EAT ME BUILD ME – Pourrait-on manger un bâtiment en terre crue ?

L’utilisation de matériaux à base de terre apparaît dans deux pratiques à travers l’histoire : dans la construction de bâtiments et – beaucoup moins communément connu ou compris de manière concluante – dans certains modes de consommation alimentaire. Pour le dire simplement, le sol, le collecteur de nutriments le plus important sur terre, peut être utilisé à la fois pour construire et pour manger.

Pour les pratiques de construction, les matériaux en terre sont parmi les plus anciens connus de l’humanité, avec des structures qui datent de plusieurs millénaires et qui abritent encore environ un tiers de la population mondiale[1]. C’est un matériau vernaculaire comme c’est le cas en Allemagne, en France et au Royaume-Uni avec plus de 500 000 habitations terrestres que l’on ne trouve qu’en Europe occidentale[2]. Par ailleurs, en ce qui concerne l’alimentation de la terre, des pratiques culturelles et des comportements individuels impliquant l’ingestion de matériaux terrestres ont été enregistrés depuis des siècles à travers le monde : en Afrique, aux Caraïbes, au Moyen-Orient, en Chine ancienne et en Europe. Des « Recettes », pour ainsi dire, comme la Craie de Calebasse, utilisent des sols riches en argile, que ce soit pour des rites religieux, comme médicament, ou pour assouvir une fringale régulière[3].

Malgré de nombreuses similitudes et des parcours historiques et géographiques presque parallèles, à notre connaissance, les deux phénomènes n’ont jamais été comparés ou combinés. Le projet [EAT ME BUILD ME] vise à combler cette lacune en examinant des histoires parallèles et en les faisant converger en examinant la structure minéralogique des matériaux terrestres.

L’installation, à venir dans le cadre de la Biennale d’architecture de Tallinn 2022 (Estonie), comprend un arrangement matriciel d’éléments de terre constructibles à comestibles. Les sols ont été récoltés dans une carrière de recyclage située à Goshen, NY, à une heure de Manhattan. Les sols ont été testés pour leur granulométrie et leur contenu minéralogique, pour informer les arrangements des éléments à l’échelle du constructible au comestible.

Du côté constructible, les briques fabriquées numériquement et manuellement présentent l’état de l’art en matière de construction manuelle et numérique en terre tout en introduisant des additifs de renforcement biosourcés pour une résistance accrue. Côté comestible, des biscuits de terre, des craies et des capsules sont présentés, reproduisant des recettes traditionnelles tout en offrant des interprétations modernes pour utiliser la terre comme complément alimentaire. De chaque côté de la matrice, une vidéo illustrant les pratiques de la terre constructible et comestible, vues d’un point de vue occidental.

Le biais occidental

Les deux pratiques historiques – d’utiliser la terre comme substance constructible et comestible – ont connu des interprétations négatives. La construction en terre a été écartée lors des processus de colonisation de la modernisation industrielle en raison de l’introduction de matériaux industrialisés tels que le ciment Portland[4]. Alors que les diktats du modernisme architectural et du développementalisme (développement international d’après-guerre) prenaient racine dans le monde entier, le désir de remplacer la terre – un matériau à forte intensité de main-d’œuvre, très variable et difficile à standardiser – par des pièces produites en série en cohérence avec les économies mondiales de l’échelle a relégué la construction en terre à l’écart. Les matériaux de construction en terre ont acquis une perception négative considérés comme «sales» et un choix des pauvres pour le logement, comme le montre une précédente étude de perception globale étudiée par Ben-Alon[5].

Dans le cas de manger de la terre, la perplexité – aussi bien des étrangers à une communauté culturelle que parfois des membres d’une même société – a longtemps conduit à l’associer à la pratique de la géophagie : une pathologie ou un trouble psychiatrique de l’envie incontrôlée de consommer de la terre, boue ou saleté. Non seulement il était considéré comme nocif pour la santé des consommateurs et le système de digestion, mais l’utilisation interchangeable de «terre», «sol» et «saleté» évoquait également des notions d’excréments, de dangers et de pourriture. Nos préjugés actuels contre l’idée de manger de la terre peuvent également être attribués au lien de causalité perçu entre la pauvreté et la pratique – en bref, le préjugé selon lequel manger de la terre ne peut être qu’un dernier recours désespéré face à la pénurie alimentaire.

