Construire une cave de stockage d’eau en earthbag et pierres

Après avoir élevé des lamas dans les années 70 dans l’Oregon aux Etats-Unis, Kelly et Rosana Hart se sont installés dans le sud du Colorado et partagent leur passion pour l’architecture durable et naturelle. Ils sont notamment d’éminents vulgarisateurs de la maison earthbag et ont produits de nombreux supports (blog, DVD, articles, …)  à ce sujet.

Kelly a décidé de construire une simple cave encastrée dans son jardin qui servira à diverses fonctions, comme le stockage de l’eau de pluie, une cave à racines et un espace pour la vermiculture (bacs à vers). Tout cela exige des conditions relativement fraîches, mais pas de gel, donc creuser dans le sol était un bon moyen d’y parvenir. Il semblait que l’approche la plus simple était de construire selon le principe des earthbags.

D’abord, il a calculé la dimension nécessaire pour contenir les deux réservoirs d’eau (1 m3 chacun) qu’il avait l’intention d’acheter, et fournir assez d’espace pour les produits et les vers. C’était une tache compliquée à réaliser dans l’espace disponible, surtout parce qu’il devait travailler entre des tuyaux d’irrigation souterrains existants.

Creuser ne fut pas très aisé parce qu’il découvrit des centaines de pierres de différentes tailles, certaines assez grandes. Évidemment, le sol à cet endroit était en fait rempli de ce qui a été laissé dans la cour autour de la construction de la maison originale (il y a plus de 70 ans).

Parce que cette cave était destinée à stocker des plantes à racines ainsi que d’autres fonctions, elle n’a pas été recouverte à l’extérieur des murs par des sacs de terre avec du plastique, comme barrière anti-humidité. L’humidité est réellement souhaitable pour la plupart des cultures de racines, et cela ne nuirait pas non plus aux réservoirs, ni aux vers.

Avant d’aller très haut avec les murs, Kelly eut besoin de placer les réservoirs d’eau dans la cave. Ce fut un gros travail de les placer et de les mettre ensemble, mais cela a fonctionné. Le sol fut nivelé avec une couche de gravier par-dessus.

Au point indiqué sur la photo ci-dessus, il avait utilisé tous les débris de terre laissés par le trou pour remplir les sacs. Le mur se trouvait à environ 30 cm au-dessus du niveau du sol sur trois côtés et incliné jusqu’au sommet à une extrémité. La planche de bois sur la gauche est une plaque supérieure qui se connecte aux chevrons du toit, et qui fût épinglée dans le mur de sacs avec de longues barres d’armature.

Au-dessus des réservoirs d’eau, il fût installé un panneaux OSB pour servir de plate-forme accessible pour les bacs à vis sans fin ou les plantes. Les tuyaux visibles sont des tuyaux d’entrée et de trop-plein pour l’eau de pluie. Le trop-plein se déverse dans une zone pavée juste à l’extérieur du mur de earthbag.

A l’extérieur des sacs de terre exposés avec des pierres ont été alignés tout autour du bâtiment. Sur ce mur incliné, des pierres asséchées ont été installées, en veillant à ce qu’elles soient aussi stables que possible.

Plutôt que d’importer plus de terre pour remplir les sacs pour le reste des murs, Kelly a créé des cages de gabions et les a rempli avec toutes les pierres supplémentaires qui ont été déterrées dans le trou. Cela offrait ainsi beaucoup de ventilation pour la cave, évitant alors de créer des évents séparés. Il a fixé une plaque supérieure en bois sur le mur du gabion comme une ancre pour les chevrons, puis fixé des longerons sur les chevrons pour maintenir la toiture en métal. Une isolation en fibre de verre a été placée entre les chevrons.

Une porte d’occasion a été montée et isolée à l’intérieur avec de la mousse. Cela donne un aspect rustique à l’ensemble. On ne voit pas la plomberie intérieure finale qui dirige un tuyau à l’extérieur de la paroi rocheuse, et la petite pompe solaire qui fonctionne avec un petit panneau solaire de 40 watts monté sur le toit. Lors d’une journée ensoleillée, on peut utiliser cette eau de pluie pour irriguer tout le jardin.

Au premier plan, vous pouvez voir le système ramifié pour fournir l’eau de pluie aux réservoirs. Le tuyau de descente de la gouttière sur la maison alimente dans un seau qui est équipé d’un écran pour filtrer les plus gros débris. Ensuite, l’eau descend tout d’abord pour remplir un réservoir de «première chasse». Une fois que ce tuyau est plein, l’eau sera déviée dans le tuyau latéral qui est raccordé aux réservoirs d’eau.

Jusqu’à présent, tout cela fonctionne correctement. Kelly a déjà recueilli environ 2 m3 d’eau lors de deux événements de pluie. Après la prochaine pluie, il devra utiliser une partie de l’eau pour faire de la place pour les épisodes suivants. Les vers semblent assez heureux aussi. La température intérieure s’est stabilisée au milieu à 21°, de jour comme de nuit, malgré des températures diurnes s’élevant à près de 37° et les températures nocturnes tombant parfois sous 0. Cette masse thermique dans la cave ne gèlera jamais. Confortable!

 

Pour plus d’informations sur la construction de cette cave, rendez-vous sur greenhomebuilding.com.

 

Notre avis : Une solution très astucieuses pour qui se trouve dans une région chaude et rocailleuse. On regrette juste toutefois, pour des spécialistes de l’éco-construction, l’usage de laine minérale et de mousse PU pour l’isolation de la cave et de la porte !

Pascal Faucompré on FacebookPascal Faucompré on GooglePascal Faucompré on LinkedinPascal Faucompré on PinterestPascal Faucompré on TwitterPascal Faucompré on Youtube
Pascal Faucompré
Editeur et Rédacteur en chef de Build Green, le média participatif sur l'habitat écologique et pertinent. Passionné par le sujet de l’éco-construction depuis 2010. Également animateur de nombreux réseaux sociaux depuis 2011 et d'une revue de web sur : Scoop.it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *