Investissement durable et solidaire : placer son argent dans des projets concrets et réellement vertueux

Que diriez-vous de placer (une partie) de vos économies dans des projets socialement et écologiquement responsables, qui ont du sens humainement et pour la planète ?

Ce n’est plus un secret, les banques se désolidarisent de plus en plus des investissements dans des projets liés aux énergies fossiles. A coup de labels plus ou moins vertueux (comme Finansol), elles vous proposent désormais des placements qui souvent ne comportent qu’une part « verte » réduite (de 5 % ou 10 %) et dans de grandes entreprises dont l’aspect social et l’économie locale sont loin d’être une priorité !  Mais comment faire pour faire le bon choix d’un investissement social et écologique ?

Voici quelques exemples de placements qui ont une application réellement concrète et vertueuse.

 

Investir des projets sociaux collaboratifs et durables

Soutenir le développement de l’Habitat participatif

Carte des projets d’écolieux en France

Nous avions détaillé les différents types d’habitat collaboratif ici et l’habitat participatif est une solution pertinente pour réduire son impact sur la planète. Il permet à des groupes de citoyens de concevoir, créer et gérer leur habitat collectivement, en combinant espaces privatifs et espaces communs pour mieux répondre à leurs besoins, en cohérence avec leurs moyens et leurs aspirations.

Vivre en habitat participatif, c’est choisir d’habiter autrement avec ses voisins en accord avec ses valeurs et ses aspirations, en particulier en matière de vie sociale et d’écologie, dans un esprit de partage et de solidarités.

On peut aussi ajouter une autre variante de ces habitats collaboratifs : les écolieux. Ces sites structurés autour d’un hameau, d’une ancienne ferme, ou d’un bâtiment isolé à la campagne, ont pour la plupart choisi de suivre les principes de l’Écologie, et sont en mesure d’accueillir comme passagers ou comme résidents des personnes souhaitant y participer, se former où y séjourner.

L’intérêt de ces 2 modes de production de l’habitat, c’est qu’ils sont ouverts à toutes et à tous, de tout âge, tout niveau de ressources, tout milieu social, toute activité…

Ces lieux font incontestablement partie des solutions. Ils inventent des nouveaux modes de production, de coopération, d’animation des villes et villages, en prenant aussi en compte les besoins non humains. Et surtout, quels que soient leurs contours et les gens qui les portent, ces écolieux prennent soin – de la terre, des végétaux, des animaux, des hommes. 

Vous pouvez soutenir la Fédération Habicoop des coopératives d’habitats ou s’investir directement dans un projet sur la Fabrique des Colibris

 

Placer son argent dans un fonds de soutien des habitats coopératifs

Le Moulinage de Chirols s’est vu accorder un prêt pour financer les travaux de réhabilitation de l’ancienne usine destinée à devenir un écolieu

Vous n’avez peut être pas l’affinité pour vous investir personnellement dans un projet collaboratif mais vous aimeriez peut être participer à ce mouvement qui a du sens pour vous. Il existe une coopérative qui accompagne les porteurs de projet et les soutient en leur octroyant les prêts que les banques leur  refusent aujourd’hui : la Coopérative Oasis.

Chaque oasis donne corps à l’autonomie, au collectif ou à la solidarité à sa façon, en fonction de la sensibilité des personnes qui la constituent, de la terre et du vent qui la bercent, des dynamiques propres à chacune. Et cela donne une constellation bigarrée et réjouissante…

Comment investir ? En mettant à disposition de ces oasis l’épargne qui dort à la banque où elle sert à on-ne-sait-quoi et peut être exposée à des pertes liées aux aléas de la spéculation boursière.

La démarche est simple : n’importe quel citoyen ou citoyenne peut investir en prenant des parts dans la Coopérative, allant de 1 000€ à… autant qu’il ou elle veut ! Cet investissement peut être récupéré à tout moment. Parce que cet investissement est reconnu d’utilité publique par l’État (note : agrément ESUS), tout investisseur peut bénéficier d’une déduction de 18 % de la somme investie sur son impôt sur le revenu, à condition qu’il conserve ses parts durant 7 années au moins.

Pendant qu’il est dans la Coopérative, la Coopérative prête cet argent à des collectifs pour qu’ils achètent un terrain, fassent des travaux, remboursent une famille qui s’en va et la remplacent… En plus de deux ans d’existence, 1M d’euros a été collecté et prêté à 9 projets

Investissez dans la Coopérative Oasis

 

Investir dans des projets collectifs d’énergies renouvelables 

En France, l’autoconsommation collective repose sur le principe de la répartition de la production entre un ou plusieurs consommateurs proches physiquement.

Quel que soit le type d’installation (photovoltaïque, éolien, méthanisation), l’énergie se déplace de la même manière dans le réseau électrique, c’est à dire du lieu de production vers le lieu de consommation le plus proche. L’autoconsommation collective n’est donc pas un mode de répartition physique de la production d’électricité mais bien un mode de valorisation économique, au même titre que l’autoconsommation individuelle ou la vente totale.