Cependant, les mentalités ont commencé à changer face à ces phénomènes : dans le cas de la construction en terre, le catalyseur a été l’appel d’urgence dû à la crise climatique et au besoin de pratiques et de matériaux de construction plus durables. Dans le cas de la consommation de terre, un nombre croissant de preuves scientifiques montrent que la consommation de terre peut être attribuée à des avantages évolutifs et peut fournir des avantages spécifiques pour la santé.

Le terrain d’entente minéralogique

Le sol se forme en raison de l’altération naturelle des roches et il faut des millions d’années pour que la formation du sol se produise. Dans le sol, les minéraux argileux sont le composant essentiel pour soutenir la croissance des plantes. Dans les briques cuites, il n’est pas possible de récupérer les minéraux argileux naturels de l’argile cuite, à moins de les laisser subir les intempéries pendant des millions d’années.

Quelles parties du sol peuvent être utilisées pour manger ? De manière assez surprenante, les parties constructibles et comestibles du sol partagent une base minéralogique commune : l’argile. Indépendamment de leurs habitudes géographiques locales ou culturelles, les recettes traditionnelles à base de terre sont accompagnées d’instructions claires sur le type de sol à utiliser et sa provenance. Ils ont tous en commun l’utilisation de sols riches en argile, qui incluent une activité microbactérienne organique minimale. Bien que dans le langage courant, «l’argile», dans son état plastique et malléable, soit associée à de la boue et de la saleté, dans son état de particules, lorsqu’elle n’est pas en suspension dans l’eau, elle ressemble beaucoup à d’autres particules de roches que les humains utilisent comme épices.

Au niveau de la chimie métabolique, l’argile compte comme un minéral adsorbant. Les minéraux argileux se composent d’environ 15 minéraux ordinairement classés qui appartiennent à trois groupes principaux : le kaolin, l’illite et la smectite. En tant que tel, une préoccupation importante lors de l’examen des utilisations de construction et des avantages pour la santé de l’argile est la même que pour les autres minéraux, c’est-à-dire la stabilité, ou la biodisponibilité, c’est le minéral (c’est-à-dire capable d’être absorbé et rendu utile pour la construction et par l’organisme). L’aptitude des minéraux argileux à manger et à construire avec de la terre partage présente des similitudes importantes : pour les deux pratiques, le kaolin a été favorisé. Il a été démontré que le kaolin réduit les nausées et les maladies et décès liés au poison [6], tout en étant également un minéral argileux idéal pour la construction en terre – l’eau est moins capable de pénétrer entre les couches moléculaires ; ainsi, il présente des résistances à la compression plus élevées et un gonflement réduit au mouillage [7].

Le projet [EAT ME BUILD ME]

En tant qu’expérience, le projet [EAT ME BUILD ME] est une tentative unique en son genre d’exposer les similitudes et faire converger les itinéraires historiques et géographiques presque parallèles de la construction et de la consommation de terre. Il spécule sur une portée plus large des mécanismes de la chaîne d’approvisionnement de la construction, où les matériaux à base de terre (à savoir, la boue ou la saleté) ne sont pas perçus comme une matière inefficace, mais comme une ressource multidimensionnelle qui peut être utilisée à la fois pour un abri et un repas, donc offrant une perspective futuriste au domaine croissant des connaissances qui étudient les substances plus saines dans les matériaux de construction. Pour repousser davantage les limites du domaine des matériaux de construction, on peut spéculer et se poser ces questions : pouvons-nous développer des composants de construction comestibles adaptés à nos carences en minéraux et en nutriments ? La terre, facilement disponible, peut-elle être utilisée à la fois comme substances constructibles et comestibles ?

