Mes, nos voeux de pertinence pour 2018

Le bâtiment, l’habitat, la maison, quelle année écoulée ? Quelle année à venir ?

Traditionnels vœux ou vœux traditionnels, tout le monde y va de ses souhaits de bonheur, de ses bonnes intentions, de ses engagements à faire ceci, ne plus faire cela , et vous, lecteurs de cet article, quels sont les vôtres de vœux, de souhaits, d’engagements, et nous Build Green, quels sont les nôtres … et moi, Claude Lefrançois, alias Papy Claude, quels sont les miens ?

Ce n’est pas mon habitude lorsque j’écris ici que de parler en mon nom propre. Je sens de faire exception pour ces vœux de nouvelle année, même s’ils sont dans l’esprit Build Green.

Je vous propose un passage en revue de cette année écoulée et, ensuite seulement, peut être un peu à la lumière de ces constats passés, poser ce que moi j’espère pour demain, le mien, le vôtre, le nôtre, notre commun, au même titre que la planète qui, si elle ne s’exprime pas par des mots, commence à largement s’exprimer à sa façon !

Quelle année écoulée ?

Je vais en faire le passage en revue via la lorgnette Build Green.

Build Green

Puisque je parle en mon nom, en début d’année 2017, un évènement important s’est produit pour moi et, j’en suis convaincu, pour certains autres, par ailleurs de plus en plus nombreux : la naissance de Build Green.

Nous avons, mes collègues et moi, ainsi que quelques autres qui nous ont soutenus, cherché notre voie.

La première option ne s’est pas avérée la bonne, nous en avons changé en début de l’été et, à la vue de l’évolution de notre lectorat, des abonnements à notre Newsletter, aux réactions que nos articles déclenchent, tant sur notre site que sur les réseaux sociaux, je pense sincèrement que nous avons trouvé la bonne formule.

Rubriques

Build Green se veut être un média communautaire, il tend à le devenir mais ce volet reste largement à développer, particulièrement, et je le rappelle ici, nos colonnes sont ouvertes à quiconque veut y publier un article, notamment pour tout ce qui concerne vos réalisations ou vos techniques pertinentes . Bien sûr il doit être dans l’esprit de notre ligne éditoriale et nous le modérerons si besoin.

Je vais parler de celles dans lesquelles je suis le plus actif, à commencer par celle qui, je le crois, ne se retrouve que très peu ailleurs (si ce n’est nulle part ailleurs) : la dénonciation du Greenwashing.

Greenwashing

Cette rubrique “Greenwashing” est celle pour laquelle je vibre le plus, à la fois parce que ces abus me révoltent, à la fois parce que je ressens le besoin de les dénoncer.

Ces articles me demandent du travail de recherche pour être certain de ne pas “dénoncer” à tort des faits qui ne seraient pas justes ou réels, ce qui causerait un préjudice à celui ou celle qui serait mis(e) en cause de façon abusive. Il faut également bien développer les faits dénoncés pour qu’ils soient facilement appréhendables par le lecteur, sans qu’il éprouve le moindre doute sur la véracité de mes propos.
Je le confesse, j’aime cet exercice mais cependant, je crois que j’aurais un réel plaisir à ne pas découvrir d’abus à dénoncer … Hélas, je crains de ne pas manquer de sujets de si tôt !

Décortication

Prendre un thème, le développer, en l’ancrant dans son passé, ses sources, sa raison d’être et en mettant en perspective ce que l’objet de l’article présente pour le futur, voila un autre exercice fort intéressant, encore plus lourd de recherches que la dénonciation du Greenwashing, mais que j’aime à faire.

Techniques pertinentes

Dans cette rubrique “Techniques pertinentes”, au même titre que d’autres, je mets en avant quelques techniques que j’ai pu pratiquer au long de mon (hélas) longue vie professionnelle.
Je vais apporter encore et toujours des exemples de mise en œuvre que je pense pertinentes.

Cependant, plus que mes propres publications, j’aimerais, nous aimerions, que cette rubrique soit prise en main par les multiples acteurs qui suivent Build Green et qui sont, eux-mêmes, détenteurs de savoir-faire. Quoi de mieux que les partager, les voir se propager, reconnus et acceptés par les autres, source de gains en efficacité pour les habitats en général.
Un savoir-faire, c’est précieux, ça se revendique, ça se partage, la plus belle voie pour que celui ou celle qui l’a porté à la connaissance du public soit, lui ou elle-même, reconnu(e) !

