Un matériau qui rafraîchit les toitures à base de papier

Cette invention de Yi Zheng, professeur agrégé de génie mécanique et industriel à l’université de Northeastern, Usa, pourrait réduire l’impact climatique de nos bâtiments tout en améliorant le confort d’été !
Le soleil tape fort, ce qui fait que tout ce que vous touchez dégage une chaleur brûlante. Des perles de sueur se forment sur tout votre corps, même lorsque vous êtes assis immobile. C’est une de ces chaudes journées d’été (ou de printemps). Ensuite, vous entrez dans votre maison et allumez la climatisation à son réglage le plus élevé. Ah ! Doux soulagement !

Mais votre facture énergétique subit également les effets de la chaleur. Sans compter que ce n’est pas bon pour la Planète ! Et si le bâtiment pouvait rester frais tout seul, sans électricité ?

Un système de refroidissement à base de papier !

Cette invention de Yi Zheng, professeur agrégé de génie mécanique et industriel de l’université de Northeastern, créée à partir d’un matériau durable peut être utilisé pour fabriquer des bâtiments ou d’autres objets capables de rester au frais sans ajouter de systèmes de refroidissement conventionnel.

Yi Zheng, professeur agrégé au College of Engineering, et l’étudiant diplômé Yanpei Tian étudient la capacité de leur « papier refroidissant » à réduire la température à l’intérieur d’une structure sur le toit de Snell Engineering.

Zheng envisage ce matériau pour recouvrir les toits des maisons, des entrepôts, des immeubles de bureaux ou d’autres édifices. Il pourrait également être incorporé dans les matériaux utilisés pour construire les bâtiments.

Le matériau, que Zheng a surnommé « papier de refroidissement », fonctionne de deux manières. Sa couleur claire reflète ces rayons solaires chauds loin du bâtiment et aspire également la chaleur de l’intérieur.

Vous vous dites peut-être, ne devrait-il pas suffire de réfléchir la chaleur ? Non, en fait, car il n’y a pas que le soleil qui réchauffe nos maisons. L’électronique, la cuisine et le corps humain génèrent également de la chaleur. La microstructure poreuse des fibres naturelles du papier rafraîchissant absorbe cette chaleur et la réémet loin du bâtiment.

Une invention dûe au hasard

Le papier de refroidissement est, en fait, fait de papier. Un jour, Zheng, qui étudie les nanomatériaux, a vu un seau rempli de papier d’impression usagé. Il se souvient avoir pensé : « Comment pourrions-nous simplement transformer ces déchets en un matériau énergétique fonctionnel, des matériaux composites ? »

Ainsi, à l’aide d’un mélangeur à grande vitesse de sa cuisine, Zheng a fabriqué une pâte à partir de déchets de papier et du matériau qui compose le téflon. Ensuite, il l’a transformé en un «papier refroidissant» hydrofuge qui pourrait recouvrir les maisons. Lui et son équipe ont alors testé sa capacité à rester au frais dans diverses conditions de température et d’humidité.

Zheng et ses collègues ont découvert que le papier de refroidissement peut réduire la température d’une pièce jusqu’à 6°C. Il a sélectionné des matériaux qui réduiraient le coût de déploiement de cette nouvelle technologie pour refroidir les maisons. Le processus de création et de test du nouveau matériau a été décrit dans un article publié en 2021 dans la revue Applied Materials & Interfaces de l’American Chemical Society . Zheng a reçu une bourse CAREER Award de la National Science Foundation en 2019 pour ses recherches.

Economie circulaire pour ce matériau

Le papier réfrigérant n’est pas seulement écologique dans sa capacité à réduire votre empreinte énergétique. Il est également recyclable. Le matériau peut être utilisé, exposé au rayonnement solaire, aux intempéries et à des températures variables, puis réduit en pâte (à nouveau) et reformé sans perdre un iota de ses propriétés de refroidissement. Zheng a essayé. Et le papier de refroidissement recyclé a fonctionné aussi bien que l’original.

«J’ai été surpris quand j’ai obtenu le même résultat», dit Zheng. «Nous pensions qu’il y aurait peut-être 10%, 20% de perte, mais non.»

Zheng ne vise pas seulement à réduire vos factures d’énergie grâce à ses recherches. Il espère également que son travail contribuera à lutter contre le changement climatique.

«Le but ultime est de réduire le réchauffement climatique», déclare Zheng. «Le point de départ est de réduire l’utilisation de matériaux à base de carbone et aussi de réduire le réchauffement climatique.»

 

Notre avis : Si on pourrait s’enthousiasmer pour cette innovation qui permettrait de réduire l’impact environnemental en été, le produit chimique utilisé pour fabriquer, le téflon, est du PFAS, un produit qui s’accumule dans le corps et pollue tous les coins de la terre. Que se passe-t-il lorsque le papier se dégrade et que les produits chimiques PFAS migrent dans l’environnement ? Une problématique qu’on retrouve pour beaucoup de matériaux (polystyrène, polyuréthane, laines minérales, …).

Crédit Photos : Ruby Wallau/Université du Nord-Est

(source)

Pascal Faucompré on FacebookPascal Faucompré on GooglePascal Faucompré on LinkedinPascal Faucompré on PinterestPascal Faucompré on TwitterPascal Faucompré on Youtube
Pascal Faucompré
Editeur et Rédacteur en chef de Build Green, le média participatif sur l'habitat écologique et pertinent. Passionné par le sujet de l’éco-construction depuis 2010. Également animateur de nombreux réseaux sociaux depuis 2011 et d'une revue de web sur : Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.