Quand l’habitat secondaire et autonome norvégien perturbe la faune

Les Norvégiens adorent se débrancher de temps en temps pour disparaitre de la civilisation dans leurs chalet en retraite. Être au contact de la nature est l’un des facteurs les plus appréciés pour les personnes propriétaires de ces résidences secondaire. Ils apprécient les contraintes de la vie rurale sans eau ni parfois électricité. Ou alors ils le prétendent. Au cours des dernières années, ces chalets sont devenus plus grands et mieux équipés, et cela commence à affecter l’environnement et la faune dans la forêt norvégienne.

Des maisons autonomes facteur perturbant pour la bodiversité

Selon le rapport de l’Institut de recherche naturelle norvégien (NINA) sur les «Conflits et la durabilité autour du développement de la deuxième maison», ces cabanes de montagne peuvent donner un accès non naturel à la nourriture aux petits animaux, comme les renards rouges. Cela donne aux renards rouges l’accès à des zones plus importantes tout en menaçant différentes espèces, comme le renard arctique.

On dénombre pas moins de 400.000 chalets situés principalement dans les zones montagneuses de Norvège. Et pratiquement toutes les nouvelles communautés de chalets sont maintenant construites avec des routes et des infrastructures pour l’eau et les eaux usées.

Une grande partie de la construction de ces chalets est réalisée dans des zones particulièrement importantes pour la vie sauvage, comme les routes migratoires, les habitats hivernaux ou les zones de vêlage. Ce sont des zones où les animaux sont particulièrement vulnérables, selon ce rapport.

L’étude montre que le développement interfère plus que prévu. Par exemple, les rennes sont situés à des kilomètres de leur infrastructure permanente. Cela signifie que les grandes zones de montagne en pratique ne sont plus disponibles en tant qu’habitat. « Lors de l’enlèvement des maisons et des sentiers, le renne semble réutiliser rapidement les zones », explique le chercheur principal Bjørn Kaltenbor, qui a mené le projet interdisciplinaire.

Pas assez d’attention à la sensibilisation à l’environnement

Le degré de sensibilisation à l’environnement pour la vie dans ces chalets n’est pas particulièrement élevé. D’autre part, les attitudes des derniers arrivants sont globalement négatives.

Kalterborn a déclaré à forskning.no: « La grande majorité des propriétaires de chalets sont négatifs en ce qui concerne les changements futurs majeurs dans les zones de chalets , pour le développement et la dépréciation d’infrastructures« .

Ces cabanes sont aujourd’hui l’un des secteurs économiques les plus importants dans les municipalités rurales de Norvège. Dans de nombreuses communes, la construction est considérée comme un plan de sauvetage face à l’échec de l’agriculture et la relocalisation. Malheureusement, selon la recherche de Kalterborn, la majorité des municipalités de la région du sud de la Norvège ont une capacité insuffisante et un manque de compétences et d’informations générales pour suivre les risques environnement dans le secteur.

« Cela peut créer des conflits majeurs pour le gouvernement à l’avenir si elles doivent renverser l’habitat perdu pour des espèces importantes telles que le sanglier« , prévient Kalternborn.

 

Notre avis : L’aspect que relève cette étude est particulièrement délicat. Si en France la réglementation préserve particulièrement ces zones sensibles, avec les parcs régionaux et nationaux, est-ce que les aspirants à l’auto-suffisance via les habitats alternatifs (yourte, tiny house, …) sont véritablement sensibilisés à cette problématique environnementale ? Le désir (d’autonomie) est souvent plus fort que la raison (de préservation de la biodiversité) !

 

Photo de Une : My Norwegian cabin in the wood

(sources 1 et 2)

Pascal Faucompré on FacebookPascal Faucompré on GooglePascal Faucompré on LinkedinPascal Faucompré on PinterestPascal Faucompré on TwitterPascal Faucompré on Youtube
Pascal Faucompré
Editeur et Rédacteur en chef de Build Green, le média participatif sur l'habitat écologique et pertinent. Passionné par le sujet de l’éco-construction depuis 2010. Également animateur de nombreux réseaux sociaux depuis 2011 et d'une revue de web sur : Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.