Earthship près de Colorado Springs, une joie pour leurs propriétaires

Remise Partenaires

Jim Gagnepain et sa femme, Stéphanie ont construit leur maison de retraite dans l’est du comté d’El Paso (Usa). Jim, qui a une formation en génie électrique a agi en tant qu’entrepreneur général, réalisant ainsi une grande partie du travail avec sa femme Stéphanie .

Jim Gagnepain l’appelle « la petite maison sur berge dans la prairie ». Il était depuis longtemps intéressé par une maison à zéro consommation. Et après avoir passé une nuit dans un de ces vaisseaux terrestres (earthship) au Nouveau-Mexique, il s’est dit… « Nous allons construire une de ces maisons ».

08- energy-independent-home par Gagnepain - Colorado, USA © Katie Klann

Une maison unique presque entièrement autosuffisante, en terre battue

Un Earthship, dont l’architecte Michael Reynolds a été le pionnier, est un type de maison solaire passive, hors réseau, fabriqué à partir de matériaux naturels et recyclés. Bien que la maison du couple Gagnepain ne soit pas un vaisseau spatial, elle suit en grande partie les mêmes principes. Ils se sont tournés vers un autre Michael – Michael Shealy, un ingénieur connu pour ses maisons de type earthship afin qu’il les aide à concevoir leur petite maison.

Les Gagnepain ont vendu leur maison à Fort Collins et ont trouvé un terrain à l’est de Colorado Springs. La propriété était suffisamment éloignée de la ville pour se sentir isolée, a précisé Stephanie, mais suffisamment proche pour que Jim se rende à Springs pour jouer au tennis.

Ils ont commencé à travailler sur la maison en avril 2011 et ont pu emménager environ neuf mois plus tard. L’intérieur n’était pas encore terminé à l’époque, mais il l’était suffisamment pour qu’ils puissent obtenir un permis d’occupation.

Pour commencer, les pelles ont creusé dans le terrain en pente douce pour créer une surface plane, l’arrière de la maison étant niché dans la colline. Les murs ont ensuite été construits avec des balles de pneus compressés, qui pèsent environ une tonne chacun et qui peuvent être empilés comme des briques. Ces balles ont été bétonnées (recouvertes de béton projeté) et une finition en adobe a été appliquée par-dessus.

Les balles ont également été utilisées pour un mur de soutènement, et Jim estime qu’elles ont utilisé environ 20 000 pneus pour l’ensemble du projet. Le côté sud de la maison est en grande partie vitré : des sections en angle de 116 cm sur 193 cm avec des fenêtres plus petites, certaines fixes, d’autres pouvant être ouvertes.

01- energy-independent-home par Gagnepain - Colorado, USA © Katie Klann

Le soleil qui passe à travers ces fenêtres est ce qui chauffe la maison pendant la journée ; la nuit, le principe de la masse thermique – la capacité des matériaux tels que les murs en balles de pneus et les sols en béton à retenir la chaleur entre en jeu lorsque cette chaleur est libérée. « Tu vas te coucher, puis je me réveille et j’enlève les couvertures », affirme Jim. « J’ai chaud ; c’est comme si les murs dégageaient de la chaleur. »

Les Gagnepain ont un poêle à bois, mais l’utilisent rarement. Ils ont également installé des radiateurs électriques discrets, mais uniquement parce que réglementation de Pikes Peak ne permet pas l’utilisation de l’énergie solaire passive ou du bois, comme source de chaleur principale.

Autour de la maison : nettoyage des conduits d’air parfois survendu

Le refroidissement de la maison en été est plus important que le chauffage en hiver. Pour leur premier été, la chaleur était implacable et ils ont dû utiliser deux grands refroidisseurs à évaporation pour les aider. Depuis lors, ils ont installé des stores extérieurs pour empêcher la chaleur de pénétrer dans la maison ; ils peuvent soulever les stores et ouvrir les petites fenêtres pour laisser entrer l’air frais la nuit.

L’eau provient d’un puits. Les appareils sont électriques ; des panneaux solaires et une éolienne fournissent généralement cette électricité. Le chauffe-eau est un hybride ; situé près des fenêtres, il récupère la chaleur de l’air, mais peut aussi utiliser une bobine électrique pour réchauffer l’eau si nécessaire.

Les Gagnepain sont connectés au réseau électrique. Pendant les premières années, elles ont eu un surplus, contribuant au réseau sans en prélever. Maintenant que Jim a une voiture électrique, ce surplus est moins courant. « Certains mois, nous prenons plus que ce que nous produisons et vice versa », dit-il.

Le couple a travaillé pour économiser de l’argent là où il le pouvait. Stephanie s’est tournée vers internet pour trouver des éviers en pierre ; ils peuvent normalement se vendre à plus de 1835 euros, mais elle les a obtenus pour 90 euros chacun.

03- energy-independent-home par Gagnepain - Colorado, USA © Katie Klann

Tous les carreaux de la maison viennent de ReStore. Jim a effectué toutes les tâches sur les sols en béton et Stephanie, qui est une artiste, a également fait le carrelage ainsi que d’autres touches artistiques.

Cette maison inhabituelle a d’abord fait sourciller les voisins qui ont vu les balles de pneus arriver et ont cru qu’il s’agissait de la construction d’une « maison de fortune », précise le couple. Même l’inspecteur des bâtiments était douteux au début, dit Stéphanie. Il a juste secoué la tête et a dit « peu importe ». Aujourd’hui, la réaction des visiteurs est tout simplement stupéfiante, disent-ils.