Les opérations d’autoconsommation collective sont fixées par défaut à l’échelle d’un bâtiment qui peut être lui-même raccordé au réseau basse tension ou au réseau moyenne tension. Lorsque les participants sont situés dans des bâtiments différents, l’opération est qualifiée d’étendue. Depuis l‘arrêté du 21 novembre la distance entre les sites participant à l’opération d’autoconsommation collective est fixé à un périmètre de 2Km. Mais, depuis l’arrêté du 14 octobre 2020, le périmètre d’une opération d’autoconsommation collective étendue peut être élargi à 20 km sur dérogation.

Cette solution permet donc de mettre en place à l’échelle d’une collectivité et surtout dans le cadre d’un collectif privé, voire privé/public, un mode de production d’énergie autonome qui peut être déconnecté du réseau national. 

2 Plateformes d’investissement en énergie renouvelable se distinguent :

Energie Partagée

Énergie Partagée essaime, accompagne et finance des projets citoyens de production d’énergie renouvelable. Pour accomplir ces missions, le mouvement s’organise en deux structures complémentaires: une association de promotion et d’animation et un outil d’investissement citoyen.

L’association Énergie Partagée se consacre au développement des projets citoyens. Tous les membres disposent d’une expertise précieuse pour mener à bien un projet citoyen de production d’énergie renouvelable et de maîtrise de l’énergie.

L’association propose des formations en ligne qui abordent tous les aspects et compétences liées à la réalisation d’un projet citoyen: animation de groupes, structuration juridique, réflexion sur le modèle économique, mobilisation financière, etc.

Quand à l’outil d’investissement, il collecte l’épargne des citoyens pour l’investir directement au capital de projets de production d’énergie renouvelable. 

Devenez actionnaire d’Energie Partagé

Enerfip 

Enerfip est une plateforme de financement participatif basée à Montpellier fondée en 2014, dédiée aux projets de la Transition Énergétique,. Enerfip permet aux citoyens d’investir dans des projets d’énergie renouvelable. Avec aujourd’hui plus de 24 000 membres, le succès de la start-up Montpelliéraine prouve qu’une autre finance et qu’une autre épargne sont possibles, solidaires, transparentes et écologiques. 

Vous placez une partie de votre épargne dans les projets de votre choix pendant 2 à 6 ans avec un taux d’intérêt pouvant s’élever jusqu’à 7%.

La singularité d’Enerfip est de proposer d’investir directement dans des projets sélectionnés. 230 ont déjà été financés et plus de 80 Millions d’euros collectés (dont plus de 32 M€  en 2020).

Devenez actionnaires d’un projet Enerfip

Investir dans le stockage carbone

Savez-vous combien un arbre peut stocker de carbone par an ?  Entre 10 et 50kg de CO2 selon sa taille, son essence, sa localisation … La forêt constitue donc un puits de carbone qu’il faut préserver  afin d’en renforcer dans la durée les services écosystémiques (stockage de CO2, filtration de l’eau, rétention des sols, bien-être des populations, etc.) en contribuant au renforcement de la biodiversité et au développement socio-économique des populations locales. 

Pour la petite anecdote, le légendaire patron de Tesla, Elon Musk, offre d’investir 100 millions de dollars à la meilleure proposition de captage du CO2. De nombreuses entreprises se sont déjà lancées sur ce marché du stockage carbone mais quelles sont leur propre bilan carbone pour y parvenir ? Donc attention à ne pas faire de greenwashing car le remède pourrait être pire que le mal et certaines associations écologistes ne semblent pas voir d’un bon oeil le dédouanement de certaines entreprises vis à vis de leurs prérogatives environnementales.

En tous les cas, préserver et développer la nature et sa biodiversité est le moyen le plus sûr et durable d’y parvenir. D’ailleurs Nicole Ferroni y croit beaucoup avec humour !

 

Plusieurs acteurs proposent d’investir dans la plantation d’arbres.

 

  • Ecotree

Ecotree est née d’un voyage au Danemark de 3 jeunes amis en 2016 qui ont imaginé un modèle de gratification financière pour ceux qui veulent soutenir la forêt.

Plantez des arbres avec Ecotree.

 

  • Reforest’Action

Reforest’Action est une entreprise française certifiée B Corp fondée en 2010

Plantez des arbres avec Reforestaction

 

  • Refoorest

Refoorest est une jeune start-up (01/2021) créée par 2 technophiles chevronnés et néo-écolos !

Plantez des arbres avec Refoorest

 

Vous connaissez d’autres investissements solidaires et vertueux dignes de ce nom, n’hésitez pas à nous le proposer en commentaires …

Crédit Photo image de Une :  Picography de Pixabay

Pascal Faucompré on FacebookPascal Faucompré on GooglePascal Faucompré on LinkedinPascal Faucompré on PinterestPascal Faucompré on TwitterPascal Faucompré on Youtube
Pascal Faucompré
Editeur et Rédacteur en chef de Build Green, le média participatif sur l'habitat écologique et pertinent. Passionné par le sujet de l’éco-construction depuis 2010. Également animateur de nombreux réseaux sociaux depuis 2011 et d'une revue de web sur : Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.