Cette installation expérimentale teste des idées et des croyances concernant la division nature/culture qui régit tant de nos paradigmes environnementaux existants. Alors qu’il cartographie littéralement les sols bruts pour leurs puissances constructibles et comestibles, le dispositif expérimental produit également une carte de ces diverses idéologies et de leurs tensions, vers la reformulation actuelle de notre être au monde.

Le projet [EAT ME BUILD ME] est à la fois un exercice tactique et conceptuel. Il vise, d’une part, à examiner et à redécouvrir les chaînes d’approvisionnement de matériaux à base de terre facilement disponibles en tant que substances de construction et nutritionnelles. Il offre une perspective unique sur le métabolisme humain et la nutrition possible en ingérant nos assemblages de construction environnants. Ce texte spéculatif et cette installation visent à suggérer radicalement que d’éventuels assemblages de terre et matériaux biosourcés peuvent être immergés dans les façades de bâtiments en tant que masse de construction naturelle, saine, non toxique et vraisemblablement comestible. Contrairement aux façades végétalisées où la nourriture est cultivée sur des systèmes ou des conteneurs en tissu, le caractère unique de cette recherche découle de son utilisation de substances nutritives agricoles – à savoir de la ferme au bâtiment et du bâtiment à la table – comme source de minéraux, de nutriments et de superaliments dans le bâtiment lui-même.

Article écrit par Lola Ben-Alon, Sharon Yavo-Ayalon et Amy Zhang sur Archdaily

[1] Niroumand, Hamed, MFM Zain et Maslina Jamil. « Divers types de bâtiments en terre. »Procedia-Social and Behavioral Sciences 89 (2013): 226-230.

[2] Pacheco-Torgal, F., & Jalali, S. (2012). Construction en terre : leçons du passé pour une future construction éco-efficace.Construction et matériaux de construction,29, 512-519.

[3] Young, SL, Sherman, PW, Lucks, JB et Pelto, GH (2011). Pourquoi diable ? : Évaluer les hypothèses sur les fonctions physiologiques de la géophagie humaine. La revue trimestrielle de Biologie,86(2),97-120.

[4] Martinez, DJS (2017).Concrete Colonialism: Architecture, Urbanism, Infrastructure, and the American ColonialProject in the Philippines (Dissertation de doctorat, Columbia University).

[5] Ben-Alon, L., Loftness, V., Harries, KA et Cochran Hameen, E. (2022). Surmonter l’écart de perception : enquête mondiale sur le confort perçu auprès d’experts en construction en terre et de propriétaires. Dans Construction Technologies and Architecture (Vol. 1, pp. 521-528).

[6] Liu, YL, Malik, N., Sanger, GJ, Friedman, MI et Andrews, PL (2005). Pica, un modèle de nausée ? Différences d’espèces en réponse au cisplatine. Physiologie et comportement, 85(3), 271-277.

[7] Narloch, P., Woyciechowski, P., Kotowski, J., Gawriuczenkow, I., & Wójcik, E. (2020). L’effet de la composition minérale du sol sur la résistance à la compression du pisé stabilisé au ciment.Materials,13(2), 324.

Pascal Faucompré on FacebookPascal Faucompré on GooglePascal Faucompré on LinkedinPascal Faucompré on PinterestPascal Faucompré on TwitterPascal Faucompré on Youtube
Pascal Faucompré
Editeur et Rédacteur en chef de Build Green, le média participatif sur l'habitat écologique et pertinent. Passionné par le sujet de l’éco-construction depuis 2010. Également animateur de nombreux réseaux sociaux depuis 2011 et d'une revue de web sur : Scoop.it

2 réflexions sur “EAT ME BUILD ME – Pourrait-on manger un bâtiment en terre crue ?

  1. Ou en est on avec une approche ( utilisation de la terre sous forme de matériau standardisé dans la construction pour d’habitat naturellement climatisé?) des éléments standardisés sont ils en projet? Y a-t-il des industriels intéressés, faute de quoi rien n’avancera…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.