[vidéo] Une fontaine de glace amène de l’eau dans le désert de l’Himalaya

Sonam Wangchuk est un ingénieur indien, un innovateur mais aussi un réformiste de l’éducation. Il a trouvé une solution qui permet de fournir de l’eau aux agriculteurs d’une zone désertique à 3 500 mètres d’altitude entre les chaînes de l’Himalaya et du Kunlun.

 

Sonam Wangchuk

Sonam Wangchuk

Dès le printemps, les agriculteurs ladakhi des régions montagneuses arides du Ladakh luttent contre les pénuries d’eau. Sonam Wangchuk, ingénieur ladakhi, a mis au point une solution ingénieuse qui consiste à geler les eaux de fonte pour former des monticules de glace coniques semblables aux stupas bouddhistes du Tibet. Ces stupas de glace agissent comme des miniglaciers, qui libèrent progressivement l’eau au début de la saison agricole.

 

Le système de Sonam Wangchuk se fonde sur les travaux expérimentaux d’un autre ingénieur de la région, Chewang Norphel, qui avait créé des glaciers artificiels plats. Sonam Wangchuk, cependant, a remarqué que pour être opérationnels à des altitudes moins élevées, ces glaciers artificiels devaient présenter une surface moins importante. Grâce à leur forme, les stupas de glace fondent plus lentement que les champs de glace, même au soleil.

Sa conception est ingénieusement simple: la gravité achemine l’eau des glaciers aux altitudes plus basses. Lorsque les températures du désert descendent en dessous de 30 degrés, une pompe aspire l’eau dans l’air, où elle gèle lors de la descente. En raison de la structure conique, le soleil pendant la journée ne fait fondre qu’une partie de la glace chaque jour.

Wangchuk et son équipe ont fabriqué leur premier prototype du stupa de glace en 2013. Ils construisent maintenant d’autres stupas de glace dans la région et dans le monde, comme en Suisse.

Une campagne de financement participatif a permis l’installation d’une canalisation de 2,3 km de long qui a alimenté les zones arides du village grâce aux eaux de fonte jusqu’au début du mois de juillet. Ce prototype de stupa de glace, mis en place en 2015, a fourni 1,5 million de litres d’eau aux 5 000 jeunes arbres plantés par les villageois.

 

Sonam Wangchuk a gagné le Prix Rolex en 2016. Grâce aux fonds obtenus cela a permis de couvrir le projet et de promouvoir les stupas de glace comme un moyen de s’adapter au réchauffement climatique et de végétaliser les zones arides.

 

Notre avis : encore un nouvel exemple où le génie humain se met au service de la cause environnementale. Avec peu de moyens techniques (low-tech) dans un contexte compliqué, Sonam Wangchuk s’est donné pour un but de revégétaliser certaines zones désertiques. Un bel exemple à suivre et à reproduire.

Crédits Photos : carylsue

(Sources 1,2 3)

Pascal Faucompré on FacebookPascal Faucompré on GooglePascal Faucompré on LinkedinPascal Faucompré on PinterestPascal Faucompré on TwitterPascal Faucompré on Youtube
Pascal Faucompré
Editeur et Rédacteur en chef de Build Green, le média participatif sur l'habitat écologique et pertinent. Passionné par le sujet de l’éco-construction depuis 2010. Également animateur de nombreux réseaux sociaux depuis 2011 et d'une revue de web sur : Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.