Une - Possiblity-Alliance par Sarah-Ethan - Maine, USA © naturalbuildingblog

Une famille du Maine vit sans voiture, sans électricité et sans argent

Remise Partenaires

Sarah Hugues et Ethan Hugues, un couple avec leurs enfants dans le Maine aux États-Unis ont tout abandonné pour décider de vivre sans voiture, sans électricité et sans argent. Leurs ressources alimentaires proviennent de leur jardin et leur élevage dans une propriété de 10 ha qu’ils ont appelé « Possiblity Alliance ».

Sur la table devant eux se trouve le déjeuner qu’ils ont préparé, qui comprend du chili fait à partir d’un cerf tué sur la route, une frittata aux œufs et au fromage de chèvre provenant des chèvres et des poules de leur cour, des betteraves qu’ils ont reçues dans un commerce, et des légumes qu’ils ont conservés pendant l’hiver dans une cave à légumes faite d’un réfrigérateur enterré dans le sol.

Tout ce qui se trouve devant eux et autour d’eux sur ce terrain de 10 hectares dans le Maine rural qu’ils appellent la « Possibility Alliance » représente un choix très délibéré sur la façon de vivre. Il s’agit pour eux de définir ce dont ils ont besoin pour vivre sans électricité, sans pétrole et dans la mesure du possible, sans argent.

Elevage des chèvres - Possiblity-Alliance par Sarah-Ethan - Maine, USA © naturalbuildingblog

Elevage des chèvres – Possiblity-Alliance par Sarah-Ethan – Maine, USA © naturalbuildingblog

Pendant ses études collégiales à l’Université du Vermont, où il a étudié les sciences de l’environnement, Ethan Hughes a passé un semestre en Équateur, vivant avec une tribu semi-nomade dans la forêt tropicale. Il avait remarqué qu’ils étaient complètement éloignés de la modernité, mais leur vie leur paraissait exemplaire et il n’y avait pas de sans-abri. Non seulement tout le monde était intégré, mais aussi les plus âgés.

Quant à Sarah Hughes, elle avait grandi à Houston et au secondaire, elle rêvait de faire quelque chose de grand, comme les relations internationales. Mais pendant sa première année d’université, elle a eu sa propre révélation : « je viens de faire un virage à 180 degrés où je voulais juste changer ma façon de vivre sur terre. »

Ainsi, lorsqu’elle a rencontré Ethan, elle n’a pas été découragée par sa vie sans pétrole et surtout sans argent. Au lieu de cela, elle voulait aller plus loin. « Vivons sans électricité », proposa Sarah. Ethan a été frappé. « Ce qui était si magique, c’est que ce n’était pas tant une décision morale que ça », dit Ethan. « C’était un acte de beauté. »

Couverts table - Possiblity-Alliance par Sarah-Ethan - Maine, USA © naturalbuildingblog

Couverts table – Possiblity-Alliance par Sarah-Ethan – Maine, USA © naturalbuildingblog

Ils ont commencé une expérience qu’ils ont appelée « Possibility Alliance. » Ils ont acheté des terres avec des prêts d’amis. Parmi eux, il y avait un professeur à Chelsea. Quand Ethan avait dispersé son héritage, il lui avait donné de l’argent pour démarrer un jardin communautaire. Maintenant, les dons sont partis dans l’autre sens : lorsque l’enseignante a vendu sa maison, dont la valeur avait triplé, elle leur a fait don d’une grande partie du capital pour démarrer leur propre expérience de vie communautaire.

Il devait s’agir d’une ferme autosuffisante qui était aussi un centre de formation et une communauté essayant de fonctionner en dehors du capitalisme tout en offrant et en recevant gratuitement de la nourriture, des connaissances et un espace de vie. Ils ont organisé des cours, comme une immersion d’une semaine dans la vie sans combustibles fossiles. Ethan et Sarah ont ouvert cette expérience à tous ceux qui étaient intéressés à expérimenter cette façon de vivre.

Salon et cheminée - Possiblity-Alliance par Sarah-Ethan - Maine, USA © naturalbuildingblog

Salon et cheminée – Possiblity-Alliance par Sarah-Ethan – Maine, USA © naturalbuildingblog

Il a fallu tout de même attendre l’approche de l’été pour qu’« Alliance Possibility » puisse prendre son envol. Récemment, il y avait de l’activité partout. Un groupe tissait un grillage d’acacias autour du jardin, un homme enseignait aux gens comment utiliser une faux pour dégager l’herbe haute. Dans un champ, un groupe d’enfants d’un collectif d’enseignement à domicile chantaient des chansons.

C’est une vie qui continuera de changer et d’évoluer tranquillement. Chaque hiver, Ethan et Sarah s’assoient et se demandent si leur plan fonctionne et s’ils sont plus heureux. Jusqu’à présent, la réponse a été un oui retentissant !

Ils disent qu’ils ont trouvé leur vocation en aidant leurs visiteurs, et eux-mêmes, à répondre à une question simple, mais intimidante : comment trouver le don de chacun ? Ethan affirme : « S’ils ne le trouvent pas et qu’ils sont les seuls à pouvoir le mettre au monde, c’est du gaspillage. » Il précise tout de même que ce n’est pas ce que tout le monde devrait faire. Par contre, si c’est ce que demande votre cœur, Ethan et Sarah seront heureux de vous aider.

 

Notre avis : ce choix de vie basé sur la simplicité attire de plus en plus de jeunes. Quand on a connu l’opulence, les commodités et la modernité de la ville, ce peut être un choc psychologique pour beaucoup. Passer un par un stage peut se révéler utile pour comprendre et anticiper ce qui va vous attendre. En tous les cas, ce retour aux sources, ne doit pas se faire sans préparation, notamment pour réaliser que la protection de la planète ne passe pas uniquement par le fait de vivre dans un coin de verdure !

 

Crédit Photos : © naturalbuildingblog

(Source)

Christian
Rédacteur Build Green, passionné par l'architecture et plus précisément les habitats écologiques et alternatifs. Je plaide pour une utilisation des énergies renouvelables, des matériaux recyclés et pour un habitat respectueux de l'environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.