Ce designer a créé une maison de rêve à partir de bois recyclé au Canada

Le designer Geoff Orr (Farout Developments) s’est construit une magnifique maison dans la ville de Penticton en Nouvelle Colombie Britannique (Canada) au bord d’une forêt ravagée par un incendie.

Lorsque le designer Geoff Orr a acheté cette propriété dans les collines au-dessus de la ville de Penticton il y a plus de 10 ans, il n’y avait pas grand chose à voir. Un incendie de forêt avait ravagé la région 15 ans auparavant – l’un des pires de l’histoire de la Colombie-Britannique – et la terre était en train de renaître. Geoff subissait lui-même de grands changements dans sa vie : il avait quitté Vancouver pour déménager dans l’Okanagan et lancer une nouvelle entreprise, Farout Developments , avec un ami d’école. Transformer cette parcelle de terre incendiée en un genre de phénix devint son cheval de bataille lors de la dernière décennie.

Geoff ORR - Maison Fuego par Farout developments à Penticton - Canada

Après une saison de camping sur la propriété dans un ancien Airstream, Geoff construisit une minuscule cabane à outils avec des arbres morts récoltés sur les terres environnantes. Cette maison temporaire était modeste – pas de chaleur en hiver («juste beaucoup de couvertures») – mais attrayante, avec des fenêtres du sol au plafond récupérées dans un autre bâtiment et une chambre surélevée.

Comme le temps et l’argent le lui permettaient, il a commencé à envisager et à construire la maison qui se trouve ici maintenant. « Je voulais tester les limites de différents matériaux », déclare Geoff. Le premier était un ensemble de poutres en bois lamellé-collé récupérées sur un supermarché condamné au centre-ville de Penticton. Les poutres faisaient partie d’un toit convexe dans cette épicerie, mais Geoff les retourna pour sa propre ligne de toit, créant une courbe dramatique et renversée.

Maison Fuego par Farout developments à Penticton - Canada

C’était le début d’une conception construite presque entièrement à partir de matériaux récupérés. «Au moment où j’ai installé le deuxième étage,» dit Geoff , «j’ai trouvé d’autres poutres. Et les gens ont commencé à me soutenir et à m’aider. » Des amis et des voisins l’ont alerté sur d’autres matériaux que Geoff Orr pouvait utiliser, notamment des poteaux de sapin et des poutres du Penticton Golf Club, de la Banff Arena et de l’école Muriel Baxter, des bâtiments qui ont tous été démolis mais qui vivent maintenant dans la maison de Geoff.

Visite en vidéo de la maison avec son propriétaire

Travailler avec du sapin récupéré avait un autre avantage : parce que le bois a déjà passé des décennies dans les éléments, il est stable – il est peu probable qu’il se torde ou se tasse avec le temps comme le font les nouveaux matériaux. Pour cette raison, le vitrage qui s’étend du sol au plafond autour de la maison pouvait être placé directement dans la structure sans cadres intrusifs, préservant ainsi les lignes de vue ouvertes sur les contreforts entourant la maison.

Maison Fuego par Farout developments à Penticton - Canada

La maison est presque entièrement à aire ouverte – même la chambre principale du deuxième étage mansardée dans l’espace principal ci-dessous. «C’est aussi un concept ouvert sur l’extérieur», déclare Geoff. «la maison est vraiment composée uniquement de poutres et de verre

Le salon, la cuisine et la salle à manger s’enroulent autour d’un grand foyer à bois en pisé à double face. Le salon en contrebas est conçu avec des meubles intégrés : des poutres encerclent la pièce, rendues douillettes avec des coussins et des oreillers pour créer un endroit de prédilection pour Geordie le chat et Coady le Vizsla.

Maison Fuego par Farout developments à Penticton - Canada

La pièce d’eau à côté de la maison se remplit naturellement d’eau de pluie. Dehors, Geoff et sa femme, Katharine, ont construit ce qu’ils appellent «la plage», avec des bancs faits à la main et des lumières de patio. – un lieu de rassemblement idéal pour permettre à la famille et aux amis de passer des soirées plus agréables, autour d’un foyer. «Nous sommes un peu éloignés du lac», dit-il, «alors nous avons pensé que ce serait bien d’avoir une plage où traîner

Des bancs en bois fabriqués à la main s’enroulent autour d’un foyer de sable et la pièce d’eau est devenue un étang naturel : bien qu’ils aient d’abord été excavés pour le créer, l’étang se remplit et se rafraîchit maintenant tout seul avec l’eau de pluie du toit et le ruissellement du sol. Il abrite également 100 carpes Koï, données par des habitants qui ont trouvé qu’ils en avaient un peu de trop, et les déchets du poisson sont utilisés pour fertiliser les jardins environnants. (Katharine est gérante chez GardenWorks en ville, elle est donc la main verte de la maison.)

Maison Fuego par Farout developments à Penticton - Canada

Geoff a depuis construit trois cabines sur la propriété, qu’il loue via Airbnb : les cabines Rumspringa, Scouse et Shire mesurent moins de 10 mètres carrés et sont également construites avec des matériaux récupérés, y compris le verre et les fenêtres, et chacune offre une vue à 270 degrés sur la vallée. Il n’y a ni chauffage ni électricité, mais le couple fournit des lanternes et des bouillottes lors des nuits plus fraîches. «L’intention est de débrancher», dit Geoff . « Vous communiquez avec la nature, donc il n’y a pas non plus de wifi. »

Geoff a conçu le garage pour être construit à flanc de coteau (avec moto) ; au deuxième étage, il a créé un espace flex ; un studio de yoga, pour l’instant.

Maison Fuego par Farout developments à Penticton - Canada

Compte tenu des noms charmants des cabines, il n’est pas surprenant que la maison principale ait également son propre surnom : Fuego, le mot espagnol pour le feu. Une ode aux origines des feux de forêt de la maison. Le nom joue également dans la décoration intérieure : le plafond est teinté de noir anthracite et la même teinte se reflète dans de nombreux accents de décoration. « C’est une maison qui renaît de ses cendres », dit Geoff . « C’est vraiment une question de transformation et de changement. »

Notre avis : magnifique maison pour laquelle son propriétaire s’est fait plaisir, à partir de matériaux recyclés, avec de grands espaces, de grandes baies vitrées. Le soucis avec ces grandes maisons, c’est la quantité d’énergie nécessaire pour les chauffer, d’autant plus quand on n’est plus qu’à 2 pour y vivre. Un peu de sobriété dans les espaces ne peut qu’être bénéfique à nos émissions de gaz à effet de serre !

(sources 1 et 2)

Pascal Faucompré on FacebookPascal Faucompré on GooglePascal Faucompré on LinkedinPascal Faucompré on PinterestPascal Faucompré on TwitterPascal Faucompré on Youtube
Pascal Faucompré
Editeur et Rédacteur en chef de Build Green, le média participatif sur l'habitat écologique et pertinent. Passionné par le sujet de l’éco-construction depuis 2010. Également animateur de nombreux réseaux sociaux depuis 2011 et d'une revue de web sur : Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.