Des réseaux sociaux de plus en plus dynamiques

Build Green a, dès sa création, des liens avec ses communautés via des réseaux sociaux.

Historiquement, les principaux supports étaient animés et le sont encore par Pascal Faucompré depuis 2010 sous l’identité “Mon Habitat Vert” et représentent aujourd’hui plus  de 25 000 membres :

Par ailleurs, sur Facebook, c’est surtout moi qui contribue à divers groupes :

  • Rénovation pertinente, groupe que j’ai initié il y a environ 2 ans, fort de plus de 3 500 membres, co-administré avec d’autres membres que je remercie ici, qu’ils aient été ou soient administrateurs, merci à vous 5. Merci aussi à tous les membres qui y posent leurs questions et aux apports de tous(tes) pour y répondre, bien sûr toujours de façon pertinente.
  • Auto-contructions écologiques, groupe que je co-administre, plus de 4 200 membres, et, là aussi, je remercie mes collègues co-administrateurs ou modérateur.
  • Auto-contruction france, PAE techniques …, Collectif Tiny House, Tiny House France, Ossature Bois (MOB) et encore quelques autres, de façon plus sporadique. Je tiens ici, en mon nom et au nom de Build Green, à les remercier de relayer certains de nos articles.

A cela, on peut ajouter ma chaîne papy Claude sur Youtube qui compte désormais plus de 2 200 abonnés, plus de 60 000 visionnages par mois.

Tout ceci représente probablement la plus grande communauté française sur l’habitat écologique ainsi que la plus diverse dans ses supports.

D’autres membres devraient rejoindre Build Green début 2018 pour étoffer l’équipe et continuer à développer la communauté.

2017 au plan général de l’habitat

En tout début d’année, le lancement officiel du label Energie Plus, Carbone moins (E+, C-), base probable de la future réglementation thermique, sur lequel nous nous sommes largement exprimés, notamment via un article original.

C’est une avancée indéniable dans le bon sens avec la prise en compte du carbone, nouveauté absolue au plan des normes.

J’ai, nous avons, déploré la non prise en compte de l’origine du carbone tel que ce thème a été abordé ici via un article intitulé “Carbone, et si on se trompait de combat ?

Les élections présidentielles ont largement occupé la scène. Elles ont abouti à l’élection d’Emmanuel Macron, lequel a choisi pour ministre de l’environnement une figure emblématique de l’écologie, Nicolas Hulot. Il me semble important que le ministre de l’environnement soit quelqu’un qui s’est, par le passé, largement impliqué dans l’écologie.

Le malheureux incendie d’une tour à Londres, isolée avec de la mousse, a, une fois de plus, mis en évidence la dangerosité de tels produits. Build Green n’a pas ménagé sa peine pour faire savoir combien il faut ne les utiliser qu’en dernier recours via divers articles : “Isolant échographite prémium : greenwashing ou non ?”, “Mousse isolante HFO : greenwashing ou pas ?” “Euromac et Lafarge, un partenariat aux allures de greenwashing”, “Macc 3, un système constructif vertueux ?”, …

Les cimentiers, en tout cas ils nous le disent, ont enfin inventé le ciment vertueux au plan environnemental ! J’ai eu quelques montées d’adrénaline, lesquelles ont abouti à “Les blocs isolants pour murs extérieurs, la bonne affaire ?”, “Comment les cimentiers nous mentent avec de vraies infos”, “Imprimer une maison en 3D, Révolution ? Pas si sûr !”, articles que j’ai commis, mon collègue Pascal Faucompré n’est pas en reste : “Béton et CO2 : un vrai désastre !”, “Des matériaux naturels et résidus industriels potentiellement radioactifs”, …

Les centrales électriques nucléaires françaises, potentiellement vieillissantes, sont reconduites pour encore quelques années de services (bons et loyaux, je l’espère, nous l’espérons !).

