[Vidéo] Autoconsommation collective, comment ça marche ?

Si chacun peut désormais se lancer dans l’autoconsommation de sa production d’électricité, il est une possibilité, que nous trouvons encore plus pertinente chez Build Green, c’est d’auto-produire à plusieurs.  Une éventualité qui présente de nombreux avantages …

 

Une réglementation en faveur de l’auto-consommation

Depuis l’ordonnance n° 2016- 1019 du 27 juillet 2016,  8 articles définissent l’autoconsommation et l’autoconsommation collective.

L’autoconsommation consiste à produire une partie de l’énergie que l’on consomme, en général avec des panneaux solaires. Elle peut être individuelle (sur la maison d’un particulier) ou collective (sur un immeuble, un bâtiment public, un champ etc.).

Désormais, le cadre s’élargit : le décret du 28 avril 2017 permet en effet le partage de production d’électricité entre un ou plusieurs producteurs et un ou plusieurs consommateurs.

Seulement, l’autoconsommation collective ne s’adresse pas exclusivement aux collectivités. Bailleurs sociaux, copropriétés, établissements scolaires, entreprises, particuliers peuvent se lancer dans un projet d’autoconsommation collective. Seules conditions : se regrouper au sein d’une personne morale et être proches géographiquement.

 

Le principe de l’auto-consommation collective

 

 

Quelques exemples commencent à fleurir à travers la France

Fort de cette nouvelle réglementation, plusieurs initiatives privées et publiques ont déjà vues le jour, comme en Bretagne, où quatre projets sont en cours de réalisation dont l’un d’eux, Partagélec, a été mis en service fin mars à Pénestin (56).

DF et le promoteur OGIC se sont associés pour mettre en œuvre une opération d’autoconsommation collective solaire au sein de la résidence Ydéal Confluence.  Logis Cévenols, l’OPH d’Alès Agglomération, mettra en service début 2019 la première expérimentation d’autoconsommation collective chez un bailleur social, en partenariat avec EDF.

Mais, c’est en Gironde que la première installation d’autoconsommation collective a eu lieu en décembre 2017 à Bordeaux, la résidence « Les Souffleurs »

Des modalités encore en discussion

Pourtant le dispositif est loin d’être pérenne. Le 28 juin prochain, Sébastien Lecornu présentera les mesures issues du groupe de travail sur l’énergie solaire. « Sifflera-t-il la fin du match pour l’autoconsommation collective ou s’imposera-t-il en arbitre des élégances de la modernité énergétique ?« 

Le régulateur a distingué les deux cas de figure : dans le cas de l’autoconsommation individuelle, le réseau d’électricité n’est pas utilisé lorsque un logement consomme le courant qu’il produit lui-même, et cela ne fait pas l’objet d’une tarification spécifique pour l’instant.

Le réseau public est en revanche utilisé dans le deuxième cas et la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a décidé d’introduire « une nouvelle formule tarifaire, optionnelle, à destination des utilisateurs raccordés au réseau basse tension participant à une opération d’autoconsommation collective« . Ce tarif optionnel distingue les flux locaux (ceux qui proviennent du panneau solaire partagé) – et qui donc sollicitent moins le réseau – de ceux qui viennent de plus loin.

Dans son rôle de sélectionneur, l’État doit désormais choisir de doter l’autoconsommation collective du même dispositif de soutien que l’autoconsommation individuelle.

Pour André Joffre, PDG du bureau d’étude TecSol et militant de l’énergie solaire depuis 35 ans : « Si nous voulons que l’autoconsommation se démocratise et libère son potentiel, c’est maintenant qu’il faut donner le bon signal et jouer collectif. ». Ce type de disposition limiterait grandement l’usage de l’auto-consommation collective !

 

 

Pascal Faucompré on FacebookPascal Faucompré on GooglePascal Faucompré on LinkedinPascal Faucompré on PinterestPascal Faucompré on TwitterPascal Faucompré on Youtube
Pascal Faucompré
Editeur et Rédacteur en chef de Build Green, le média participatif sur l'habitat écologique et pertinent. Passionné par le sujet de l’éco-construction depuis 2010. Également animateur de nombreux réseaux sociaux depuis 2011 et d'une revue de web sur : Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.