Un couple de Bangalore vit dans une maison en terre alimentée par l’énergie solaire

Remise Partenaires

Cette maison durable en terre crue, appelée Amla, appartient à Reva et Ranjan Malik qui souhaitaient ​​adopter un mode de vie écoresponsable à Bangalore, en Inde.

En raison de l’urbanisation rapide et de la prolifération des technologies de l’information, Bangalore s’est progressivement transformé en une jungle de béton. Les Bengaluréens sont occupés à effectuer leurs tâches ménagères quotidiennes et à s’occuper de leur travail de bureau. Mais, pour quelques-uns, la vie est différente car ils ont adopté des mesures respectueuses de l’environnement pour devenir des modèles dans la société. Quelques-uns d’entre eux ont imaginé de nouveaux modes de vie pour vivre de manière significative.

Un couple a montré la voie tout en maintenant un bon équilibre travail-vie personnelle en adoptant des mesures écologiques pour donner l’exemple aux autres. Reva et Ranjan expliquent qu’ils souhaitaient construire et vivre dans une maison qui ressemblait à ce que l’on voyait dans les villages. Avant de déménager à Bangalore, le couple vivait à New Delhi et était très occupé dans sa vie.

Le couple dit qu’ils ont visité de nombreux endroits pendant leur enfance et après le mariage. Ils ont dit qu’ils aimaient les maisons construites dans les environs de Delhi et dans certains villages du nord de l’Inde. Ils ont estimé qu’ils devaient mener une vie simple et ils ont donc choisi de vivre à Bangalore en construisant une maison en boue et autres matériaux respectueux de l’environnement. Ils ont acheté un terrain de 280 m² dans la périphérie de Bangalore et ont construit cette maison écologique. La terre y était utilisée pour une agriculture biologique jusqu’en 2018.

Le couple se dit impressionné par la culture, l’environnement et le niveau de vie de Bangalore, ce qui les a amenés à déménager dans la ville.

Reva et Ranjan Malik ont construit une maison en terre avec des murs de 20 centimètres – construits en terre battue. La boue avec laquelle ils sont construits provient de leur propre terrain qui a été creusé pour la fondation. Elle a été mélangée avec de la chaux et 5 à 10% de ciment comme agent stabilisant. Il y a deux systèmes de traitement des eaux grises conçus avec du gravier et des roseaux qui recyclent l’eau de la cuisine et de la salle de bain vers les petits potagers et les quelques 40 arbres fruitiers que le couple a dans leur jardin.

La philosophie agricole qu’ils suivent est la permaculture. Ce qui signifie qu’aucun apport externe n’entre. Les mauvaises herbes coexistent avec bonheur avec leurs plantes potagères et leurs arbres. L’eau noire des toilettes est recyclée dans un biodigesteur et l’eau recyclée arrose également les arbres de l’enceinte. Aucune eau usée ne s’écoule dans les égouts, tout est recyclé et réutilisé dans les limites de l’enceinte. De plus, le couple dispose d’un système enterré de récupération des eaux de pluie, qui peut stocker jusqu’à 10 000 litres d’eau.

Il leur a fallu huit mois pour achever les travaux de construction de leur maison.
Comme prévu, il y a des panneaux solaires sur le toit. Juste assez pour alimenter les téléphones, les ordinateurs portables et une bouilloire qui fait partie de l’arsenal limité d’appareils de leur maison.

Ce qui frappe le plus dans cette maison, c’est l’absence de lumières et de ventilateurs. Grâce aux murs en terre, la maison reste à une température confortable. L’absence de murs intérieurs et d’un toit haut aide à conserver cette fraîcheur. De plus, le toit respirant qui est construit à l’aide de tuiles Mangalore permet une circulation d’air constante. Il y a un petit espace de couchage et de travail sur la mezzanine. En été, la «chambre» passe de la mezzanine relativement plus chaude à la partie inférieure plus fraîche de la maison.

Cela explique l’existence sans ventilateur. Mais qu’en est-il des lumières ? Les habitants suivent ici le rythme circadien. Ils se réveillent un peu avant le lever du soleil et dorment un peu après le coucher du soleil. Donc l’ampoule de la maison est le soleil. Il y a quelques lampes solaires autour de la maison, qui servent lors de la visite de leurs vieux parents. La lumière ambiante les aide également à naviguer dans la maison lorsqu’il fait sombre. Si vous regardez les maisons plus anciennes, elles avaient des niches murales – évidements intégrés dans les murs. Et cette maison en a beaucoup – c’est là qu’ils placent leurs « diyas » alimentés au pétrole.

Reva dit que la maison leur donne suffisamment d’air frais pour respirer contrairement à une structure en béton. Le couple a construit une maison sur 71 m² de superficie avec un seul toit. La maison a une chambre, une cuisine et un grand salon.

Le bois de chauffage provient des terres de la communauté et une généreuse contribution de coques et de coques de noix de coco de leurs voisins malayalee ajoute littéralement de l’huile sur le feu.

Le couple n’utilise pas de bouteilles de gaz pour cuisiner. Ils utilisent une cuisinière pour cuire les aliments. La maison n’a de robinet nulle part pour éviter le gaspillage d’eau. Au lieu de cela, ils ont érigé de petites pompes à main et l’eau qui est utilisée dans ces pompes est utilisée pour le jardinage.

Un reportage vidéo qui détaille un peu plus le projet (en anglais)

Vous pouvez en savoir plus sur la maison de Reva et Ranjan via leur site Web, www.primalise.com

Crédit photos : Daijiworld & Plug in India

(sources 1 & 2)

Pascal Faucompré on FacebookPascal Faucompré on GooglePascal Faucompré on LinkedinPascal Faucompré on PinterestPascal Faucompré on TwitterPascal Faucompré on Youtube
Pascal Faucompré
Editeur et Rédacteur en chef de Build Green, le média participatif sur l'habitat écologique et pertinent. Passionné par le sujet de l’éco-construction depuis 2010. Également animateur de nombreux réseaux sociaux depuis 2011 et d'une revue de web sur : Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.