La construction bois est de plus en plus reconnue, ce qui, en tant qu’ancien constructeur bois, me semble normal. C’est la juste continuité d’une histoire ancienne et d’un long amour de la France avec le matériau bois. Ceci a largement été repris ici dans quelques articles “La maison en construction, son histoire au travers des matériaux”. Son côté écologique n’est pas en reste : “Qu’est-ce qu’un habitat écologique selon Build Green ?”, pas plus que ses qualités intrinsèques et les idées, réelles ou préconçues qui s’y rattachent : “Construire, une alternative au béton : le bois ?”, “Maisons bois, le vrai du faux”. De nombreux exemples ont été relayés ici : “Colombages et pans de bois, ces plus anciennes maisons de France”, “Un quartier de Tiny houses à Détroit pour foyers modestes” …

En fin d’année, malheureusement il semble que nous allons vers une reconduction de dérogations à la RT 2012 pour certaines constructions, ce qui va dans le sens de moindre performance au plan thermique.

Et encore, bien sûr, de nombreux autres évènements. Ceux rappelés ci-dessus font partie de ceux qui m’ont le plus interpellé …

La future année, 2018

Mes souhaits pour tous ceux qui veulent construire, rénover, eux-mêmes en auto-réalisation ou via l’intervention des professionnels.

Pour les auto-constructeurs, rénovateurs

Que vos chantiers se passent le mieux possible.

Pour ceux qui en sont au stade conception, prenez votre temps, comme le disait un ancien collègue : “Nous sommes pressés, prenons le temps de réfléchir”. Belle maxime que j’essaie d’appliquer.

Pour ceux qui en sont à la réalisation, peut-être un peu dans les questions, j’ai aussi un conseil : “Vous êtes pressés ? Hâtez-vous lentement !”

Vous l’avez compris, le temps est d’autant plus efficacement utilisé que les interventions ont été bien pensées, programmées et les travaux à suivre anticipés.  C’est d’autant plus important que, comme développé dans notre article dédié aux auto-réalisation “Les joies et les écueils de l’auto-construction”, il est souvent à la base des éventuelles difficultés entre les réalisateurs.

Le projet d’auto-construire et/ou auto-rénover est une des belles aventures qu’il peut être donné à vivre … à ceux qui le souhaitent. Je vous souhaite que cette aventure soit belle jusqu’au bout.

Pour ceux qui feront appel à des intervenants extérieurs professionnels

On parle beaucoup plus des trains qui arrivent en retard que des trains qui arrivent à l’heure. Il en va de même des artisans. Ils sont, et c’est heureux, beaucoup plus nombreux à être compétents dans leur activité, détenteurs de réels savoir-faire, je vous souhaite de trouver les bons.

La seule mention RGE est simplement un signe de reconnaissance. Cette mention, obligatoire, n’est pas une preuve compétence. Ceci a été traité ici au travers de 2 articles “RGE dites-vous ?” et “Après la critique du RGE, nos propositions”.
Le plus sûr est, comme depuis toujours, le bouche à oreille.

Il est tentant de faire baisser les prix, de choisir le moins cher, mais il est important que le professionnel gagne sa vie, faute de quoi il ne donnera peut-être pas le meilleur de lui-même car personne n’aime travailler à perte …

Je vous conseille de préférer la qualité au seul critère du prix. Je vais donner ici la parole à Joseph, ancien agriculteur Haut Savoyard qui, un jour, me présentait son dernier achat : des outils d’une qualité peut-être excessive au vu de ses besoins et de leur probable emploi. Alors que nous partagions un verre de blanc de pays, je le lui fis remarquer. Sa réponse fut cinglante, mais tellement juste : “Je ne suis pas assez riche pour acheter 2 fois !” J’ai bu mon verre de blanc et reçu ici une des plus belles leçons de vie qu’il m’ait été donné d’entendre ! Je remercie Joseph très régulièrement.

Je pense également qu’il faut savoir parfois accepter la fourniture et la pose de matériaux différents de ceux qu’on souhaite mais parfaitement maîtrisés par l’artisan qu’on va choisir : mieux vaut un matériau aux qualités moyennes bien posé qu’un matériau exceptionnel … exceptionnellement mal mis en œuvre.

Pour autant, je vous souhaite bien sûr le meilleur matériau le mieux mis en œuvre !

N’oubliez pas que vous pouvez vous faire accompagner, voire financer, par un conseiller rénovation info service indépendant sur toute la France

Pour ceux qui achètent des matériaux

Comme beaucoup, et c’est normal, vous essayerez, à qualité identique, d‘acheter au meilleur prix. Ces achats peuvent passer par le net, ce qui élimine pas mal de frais de stockage, mais je pense qu’il faut savoir privilégier les fournisseurs locaux : ils connaissent mieux que les vendeurs via le net les traditions de construction locale, donc les matériaux les mieux adaptés aux bâtis dans leur secteur géographique. Ils pourront peut-être utilement vous conseiller des artisans pour la mise en œuvre. Il sera plus facile d’espérer une reprise d’éventuels excédents de leur part, chose impossible pour les achats par le net. En cas de manque car pas assez commandé, il sera plus facile d’aller chercher le complément pour finir l’ouvrage … Alors si les négoces locaux sont parfois, a priori, un peu plus chers, les services qu’ils qu’ils proposent peuvent compenser ce surcoût. Comme le dit Pierre RABHY, c’est la TRA : la Taxe au Relationnel Ajouté !

Pour ceux qui conçoivent, analysent, prescrivent

S’il vous plaît, prenez en compte la globalité des bâtis, depuis la nature des matériaux employés, particulièrement dans l’ancien, jusqu’aux aspirations des occupants, en passant, bien sûr, par le respect de la législation, dans toute sa rigueur, mais aussi, dans toutes ses possibilités. Je pense ici à un cas de refus d’un bureau d’étude de la ouate de cellulose en tant qu’isolant alors même que ce matériau est parfaitement agréé, ceci simplement parce que l’auteur de l’étude ne l’aime pas. Abus de pouvoir qui a été corrigé, mais est-il normal de devoir se battre pour défendre des matériaux parfaitement identifiés et normés ?

Pour ceux qui mettent en œuvre

Beaucoup d’entre vous se sont formés, et continuent de le faire, aux matériaux nouveaux, ou méconnus d’eux, ou simplement délaissés, mais parfaitement pertinents et performants. Bravo à vous, continuez.

Pour les autres, formez vous, vos OPCA sont là pour prendre en charge, au moins partiellement, le coût de vos stages.

Les techniques évoluent, des matériaux alternatifs sont disponibles, aussi performants que ceux dont vous avez l’habitude, souvent plus respectueux de l’environnement, plus durables … ne passez pas à côté de la nécessaire évolution de nos comportements, soyez aussi informés que vos clients !

Pour ceux qui fabriquent

N’ayez pas peur de l’innovation, cherchez, testez, osez, nous comptons tous sur vous pour relever les défis d’un habitat salubre, confortable, durable, facile à entretenir, peu coûteux à l’exploitation, peu impactant aux plans environnemental et dérèglement climatique, faisant appel au renouvelable.

A ceux qui le font déjà et qui, peut-être, ont fait la trace, continuez, vous aurez le soutien et la reconnaissance des utilisateurs, concepteurs, prescripteurs, metteurs en œuvre, les colonnes de Build Green vous seront largement ouvertes …

Aux gros industriels, je lance en mon nom, peut-être au nom de beaucoup d’autres, un appel : mettez vos moyens, que je suppose colossaux, vos forces de lobbying au défi que nous devons tous relever : la survie de notre espèce sur notre planète, vous et vos investisseurs y compris !

Je sais, nous savons, combien le virage doit être difficile à prendre.

Je sais, nous savons, que vous êtes déjà en marche, vous Saint Gobain qui, entre autres, avez racheté ISONAT, fabricant de laine de bois, vous Soprema qui, entre autres, avez racheté Pavatex, fabricant historique d’isolants à  base de bois, vous qui avez aussi racheté Bénotherm, leader canadien de la ouate de cellulose et vous qui, depuis bientôt 10 ans, fabriquez de la ouate de cellulose, vous Knauf, qui relancez vos activités dans les isolants à base de fibre de bois, et vous, tous les autres, que je ne peux pas citer ici mais sachez que si, parfois, je peux vous écorcher, ce sera avec plaisir que je vous soutiendrai si vous allez dans le bon sens.

