12 ans de vie en autonomie dans une maison terre crue au Canada

Bryce et Misty ont fini de payer leurs dettes et choisi de quitter la ville pour s’installer au coeur de l’Ontario au Canada dans une maison en terre crue.

Ils ont passé ces 12 dernières années à construire une maison en torchis, à s’installer, à vivre en toute autonomie et à enseigner à la maison à leurs deux filles. Ils vivent sans voiture et utilisent pour le transport des taxis et leurs vélos, et ils espèrent éventuellement avoir une charrette que leurs deux chevaux pourront tirer.

Vivre en autonomie dans une maison terre auto-construite

La maison est construite à base de terre crue et d’argile qu’ils ont collecté dans la zone humide de leur propriété. Leur puits a été creusé à la main et tout, des clôtures à l’escalier, a été fabriqué avec du bois récolté dans un rayon de 20 km de leur maison. Le coût de construction de la maison est d’environ 650 € (1 000 $ CAN), et tous les matériaux qu’ils ne pouvaient pas récolter dans la nature (comme la toiture et les fenêtres), ont été récupérés ou achetés d’occasion.

Le projet de l’habitation était à l’origine une maisonnette à ossature de bois de 2 étages avec des murs remplis en torchis et des produits non toxiques. Au moment de la conception, le code du bâtiment local autorisait les bâtiments dont la dimension extérieure ne dépassait pas 10 m², à construire sans permis de construire.

Finalement, ils ont agrandi la maison pour inclure un vestiaire, un salon, une salle à manger et des chambres supplémentaires. Ils ont expérimenté l’acacia et le torchis, les murs en ballots de paille et les sols en terre tout en construisant ces ajouts.

La cuisine est dans l’espace d’origine qu’ils ont bricolé avec des torchis!  C’est là qu’ils font la plupart de leur cuisine, sur leur poêle à bois, qui avait les jambes cassées, et un four à côté, sauf pendant les semaines les plus chaudes de l’année pendant lesquelles ils cuisinent à l’extérieur. Ils chauffent toute leur eau de vaisselle dans des bouilloires sur le poêle à bois. Le salon a un poêle à bois, des étagères, beaucoup de fenêtres et une belle mosaïque!

 

En construisant notre propre maison et en y vivant, nous avons cherché à tester et éventuellement à dissiper certaines de expérimentations, non seulement pour éliminer ces peurs de notre propre vie, mais aussi pour offrir des alternatives à ceux qui souhaitent quitter le cycle consommateur / peur du manque. »

 

Pour la production alimentaire, ils ont une forêt vivrière en permaculture pour les fruits et légumes, des jardins humides inspirés du chinampa, une vache pour le lait, des canards et des poulets pour les œufs, des abeilles pour le miel, et ils fourragent et cultivent également des cultures sauvages.

Pour l’électricité, ils ont des panneaux solaires sur le toit et une éolienne (actuellement non opérationnelle). Pour l’eau ils ont un puits et des barils de collecte d’eau de pluie, pour la chaleur ils ont un appareil à bois dans chaque pièce, ils ont deux toilettes à compost et un réchaud à fusée pour chauffer l’eau de leur baignoire.

 

Pour le meilleur ou pour le pire, vivre dans une petite maison nécessite de bonnes compétences en communication et n’est certainement pas propice à des conflits prolongés. »

Plus d’infos sur cette famille : Ultima Thule

Pour découvrir la famille et visiter leur maison, regardez la vidéo d’Exploring alternatives ci-dessous!

 

Notre avis : si ce type de maison est le rêve de beaucoup de concitoyens français, sachez que pour faire la même chose ici, vous serez limité par notre réglementation (urbanisme, environnementale). A priori, c’est assez révoltant, mais imaginez que chacun veuille faire la même chose, à savoir s’installer dans un environnement paradisiaque, sans permis de construire, sans raccordement aux réseaux, que devient la protection de la nature ? A moins de se trouver dans une zone Stecal …

Crédits Photos : Exploring Alternatives et Ultima Thule
(sources 1, 2 & 3)

 

Pascal Faucompré on FacebookPascal Faucompré on GooglePascal Faucompré on LinkedinPascal Faucompré on PinterestPascal Faucompré on TwitterPascal Faucompré on Youtube
Pascal Faucompré
Editeur et Rédacteur en chef de Build Green, le média participatif sur l'habitat écologique et pertinent. Passionné par le sujet de l’éco-construction depuis 2010. Également animateur de nombreux réseaux sociaux depuis 2011 et d'une revue de web sur : Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.