Vivre dans une bulle pour réduire ses consommations

Papy Claude

Dome of Visions 3.0 est le troisième dôme d’une série d’expériences réalisées par l‘Atelier Kristoffer Tejlgaard de Copenhague au Danemark.

DoV 3.0 est une expérience qui vise à créer des connaissances sur la façon dont est affectée notre architecture et notre bien-être à construire à l’intérieur d’une serre et à travailler sur un espace passif et solaire chauffé, comme enveloppe de bâtiment qui génère un troisième climat.

construction de la maison – Dome of Visions 3.0 par l’Atelier Kristoffer Tejlgaard – Danemark

Un espace qui n’est ni intérieur ni extérieur, et offre donc un meilleur espace pour une rencontre entre l’homme et la nature.

Chaque construction est temporaire.  C’est seulement une question de perspective. Le fait que Dome of Visions soit «plus» temporaire que beaucoup d’autres bâtiments offre une invitation plus forte à réfléchir aux circuits dont les matériaux font partie et à étudier la façon dont le bâtiment est construit afin d’être démonté à nouveau avec les moyens de le faire. Cependant, cette pensée peut être également pertinente et requise dans toutes autres constructions.

pose de la coupelle – Dome of Visions 3.0 par l’Atelier Kristoffer Tejlgaard – Danemark

En choisissant le bois en tant que matériau de support en DOV 3.0, c’est, en fonction de nos connaissances actuelles, un choix durable. Cela s’applique également sur le choix de laisser la connaissance des fabricants de matériaux d’être des décideurs dans la conception des éléments du bâtiment. Il en va de même lorsqu’il est laissé aux producteurs de matériaux la conception des éléments du bâtiment. C’est cette interaction qui permet d’utiliser le matériau de la meilleure manière possible, tout en permettant d’optimiser la consommation de matériaux dans la conception et réduire la quantité de déchets, en respectant les dimensions du matériau dans le processus de conception.

fixation des plaques de polycarbonate – Dome of Visions 3.0 par l’Atelier Kristoffer Tejlgaard – Danemark

Si le dôme est revêtu de polycarbonate en forme de losanges, au lieu d’hexagones ou de triangles, c’est pour réduire les déchets des feuilles et des joints superposés. Lorsque les « faisceaux courbés CNC » sont assemblés dans un nœud simple en acier coupé au laser, la quantité d’acier est réduite et la production optimisée de manière à faciliter l’assemblage et nécessiter moins d’énergie. Lorsque l’énergie est consacrée à la réalisation d’une modélisation numérique approfondie du bâtiment, elle permet de fournir un site de construction et un processus d’assemblage plus clairs. Quand il est décidé de laisser aux robots et machines faire ce qu’ils savent le mieux, cela libère du temps aux artisans de se concentrer sur leur passion du métier.

extérieur – Dome of Visions 3.0 par l’Atelier Kristoffer Tejlgaard – Danemark

La rencontre avec les autres est essentielle pour un centre de culture moderne tel que DOV 3.0. Notre responsabilité est de dialoguer avec le public pour faciliter les rencontres dans un espace ouvert et échanger sur des idées en toute confiance,  pour donner du poids à notre compréhension du monde.

Dome of Vision 3.0 sert de cadre où l’espace a été créé pour une grande variété d’événements, de conférences, de débats, de conversations, de concerts et d’expositions qui peuvent ouvrir les yeux, les oreilles, les pensées et les sens. Et pour l’architecte Kristoffer Tejlgaard « nous sommes convaincus qu’avec DOV 3.0, nous avons créé un endroit où la connaissance d’aujourd’hui a été utilisée et continue d’évoluer lors de la rencontre entre les personnes désireuses de refléter de nouvelles idées et de nouvelles solutions pour créer l’avenir – que nos connaissances actuelles se sont manifestées dans un instantané qui pointe vers l’avant. Pour cela, nous sommes à la fois reconnaissants et fiers. »

terrasse intérieure – Dome of Visions 3.0 par l’Atelier Kristoffer Tejlgaard – Danemark

[Build Green] Si le concept tel que nous l’explique Kristoffer Tejlgaard ci-dessus peut s’avérer séduisant dans des pays du nord où le moindre rayon de soleil doit être exploité dans un concept passif, on peut s’interroger sur plusieurs points :

  • le surcoût généré par cette bulle est-il rentabilisé par la réduction des consommations d’énergie et des aliments produits ? Et au bout de combien d’années ?
  • quid de la durée de vie et de l’entretien d’une telle surface de polycarbonates ?
  • s’enfermer dans une bulle n’est-il pas un problème pour créer du lien social ?
  • sur le principe des serres walipini, ne serait-il pas judicieux d’étudier les apports en version semi-enterrée

Vos remarques et suggestions sont les bienvenues.

Plus de photos : https://www.behance.net/gallery/8369477/Dome-of-Visions

Photos : Kristoffer Tejlgaard

Fabricant : Metsä Wood, Würth, KLH

(source)

Christian
Rédacteur Build Green, passionné par l'architecture et plus précisément les habitats écologiques et alternatifs. Je plaide pour une utilisation des énergies renouvelables, des matériaux recyclés et pour un habitat respectueux de l'environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *