion sur “Un hangar transformé en 2 logements près de Rennes (FR-35)

  1. Bonjour
    Bravo pour cette réhabilitation très réussie
    Par contre, je relève que les pieds de poteaux risque de pourrir, car ils sont en contact avec le sol. La réalisation d’un dé de surélévation de 20 cm est-elle possible ?
    L’ancien dallage a-t-il été conservé ? Si oui, comment les remontées capillaires ont-elles été traitées ?
    Thomas LEMERRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.