Le nouveau café de Colorado Springs utilise l’énergie solaire

Les Gagnepais aiment leur maison et pour plusieurs raisons. Avec ses murs épais, la maison est calme. Elle offre une vue magnifique sur la prairie et la faune du côté sud. Il y a peu ou pas de factures de services publics. Et la chaleur et la lumière du soleil sont excellentes pour les plantes, elles s’épanouissent tout simplement.

Des inconvénients ? Jim admet que le chauffage et la climatisation demandent plus d’efforts que d’appuyer sur un bouton de thermostat.

« Le plus grand inconvénient », dit Stéphanie en souriant, « c’est que je ne veux jamais quitter la maison. On voyageait beaucoup avant. Maintenant, je n’ai plus envie de partir ».

Crédit Photos : © Onnis Luque

Notre avis : encore un exemple de earthship qui ravit ses propriétaires. Un concept d’habitat dont on vante ici régulièrement les mérites  Toutefois, on peut s’interroger sur la pertinence écologiquement de l’utilisation 20 000 pneus et de tonnes de béton ? Une alternative à proposer ?

(Source)

Christian
Rédacteur Build Green, passionné par l'architecture et plus précisément les habitats écologiques et alternatifs. Je plaide pour une utilisation des énergies renouvelables, des matériaux recyclés et pour un habitat respectueux de l'environnement.

4 réflexions sur “Earthship près de Colorado Springs, une joie pour leurs propriétaires

  1. Merci pour cet article et votre réserve quant aux vertus écologiques d’un tel habitat que je partage totalement.
    Pour moi c’est l’exemple type de ce que j’appellerais « l’iceberg écologique » : une petite partie ecolo visible… La majeure partie invisible mais nuisible à plusieurs points de vue.
    Et même du côté visible, il y a à redire
    1. Habitat individuel.. Il faut aller vers du collectif.. Ce n’est pas propre à ce type de construction mais les earth ship, de part leur conception en « ligne » enterrée, sont particulièrement gourmande en surface au sol.
    2. Volume important de terre évacuée en camion pour la remplacer par des pneus et dans ce cas du béton (la technique consiste normalement à les remplir de terre tassée) ! Rappelons les émissions de produits toxiques par les pneus qui ont amené la France à interdire le dépôt de pneus dans les décharges
    voir https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Recyclage_des_pneus
    Extrait :
    « En cas d’incendie ou d’érosion du caoutchouc ils peuvent libérer dans l’environnement des métaux lourds et des polluants organiques préoccupants (COV, HAP et perturbateurs endocriniens notamment). »
    3. La conception en « ligne » des earth-ship nécessite plus de chauffage l’hiver et plus de ventilation l’été. Normalement le fait qu ‘elle soit enterrée et faite de terre compense par les capacités d’ inertie et de régulation hygrométrique de la terre mais dans ce cas bétonné, je ne suis pas étonné que le problème principal soit le refroidissement en été. En effet, par forte chaleur durable, l’inertie du béton, bénéfique dans les premiers jours, fait qu’il va en fait stocker la chaleur par conduction de celle du sol désormais chaud et la restituer à l’habitat. La ventilation naturelle ou mécanique va donc brasser de l’air chaud… Bon courage pour l’été qui s’annonce et pour les suivants !
    Non vraiment, de mon point de vue, c »est un magnifique contre exemple même si je ne doute pas que les propriétaires aient eu de bonnes intentions.

    • Merci Luc pour votre contribution au débat.
      En matière d’habitat, aucune solution n’est réellement écologique, puisque le véritable problème sur Terre est tout simplement l’homo-sapiens ! Notre belle planète pourrait parfaitement survivre à sa disparition et non l’inverse.
      Sur le débat collectif ou individuel, nous avons pris le parti sur Build Green de privilégier le collectif ou plutôt l’habitat partagé. Hors beaucoup d’écolieux ont fait ainsi le choix de petits habitats individuels et de mise en commun de de jardin, de récupération d’eau, réseau de chaleur, de locaux, de matériels, … Ce qui compte ce n’est pas le type d’habitat mais son emprise au sol et bien évidemment son bilan carbone tant à la conception qu’à l’exploitation.
      Beaucoup de terrains ne sont pas adaptés à des maisons carrées et dans ce cas le earthship, dès lors qu’il s’expose plein sud présente de nombreux intérêts.
      Par ailleurs, je vous conseille de lire notre article dédié à la conception des earthship. Vous y découvrirez que Mike (pour les intimes) a bien étudié le problème de la gestion de la chaleur et du froid quel que soit la lattitude où le bâtiment se trouve. 40 ans d’expérience, cela permet d’avoir plus de recul !
      Sur les pneus, son risque incendie, du fait de son enfouissement et de la terre qu’ils contiennent n’est pas vraiment un problème en soi. Sa détérioration et/ou la contamination de l’air l’est beaucoup plus. Là aussi nous en avons parler dans l’article sus-mentionné.
      Donc, oui nous confirmons que ce concept est aujourd’hui l’un des plus aboutis en matière d’éco-construction individuelle, avec les réserves que nous émettons ci-dessus et dans notre article.

  2. J’ai lu votre article et d’autres très complets sur les earthships : je persiste à dire que l’enterrement de pneus (pollution de l’air mais surtout des eaux de ruissellement ! ) et autres déchets n’est pas écologique. Mais ce qui fait vraiment de cette earthship dont vous parlez un contre exemple, c’est le fait d’avoir remplacé la terre par du béton ! Contre exemple, je persiste et signe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.