Mais, afin que les choses soient claires, sachez aussi que, même si mes gesticulations sont faibles par rapport à votre masse, je ne cesserai pas de gesticuler, certain que ces incitations vous conforteront à aller encore plus vers la pertinence … mais de grâce, cessez vos greenwashings.

Les incohérences

Je vais finir par un exemple de ce que je souhaiterais ne plus lire, extrait d’un article qui parle de vous, Saint Gobain et qui m’a fait espérer avant de découvrir, à nouveau une incohérence, parmi tant d’autres.

Cet article est intitulé :

Construction : Saint-Gobain éco-innove pour les bâtiments de demain“, titre prometteur.

J’y lis, entre autres, “ Il est important de ne pas opposer impact environnemental et performance intrinsèque des matériaux de construction. Le défi pour le secteur du bâtiment est d’avoir un impact neutre sur l’environnement de l’édifice tout au long de sa durée de vie, tout en se préoccupant des aspects de confort de l’utilisateur” … Du miel cette affirmation, on en redemande.

“…Quant au plâtre, il est théoriquement recyclable indéfiniment. En pratique, cela s’avère plus complexe car les déchets de plâtre peuvent présenter des impuretés ou des additifs difficiles à séparer. De ce fait, il est ainsi possible de n’introduire que des fractions de matériau recyclé (5 à 10 % en général) pour fabriquer du nouveau plâtre.” … Logique, il ne faut pas mélanger les matières si on veut les recycler, sinon le tri préalable est un frein, voire un empêchement au recyclage, encore du miel.

Hélas, car il y a un “Hélas !”, que nous dit le technicien interrogé en nous parlant de l’isolant Isover IsoDuo 36 ?

Il s’agit d’un panneau isolant composé d’un mix de fibre de bois (50 %) issu de pin Douglas, de laine de verre (40 %) et un mélange de liants et d’additifs (10 %)” … Juste l’opposé de ce qui vient d’être défini comme un piège à éviter : ne pas mélanger les éléments entre eux !

Voila l’exemple de ce que j’aimerais, et pas que moi, ne plus découvrir : la preuve d’un savoir et le saut à pieds joints sur ce savoir.

Ceci me rappelle un article récent dédié à la laine de verre et intitulé “La nouvelle laine de verre selon Saint Gobain, si écologique ?” dont, au fil de sa lecture, vous verrez à quel point nous sommes abusés, non pas sur le produit, il est ce qu’il est, c’est tout, non, sur sa présentation et sur les arguments avancés.

La pertinence pour 2018

Ceux qui me connaissent et me fréquentent savent combien ce terme “pertinence” m’est cher (ce n’est pas pour rien que le groupe Facebook que j’ai initié s’appelle “Rénovation pertinente”).

Pour moi, être écologique, performant, durable, peu énergivore et/ou peu émetteur de gaz à Effet de Serre est important, c’est évident … mais ce qui l’est encore plus, c’est de se situer dans la pertinence.

Il me semble toujours surprenant de dépenser 10 000 euros de travaux pour en économiser 100 en consommation annuelle, 100 ans d’amortissement économique pour une durée de vie peut-être limitée à 30, 40 ou 50 ans !  De même, que penser de consommer plus d’énergie pour un système qu’il ne permettra jamais d’en produire ?

Le fin du fin, déconstruire et reconstruire, ce qui représente 70% d’énergie grise supplémentaire par rapport à une réhabilitation (pdf, p 44).

J’aimerais que 2018 soit l’année de la pertinence !

Et vous, quels seraient vos voeux pour 2018 ?

 

Claude Lefrançois
Dans le bâtiment, par passion, depuis presque 40 ans,
Ancien charpentier, ancien artisan, ancien constructeur de Maisons à Ossature Bois, ancien maitre d'œuvre,
Ancien et encore formateur à l'isolation bio-sourcée, • Titulaire d'un brevet de construction de MOB en kit,
Conférencier dans plusieurs domaines liés à l'éco-construction, l'éco-isolation,
Youtubeur via des vidéos sur, dans un premier temps, l'isolation et l'efficacité énergétique et, parce qu'il faut aller plus loin, futurement, plus largement, le bâtiment responsable et pertinent,
Initiateur et administrateur d'un groupe sur Facebook : Rénovation pertinente »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *