Une-Su-o-jae par studio-GAON - Jingwan-dong, Coree du Sud © Youngchae Park

Hanok : une maison bois de tradition coréenne aux inspirations occidentales

Cette maison coréenne appelée « Su-o-jae » avec son toit traditionnel a été réalisée par les architectes Studio_GAON. Elle est située à Jingwan-dong en Corée du Sud.

[De l’architecte] Le mot « Hanok » est un terme très ambigu. Après la modernisation, les maisons construites dans le style occidental étaient appelées « Yangok » (ce qui signifie littéralement la maison occidentale). Par la suite, les Coréens ont commencé à appeler les maisons Hanok (c’est-à-dire la maison coréenne) comme un concept opposé. Cependant, cette expression ne peut contenir toute l’émotion de cette vieille maison.

Entrée résidence principale - Su-o-jae par studio-GAON - Jingwan-dong, Coree du Sud © Youngchae Park

Entrée résidence principale – Su-o-jae par studio-GAON – Jingwan-dong, Coree du Sud © Youngchae Park

Les architectes ont construit plusieurs maisons qui reprennent le concept spatial de Hanok, mais elles ont été bâties dans un cadre moderne. Le propriétaire qui avait acheté un terrain dans le village d’Eunpyeong Hanok était venu voir les architectes, il y a trois ans. Ils ont décidé de construire une maison selon le procédé de construction traditionnel. Le rôle du charpentier, qui connaît la méthode traditionnelle, a été crucial dans ce projet. Heureusement, un menuisier expérimenté, Hwang In-Beom, a aussi apporté son aide.

Ouvertures et balcon en bois - Su-o-jae par studio-GAON - Jingwan-dong, Coree du Sud © Youngchae Park

Ouvertures et balcon en bois – Su-o-jae par studio-GAON – Jingwan-dong, Coree du Sud © Youngchae Park

La maison est désignée sous le nom de « Su-o-jae », ce qui signifie « protéger son intégrité ». Les architectes ont ressenti ce même besoin en concevant ce Hanok. Pour un architecte familier avec l’apprentissage et la conception de l’architecture moderne, il était fastidieux de le concevoir de manière traditionnelle. Le site est un peu profond et allongé horizontalement. Normalement, un Hanok se compose de plusieurs maisons avec différents résidents et différentes utilisations, incluant le bâtiment principal et la maison individuelle. Les cours couvertes par chaque maison et les espaces extérieurs offrent une belle vue au site.

Sol parquet bois pièce principale entrée - Su-o-jae par studio-GAON - Jingwan-dong, Coree du Sud © Youngchae Park

Sol parquet bois pièce principale entrée – Su-o-jae par studio-GAON – Jingwan-dong, Coree du Sud © Youngchae Park

Le prix élevé du terrain dans le Village a forcé le propriétaire à acquérir une parcelle plus petite. Conséquence, le site ne touche que légèrement le sentier, ce qui n’est pas non plus approprié pour les Hanok traditionnels. En outre, à la différence des Hanok à un étage, il a été construit sur deux étages, de sorte que les maisons se côtoient.

La maison est divisée en deux volumes indépendants. Une résidence pour le couple marié et leurs deux fils. Lorsque les enfants grandiront, ils pourront vivre dans la maison individuelle. Le bâtiment annexe est également relié à la porte et sert de support pour cacher et révéler le madang (cour à l’entrée).

Bibliothèque - Su-o-jae par studio-GAON - Jingwan-dong, Coree du Sud © Youngchae Park

Bibliothèque – Su-o-jae par studio-GAON – Jingwan-dong, Coree du Sud © Youngchae Park

Quand on entre dans le traditionnel Hanok, c’est par le madang, mais il est toujours possible de passer par le vestibule. Il était inévitable de ménager de l’espace pour enlever les chaussures. Le sous-sol est destiné aux salles d’exercices et d’étude. La cuisine, le salon et la chambre à coucher se trouvent au premier étage et les chambres des enfants au troisième étage. La cour qui pénètre les étages au-dessus du sous-sol fonctionne comme un puits pour attirer la lumière.

La maison a un toit à pignon traditionnel pour paraître simple et honnête, mais il semble plus imposant que prévu. Les rampes d’escalier ont également été conçues comme une forme plate plutôt que courbée, mais elles sont encore plus décoratives que les maisons modernes. On s’attend à ce que l’énergie de la montagne Bukhan qui s’étend au nord de la maison puisse pénétrer sur le site.

 

Notre avis : cette technique traditionnelle inspirée des constructions européennes est une solution à la fois durable et écologique. Elle demande toutefois l’expérience d’un charpentier formé à cette technique. pour un impact limité, il est toutefois préférable de s’approvisionner en essence de bois local  !

(Source)

Crédit Photos : © Youngchae Park

Christian
Rédacteur Build Green, passionné par l'architecture et plus précisément les habitats écologiques et alternatifs. Je plaide pour une utilisation des énergies renouvelables, des matériaux recyclés et pour un habitat respectueux de l'environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.