Knauf-polystyrene-billes_pse_expansees-dans_une_main

Polystyrène écologique : Knauf aurait-il réussi l’incroyable ?

Fin mars, début avril 2019, nous avons été surpris par une publication, un volet du site Knauf qui nous a interpellés et nous a incités à écrire cet article « LE POLYSTYRÈNE EXPANSÉ : L’ISOLANT ÉCOLOGIQUE PAR EXCELLENCE » (son titre).

Tout d’abord, qui est Knauf ?

Knauf est un fabricant bien connu dont la majorité des productions est dédiée au bâtiment, plus spécifiquement l’isolation et les panneaux à base de gypse.

Cette entreprise, allemande d’origine, créée en 1932 par deux frères, Alfons et Karl Knauf, se développe d’abord autour de l’exploitation du gypse, matériau de base pour la fabrication de plaques de plâtre cartonnées. Elle diversifie ses activités en proposant des panneaux de séparation associés à de l’isolation, particulièrement du polystyrène (entre autres sous la marque Styropor). Elle produit aussi des pièces en polystyrène moulé.

Elle a su se développer à l’international en rachetant, au fil des ans et des opportunités diverses entreprises, dont une française, La Rhénane, ce qui a donné naissance à Knauf La Rhénane, dont le siège se situe en Alsace, à Wolfgantzen. Elle s’est ainsi largement ouvert le marché hexagonal. Le rachat de l’entreprise Alcopor AG sera le point de départ d’une réorganisation et donnera naissance à l’entreprise telle que nous la connaissons désormais : Knauf Insulation.

Ce fleuron de l’industrie européenne fait travailler environ 25 000 personnes dans le monde et continue son développement. A notre connaissance, une de ses dernières acquisitions serait l’entreprise américaine USG.

Alors pourquoi ce titre ?

Ce qui nous a interpellés est une affirmation : LE POLYSTYRÈNE EXPANSÉ : L’ISOLANT ÉCOLOGIQUE PAR EXCELLENCE, une citation qui constitue le titre d’une des pages du site Knauf Insulation.

Préalable

Il n’est pas question, pour nous, de dire que le polystyrène ne serait pas, en soi, un excellent isolant, en tout cas sous l’angle de l’analyse de son pouvoir isolant exprimé au travers du lambda.

Nous allons, au fil de cet article, analyser en quoi il serait ou non l’isolant écologique par excellence, c’est-à-dire non seulement doté d’un bon lambda mais aussi de bonnes performances aux plans perspirance (pdf), effusivité, diffusivité, chaleur spécifique, ressources nécessaires, recyclabilité, innocuité en cas d’incendie (vidéo)…

Le point qui nous semble le plus “litigieux” est d’affirmer, péremptoirement, que le polystyrène serait l’isolant écologique par excellence.

Les affirmations du groupe Knauf

La pose la plus aisée de tous les matériaux du marché

Extrait du site : “De tous les isolants du marché, le polystyrène expansé (ou PSE) est celui dont la pose est la plus aisée, tout en disposant d’un coefficient d’isolation thermique important élevé.

Dans l’absolu, même si cette affirmation était vraie, cela en ferait-il un isolant écologique ?

Juste en passant : “… tout en disposant d’un coefficient d’isolation thermique important élevé.

Le moins qu’on puisse dire c’est que s’il dispose d’un lambda important et, qui plus est, élevé, ça doit être du lourd, du très lourd !

Il est vrai qu’il est bien, mais est-il nécessaire de dire deux fois la même chose dans une seule phrase, un peu comme si, dans une autre famille, un fabricant disait que son isolant est biosourcé d’origine biologique et renouvelable ?

Pour la version polystyrène en vrac (comme sur la photo) ?

Sous cette forme, il est facile à mettre en œuvre, par simple dispersion.

Tellement facile à mettre en œuvre et facilement dispersable que …

Le moindre souffle d’air envoie les billes libres de polystyrène aux quatre vents. Cette volatilité est telle que bien malin celui qui empêchera ces micro-billes d’atteindre le cours d’eau voisin, puis le fleuve et, enfin, l’océan, où elles participeront allègrement à la pollution des mers au même titre que les plastiques… pour environ 1000 ans, temps nécessaire à leur dégradation totale.

Cette destination est quasi certaine pour toute bille qui s’échappera lors de la mise en œuvre ainsi que lors de la dégradation du bâti ou de son démontage.

C’est une vision de l’écologie que nous ne partageons pas !

Le tonnage de matériau PSE utilisé dans le bâtiment, en France, est estimé à environ 75 000 tonnes par an et les déchets des chantiers lors de la mise en œuvre (pas lors de la vie ou de l’exploitation des bâtis) sont estimés à environ 5 % de ces 75 000 tonnes, soit 3 750 tonnes. Compte tenu d’une densité moyenne de 30 kg/m3, ceci nous donne 3 750 000 kg/30 = 125 000 m3 de déchets dont… personne ne sait réellement dire s’ils sont traités, par qui et comment !

Semi-remorque Tautliner fermee

A raison de 85 m3 pour une remorque tautliner (modèle le plus courant), nous avons un volume annuel équivalent à 125 000 m3 / 85 = 1470 semi-remorques de déchets de polystyrène dans la nature (environ 20 kms de camions “cul à cul” pour les seuls déchets des travaux de mise en œuvre)… Joli score !

Pour la version panneaux ?

C’est en partie vrai pour les polystyrènes extrudés (XPS ou PSX), pas pour les versions expansées (PSE) qui, lorsqu’on les découpe par sciage (ce qui est très courant), laissent échapper des billes qui se détachent et connaissent la vie décrite ci-avant… Attendu que Knauf nous annonce que ce matériau est hautement écologique, nous ne doutons pas que les opérateurs auront à cœur de ne pas participer ainsi à la pollution des mers et océans, ce qui rendra assez fastidieux leur travail de lutte contre une telle dispersion !

Utilisation d’un déchet du pétrole

Extrait du site : “A la base du polystyrène expansé, il y a un déchet du pétrole, le naphta, dont sont extraites des molécules de styrène”.

Nous avons déjà dénoncé les excès de telles affirmations ici : il suffirait que l’on recycle un déchet pour que le produit final devienne vertueux ! Un raccourci que nous ne suivons pas car, sous cet angle, toutes les dérives sont permises, tout peut justifier tout. Non, il faut analyser ce produit.

Que penser de la molécule de styrène ?

Certains la disent possiblement cancérigène pour l’homme, d’autres disent qu’il a été démontré des effets cancérigènes sur la souris et le rat mais que ces risques n’ont pas été confirmés pour l’homme, ce qui a amené l’OMS à refuser de la classer cancérigène pour l’homme. Les mêmes annoncent qu’un de ses métabolites serait mutagène et cancérigène.

Alors si, sur le plan risque cancer rien n’est certain, le doute sur son innocuité demeure fort

Pour passer du styrène au polystyrène, il faut provoquer une réaction avec un gaz expanseur, le plus souvent du pentane.

Ce dernier a remplacé les tristement célèbres CFC, si dommageables pour la couche d’ozone. Le pentane lui-même n’est pas inoffensif (pdf), loin s’en faut !

Certaines fabrications (ce qui n’est pas revendiqué par Knauf) utilisent de nouveaux types de gaz expanseurs, les HFO. Ils sont, a priori, moins agressifs vis-à-vis de l’environnement mais ne sont pas inoffensifs pour autant.

Rapport performance/prix

Extrait du site : “il offre un très bon rapport qualité/prix, étant moins cher à performances thermiques égales”.

Encore une diversion : en quoi un abord économique permet-il de faire lien vers l’écologie ? En quoi le fait d’être “moins cher que” donne-t-il un avantage autre que financier ?

Rien ne vient ici étayer la justification de la revendication écologique.

Comportement face à l’eau

moisissure-sur-les-mursExtrait du site : “grâce à ses cellules fermées, il n’absorbe que des quantités extrêmement faibles d’eau liquide et ne présente aucune aspiration capillaire”.

et si ce qui est, ici, présenté comme un avantage était plutôt un inconvénient ?

En effet, si le polystyrène est peu sensible à l’eau, il est aussi très fermé à sa migration, que ce soit sous sa forme migration de vapeur, la perspirance, ou sous sa forme liquide, particulièrement dans l’ancien, dans le cadre des remontées capillaires, sujet largement développé ici.

L’emploi de ce type de matériau peut même être extrêmement dommageable pour les bâtis anciens et, dans beaucoup de solutions, dans le neuf ou dans l’ancien, générer des pathologies pour les occupants.

Certifications

Extrait du site : “Tous les systèmes Knauf utilisant le polystyrène expansé ont la certification ACERMI, complément au marquage européen CE”.

Ici, on mélange tout. Le marquage CE est une chose, la certification ACERMI en est une autre, et nous ne voyons pas le rapport entre les deux (en tout cas au plan écologique).

Un site destiné aux petites entreprises résume assez bien ce que sont les marquages NF et CE : “CE, NF : ne sont pas des certifications à proprement parler. Tous les produits doivent être CE et NF ! Il s’agit de repère pour les agents de contrôle émanant des administrations, pas de gage de qualité pour les consommateurs.

Pourquoi vouloir ainsi mettre en avant un avantage qui n’en est pas un ?

Knauf nous dit que : “Le polystyrène expansé répond donc parfaitement aux normes réglementaires”.

S’agit-il d’un plus par rapport à d’autres matériaux ? Non ! S’agit-il d’une quelconque évaluation au plan environnemental ? Non ! Alors que vient faire cette affirmation ici ? Rien !

Le polystyrène, au même titre que la plupart des isolants vendus en France, répond aux normes, dont acte, mais rien de mieux ou de plus écologique que les autres !

Nous irons même jusqu’à dire que c’est bien le moins qu’un produit tellement répandu réponde aux normes.

On entre dans le vif du sujet : la pollution

Extrait du site : “Malgré les idées reçues, le PSE n’est pas un matériau polluant, au contraire…”.

Fort bien, puisqu’on nous le dit !.. Allons un peu plus loin : “ses billes sont obtenues à partir de molécules de styrène et d’eau et, sous l’action de la vapeur d’eau et de la chaleur, elles se dilatent pour atteindre jusqu’à 50 fois le volume initial”.

Magnifique : un déchet, le styrène, sous l’effet de vapeur d’eau, devient un isolant constitué de 98 % d’air… Exit le pentane !

Exit le gaz expanseur, celui qui, pourtant, est un des problèmes !

Très léger à nos yeux, voire coupable, et tellement trompeur pour les acheteurs, car enfin, en omettant ainsi une des causes de pollution, que fait-on si ce n’est leur faire prendre des vessies pour des lanternes ? Comment espérer que le consommateur, dont on attend qu’il fasse des choix éclairés, y parvienne si on lui cache une partie des faits. Et d’ailleurs, pourquoi cette omission si ce n’est pour que les ventes s’envolent !

Autre extrait du site : “Le PSE est donc peu consommateur en matières premières et contribue activement  à sauvegarder les ressources naturelles.

Alors là, ça confine au sublime ! Voilà qu’on nous vante la consommation d’une ressource fossile, donc forcément limitée, ce qui permettrait de sauvegarder les ressources naturelles (qu’entend-on par “ressources naturelles” : les renouvelables, les fossiles ?) !

Que dit la définition du développement durable(pdf) ? “Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la possibilité, pour les générations à venir, de pouvoir répondre à leur propres besoins”.

Il ne semble pas que Knauf et nous ayons la même idée du respect des besoins des générations futures !

Ça n’est pas fini !

Extrait du site : “Ensuite, il préserve la couche d’ozone, car il ne contient aucun gaz destructeur”.

En fait, il n’en contient peut-être plus, mais il lui en a fallu un pour s’expandre : le pentane !

Un extrait de Wikipédia résume assez bien ce que devient le pentane du polystyrène :

Formation d’ozone photochimique et effet de serre

Le polystyrène expansé dégage du pentane contribuant à la formation d’ozone photochimique : 0,000519 kg équivalent éthylène /UF[Quoi ?] par an.[réf. nécessaire]. D’autre part, ce pentane est également un gaz à effet de serre comme toute molécule de symétrie différente de D∞h et lorsqu’il se dégrade, produit du CO2.

Nous pensons que trop, c’est trop ! Cette simple affirmation et son démenti justifient, à eux seuls, cet article !

Économies futures

Une phrase qui enfonce une porte ouverte (extraite du site) : “son utilisation en tant qu’isolant performant permet d’économiser de l’énergie de façon significative, ce qui favorise la réduction des émissions de gaz à effet de serre”. Oui, bien sûr, comme tous les autres isolants, ni plus ni moins !

emissions-de-gaz-a-effet-de-serre

Pour rappel, de nombreux autres isolants permettent d’économiser les mêmes quantités d’énergie à l’exploitation sans, pour autant, mobiliser et relâcher des éléments perturbateurs du climat lors de leur fabrication, voire sont en capacité de faire beaucoup mieux et stocker du CO2.

L’analyse ne doit jamais se limiter au rapport émission/économie d’énergie, elle ne doit surtout jamais négliger l’impact global et, lorsque la chose est possible, à notre sens, il faut, à service rendu équivalent, favoriser l’emploi des matériaux les plus vertueux, ce en quoi, vous l’avez compris, nous ne reconnaissons pas le polystyrène.

Par exemple, alors que le polystyrène émet du CO2 à sa fabrication ainsi qu’au fil de sa vie, à savoir son recyclage (au mieux et dans la majorité des cas, lorsqu’il est recyclé, c’est en tant que combustible), d’autres isolants d’origine biosourcée, notamment le bois, piègent du carbone, ce qui est quand même autre chose !

Et Knauf le sait fort bien : l’entreprise fabrique aussi des matériaux à base de bois.

Revenons à l’affirmation ci-dessus. Pour ce fabricant, dès lors qu’un isolant permettrait de consommer moins d’énergie dans le futur, il serait écologique !

Ce qui revient à dire que tout isolant est écologique par nature. Pourquoi pas, c’est un point de vue, surtout si on ne regarde que la consommation liée à l’exploitation ! Cela nous semble pour le moins réducteur et, encore une fois, très léger pour affirmer que le polystyrène est l’isolant écologique par excellence !

Suivent des affirmations gratuites, sorties d’on ne sait où, aucunement justifiées dont, justement, nous aimerions connaître les calculs en détail ainsi que les bases qui auraient pu y prévaloir.

Le résumé de Knauf

polystyrene-recyclage

Bloc de polystyrène rejeté sur les côtes japonaises

Extrait du site : “de son origine (revalorisation d’un déchet de raffinage) à sa transformation (il est 100 % recyclable) en passant par son utilisation, une plaque en polystyrène expansé accomplit un cycle de vie respectueux de l’environnement”.

On décortique un peu :

  • De son origine : pour rappel, extrait du pétrole, ressource fossile constituée principalement de carbone piégé au carbonifère et qui, suite à son raffinage, sera relâché dans l’atmosphère, une des causes principales du dérèglement climatique.
  • A sa transformation (il est 100 % recyclable) : ce qui est formidable c’est pourquoi, alors même que l’entreprise Knauf nous vante tellement le recyclage de son polystyrène, elle a indiqué dans au moins une de ses fiches FDES (pdf) que le matériau en fin de vie est destiné à l’enfouissement ? (nous n’en n’avons ouvert qu’une, celle en lien !…).

FDES : Fiche de Déclaration Environnementale et Sanitaire.

(Notons la subtilité de la législation : déclaration, pas analyse ou résultats de test…)

Petit bémol : recyclable ne veut pas dire recyclé, valorisé ne veut pas non plus dire recyclé (un ré-emploi durable est un recyclage, l’utilisation finale et ultime en tant que combustible serait plutôt, à nos yeux en tout cas, une valorisation). Selon un des “recycleurs” potentiels : seulement 30 % des polystyrènes sont, à ce jour, valorisés… tel que peut le laisser croire l’argument ci-dessus, il semble que Knauf soit au courant de ce fait puisque l’entreprise, dans ses FDES, a opté pour l’enfouissement.

Rappelons que ce que contient une fiche FDES relève de la seule responsabilité du demandeur, ici l’industriel. Pour preuve, un extrait de la fiche en question : “Les informations contenues dans cette déclaration sont fournies sous la responsabilité de KNAUF (producteur de la DEP) selon la NF EN 15804+A1 et son complément national NF EN 15804/CN.

Autre extrait du site, toujours dans “Le résumé” : “Le matériau ne pollue pas les sols …”. Là encore, Knauf ne manque pas d’air pour faire une telle affirmation puisque, tel que nous l’avons déjà écrit ci-avant, le polystyrène nécessite environ 1000 ans pour une dégradation digne de ce nom et que, selon la fiche FDES consultée, en fin de vie, il est prévu d’aller à … l’enfouissement.

“Du bâtiment aux travaux publics, il est partout” (extrait du site)

Est-ce parce qu’il est utilisé à tort et à travers, alors même que souvent on pourrait lui préférer des matériaux d’origine renouvelable (vidéo) (un des critères de classification dans l’écologie, en tout cas à nos yeux), donc est-ce que le fait qu’il soit utilisé partout, en toutes circonstances (y compris non justifiées et non justifiables) le rend écologique par excellence ? Non bien sûr !

Pour Knauf, manifestement si !

On nous en remet une petite couche sur sa facilité de mise en œuvre et voilà l’argument final (extrait du site) : “il est conforme aux réglementations relatives à la sécurité incendie en vigueur”.

A n’en pas douter qu’il est conforme aux normes incendie, mais cela veut-il dire qu’il n’est pas dangereux ? Que nenni (vidéo) !

Selon l’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS), ce produit, comme tant d’autres, qu’il brûle lui-même ou qu’il soit exposé à une source de chaleur de même niveau (autrement dit, quand il est pris dans un incendie), émet les mêmes vapeurs toxiques sous l’effet de la pyrolyse.

Deux remarques s’il est ignifugé :

  • d’une part il faut lui rajouter un ignifugeant lequel, en cas d’exposition à la chaleur, émet aussi des vapeurs toxiques qui s’ajoutent à celles du polystyrène (parfois pires que celles du polystyrène lui-même. Pour rappel, jusqu’à récemment il s’agissait de dérivés bromés, désormais interdits … bien tardivement !), (un  développement d’un de ces anciens ignifugeants, le HBCD)
  • d’autre part, attendu qu’avec une non-combustion du polystyrène il n’y a pas de fumée, les occupants se méfient moins des vapeurs puisque non visibles mais tout autant dangereuses, donc un risque accru !

Ce qui ne nous est pas présenté

L’entreprise Knauf, et c’est normal qu’il en soit ainsi, nous a beaucoup parlé de ce qu’elle considère être des avantages, nous a aussi, parfois, fait prendre des vessies pour des lanternes (et là, ce n’est pas normal!) ce que nous avons dénoncé ci-avant, mais elle ne nous a pas parlé de quelques qualités que nous, Build Green, aimons à retrouver (vidéo) dans les isolants.

Il s’agit de la perspirance, de l’effusivité, de la diffusivité, du déphasage (vidéo), de la chaleur spécifique, de la densité de mise en œuvre, tous critères importants à nos yeux.

Nous avons déjà abordé ces sujets et nous vous avons indiqué les liens.

Nous vous proposons un tableau de notre production, lequel vous donnera toutes les indications voulues sur ces critères et vous permettra de vous faire une idée de ce qu’est un isolant globalement pertinent (… si vous partagez les mêmes valeurs que nous !).

Conclusion

Nous sommes en opposition totale avec Knauf quant à son affirmation que le polystyrène serait l’isolant écologique par excellence.
Isolant il l’est certes, très bon au niveau de son lambda, mais pas écologique (nous nous répétons), pas non plus excellent au vu des qualités globales que tout utilisateur est en droit d’en attendre.

Pour autant, en certains lieux, en certaines circonstances, son choix peut être pertinent et nous l’admettons, mais surement pas au nom de l’écologie !!

Un industriel fabrique ce que bon lui semble, c’est son droit le plus strict. Il essaie de vendre ce qu’il fabrique et d’en tirer profit, c’est la loi du genre, nous n’avons rien à y redire.

Par contre il n’est pas admissible d’abuser le consommateur (vidéo) et ses conseilleurs et prescripteurs (architecte, maître d’œuvre, bureau d’études, négoce, artisan et tant d’autres) en avançant des arguments pour le moins tendancieux.

Alors nous le disons : nous sommes face à un magnifique exemple de greenwashing, bien fait, mais greenwashing quand même !

Source des illustrations : Pixabay, Wikipédia, staticflickr.com, Alliedeen

Claude Lefrançois
Dans le bâtiment, par passion, depuis presque 40 ans, Ancien charpentier, ancien artisan, ancien constructeur de Maisons à Ossature Bois, ancien maitre d'œuvre, Ancien et encore formateur à l'isolation bio-sourcée, • Titulaire d'un brevet de construction de MOB en kit, Conférencier dans plusieurs domaines liés à l'éco-construction, l'éco-isolation, Youtubeur via des vidéos sur, dans un premier temps, l'isolation et l'efficacité énergétique et, parce qu'il faut aller plus loin, futurement, plus largement, le bâtiment responsable et pertinent, Initiateur et administrateur d'un groupe sur Facebook : Rénovation pertinente » . Pour ceux qui souhaiteraient plus d'informations : www.papyclaude.fr

13 réflexions sur “Polystyrène écologique : Knauf aurait-il réussi l’incroyable ?

  1. On a le même souci avec Rockwool (qui désire s’implanter dans l’Aisne et a investi dans une large campagne de « bourrage de crâne » pour que la population les accueille à bras ouverts.
    Rien ne sort des cheminées, juste de la vapeur (de quoi?), une usine écologique produisant un matériau écologique, c’était un autre bel exemple de greenwashing.
    Je suis allée aux réunions pour me forger une idée et j’en suis ressortie dépitée avec l’impression qu’on m’avait prise pour une andouille.
    Je vous suis car je vais rénover un corps de ferme (travaux effectués majoritairement par des artisans) et cela me permet d’avoir une opinion qui me permettra de participer -un peu- dans les futures discussions avec les dits artisans.
    En tout cas merci pour vos publications éclairées!

    • Bonjour Cjv,
      Merci de cette info.
      Ce qui nous semble le plus surprenant c’est que, malgré le besoin d’énormément d’énergie pour la fonte et le filage du basalte, il soit prévu de ne pas faire appel à des énergies fossiles.
      Merci d’apprécier nos articles. Nous sommes heureux de savoir qu’ils pourront vous être utiles.

  2. Bonjour PapyClaude,

    Très bon article! En tant que pro j’ai reçu tout une suite de mail de Knauf vantant le côté écologiques de ses isolants : à vomir tellement cela puait la culverdiation (oui je le préfère à « greenwashing » et cela amuse plus les enfants ;-)!)
    Yannick, Bureau d’études thermiques

    • Bonjour Mme Milekitch,
      Si vous faites allusion aux versions de polystyrène graphité, le principal composant demeure, et de très loin … le polystyrène.
      Cette version est plus isolante (meilleur lambda, pas d’amélioration pour le reste, chaleur spécifique, effusivité, diffusivité …) et la partie graphite résiste très mal aux UV.
      Donc, parfilé ou non, le polystyrène est toujours un produit extrêmement délicat au plan,n de son recyclage.

      Si vous faites allusion à certains produits « nouveaux » ou plus récents, faisant appel aux suies industrielles, nous les avons déjà traités ici et nous ne sommes pas plus favorables à leur utilisation : https://www.build-green.fr/isolant-echographite-premium-greenwashing-ou-non/

  3. Bonjour,

    Voici l’article que nous avons déjà fait sur les pratiques d’écoblanchiment de l’entreprise Knauf (qui fait écho avec le votre) : https://stopknauf.fr/lecoblanchiment-selon-knauf/

    Nous en avons fait un communiqué de presse (presque vrai) sur le nouveau produit « GreenTruck » lancé par Knauf : https://stopknauf.fr/greentruck-knauf-lance-un-nouveau-vehicule-ecologique/

    Notre association combat aujourd’hui l’installation d’une usine de laine de roche produite avec du coke importé de Pologne. Une technologie du 19ème siècle…

    • Merci Vincent,
      Effectivement, il faut beaucoup d’énergie pour fabriquer cet isolant et les réalités du terrain viennent souvent contredire les promesses des fabricants : l’énergie fossile est (encore) tellement moins chère que celle d’origine renouvelable.
      Nous sommes d’accords sur l’idée de base qui solutionnerait beaucoup de problèmes : faire appel au biosourcé.

      Petite anecdote, mais en est-ce une ?
      En lançant une recherche avec le mot clé « laine de bois », pourtant annoncée comme faisant partie des fabrications Knauf dans au moins une des vidéos de présentation de cette nouvelle usine, rien !
      Quand la communication l’emporte sur la réalité !

  4. Bonjour,
    est-ce qu’il est envisageable que vous puissiez interpeller la répression des fraudes sur ce type d’abus flagrant ?
    Merci beaucoup pour toutes ces informations qui nous permettent d’avoir de solides arguments à faire valoir.

    • Bonjour Monsieur Pringent,
      Merci d’apprécier notre article, nous espérons qu’il vous sera utile.
      Il n’est pas dans notre vocation de porter une affaire devant la justice, juste de dénoncer, ce que nous essayons de faire au mieux.
      Il n’est d’ailleurs pas possible d’attaquer qui que ce soit sur des affirmations aussi généralistes car les critères à prendre en compte sont très nombreux et les définitions de ce qui serait écologique ou ne le serait pas sont sujettes à caution. C’est plus une question de bon sens que de réalité scientifique et comme la justice tranche sur des faits et non sur des suspicions il est difficile de la saisir.
      Il faut juste être averti des abus des communications de certains, dont Knauf sur ce sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.